Une fois les classiques printanières terminées, la Chronique du Vélo s’est habituée à prendre un soupçon de recul pour faire le bilan. Au révélateur des premiers mois de compétition, voyons si la rédaction a eu le nez creux ou, au contraire, n’a pas vu plus loin que le bout de ce dernier.

Point auto-congratulation : Bettiol, c’était écrit

On aime bien mettre en avant des outsiders à la Chronique du Vélo et on a jamais eu autant raison de le faire. Fin mars, Alberto Bettiol nous avait enthousiasmé après sa belle prestation sur le GP E3. Dans la foulée, Alexis a écrit un article soulignant le grand potentiel du coureur d’Education First. En conclusion, il avait envisagé un possible bon de sortie sur le Tour des Flandres. Une semaine plus tard: bingo! Le jeune italien est parti en solitaire dans le dernier passage du Vieux Quaremont et les favoris ont tardé à répliquer. Bilan: une première victoire chez les professionnels sur un monument et une belle inspiration de notre rédaction.

Point audience : Froome en gagne au moins une

Si Chris Froome n’a pas encore connu la victoire en 2019, le quadruple vainqueur du Tour de France a remporté la course au trafic sur notre site. Le papier consacré à son retour sans grande saveur sur les routes du Tour des Alpes fin avril a été – et de loin – l’article le plus consulté en 2019. Sur le podium des publications les plus lues, on retrouve en deuxième position un sujet sur le manque de réussite de Peter Sagan sur Milan-Sanremo. La troisième place, plus surprenante, revient à l’article consacré au potentiel duel Bardet-Pinot sur le Tour du Haut-Var et la rareté des mano-à-manos entre les deux grimpeurs français. Aucune de ces publications n’a suscité des commentaires passionnés, mais elles ont attiré un plus large public.

Point pas de bol : le mauvais timing pour Mohoric

Renaud, notre community manager, a voulu prendre la plume pour mettre en lumière les performances de Matej Mohoric, un garçon capable de briller sur bien des terrains et qui commence enfin à confirmer les attentes placées en lui. L’article est publié le 28 février dans l’après-midi. Un bien mauvais timing car, quelques minutes plus tard, l’équipe Bahrain-Merida annonce sur les réseaux sociaux que le coureur a chuté à l’entraînement et qu’il est forfait pour le circuit Het Nieuwsblad organisé le week-end suivant. Plus de peur que de mal car le Slovène a rapidement repris la compétition, trouvant le temps malgré tout de nous accorder une interview.

Point fausse bonne idée : n’est pas Quick-Step qui veut

On pensait que l’équipe Jumbo-Visma serait la rivale de Deceuninck-Quick Step sur les flandriennes, on les a peut-être surestimé. La formation néerlandaise, qui disposait d’un leader en grande forme en la personne de Wout van Aert, a montré ses limites, sur Paris-Roubaix notamment où le Belge a manqué de soutien quand les aléas de la course se sont abattus sur lui. Le bilan reste plus que satisfaisant avec une victoire à La Panne signée Dylan Groenewegen et des places d’honneur un peu partout, mais c’était sûrement prématuré d’imaginer les Néerlandais au niveau du rouleur compresseur belge.

Point à venir : on attend notre Top 5

Depuis 2 ans, nous établissons en début de saison un top 50 dans lequel on devait déterminer qui serait notre leader pour les mois à venir. Pour le moment, on s’est collectivement planté sur le sommet de notre hiérarchie car les cinq premiers de notre classement ont connu des premiers mois assez difficiles. Réuni, notre quinté n’a glané que 4 victoires (uniquement des étapes) depuis le mois de janvier. On a déjà évoqué les difficultés de Chris Froome, on peut également aborder celles de Peter Sagan, passé à côté de ses classiques, ou d’Alejandro Valverde, loin de son meilleur niveau sur les ardennaises. Est-ce que nos leaders sauront se rattraper sur les grands tours? On sera là pour débriefer quoi qu’il arrive.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Jean-Baptiste Caillet ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.