C’est le retour du Top 50 de la Chronique du Vélo. En 2018, la rédaction avait lancé ce format bien connu dans les sports américains en l’adaptant au peloton cycliste. Un classement qui se doit d’évoluer annuellement et après un an d’absence, le Top 50 de janvier 2021 ne ressemble que très peu au dernier en date, réalisé en janvier 2019.

Pour mettre en place ce classement, nous avons tous tenté de répondre à une question : si nous avions à constituer une équipe pour la saison 2021, quel leader prendrions-nous ? Cette hiérarchie n’est donc pas un classement de la saison 2020, même si les performances récentes sont un critère important. Bien sûr, notre Top 50 portera à débat, comme les précédents. Au sein même de la rédaction, où nous avons pris un long moment pour établir notre classement de manière individuelle, il y a eu des désaccords. Mais au terme de plusieurs tours de votes, voici notre verdict.

Retrouvez tous nos articles sur le Top 50.

  • 30e Michal KWIATKOWSKI

    198 pts
    -18 places / 30 ans / Polonais / Ineos

    Il y a trois ans, lors de notre premier Top 50, Michal Kwiatkowski occupait la 5e place de notre classement. Les temps changent, pourtant le Polonais est celui qui a sauvé le dernier Tour de France d’Ineos avec une belle victoire d’étape à La-Roche-sur-Foron. L’ancien champion du monde paye sans doute ses trop nombreuses années au sein de l’armada britannique, où il n’a que trop peu de libertés. Souvent cantonné à un rôle de gregario de luxe, il s’en accommode mais le public regrette de ne pas voir jouer la gagne sur quasiment tous les terrains, ce que son talent lui permet.

  • 29e Daniel MARTINEZ

    218 pts
    Entrée dans le top 50 / 24 ans / Colombien / Ineos

    Auteur d’une très belle saison 2020, marquée par une victoire surprise sur le Dauphiné, le jeune colombien de 24 ans fait une entrée remarquée dans notre classement, se hissant dès sa première apparition dans les 30 premiers. Il a bénéficié d’un vrai consensus parmi les membres de la rédaction : un seul de nos rédacteurs ne l’a pas cité dans son Top 50. Une jolie performance qui fait de la Colombie la seule nation à compter quatre coureurs dans les 30 premières places du classement.

  • 28e Pascal ACKERMANN

    238 pts
    + 19 places / 27 ans / Allemand / Bora-Hansgrohe

    Avec 21 victoires en deux ans, Pascal Ackermann est une référence chez les sprinteurs. Il souffre pourtant d’un déficit de célébrité comparé aux trois sprinteurs que vous retrouverez devant lui dans le classement. C’est sûrement à lier à son palmarès vide sur le Tour de France. Un manque corrigé en 2021 ? L’Allemand en a fait son objectif et a remporté deux étapes sur ses deux premiers grands Tours. Mais gagner sur le Tour de France reste une étape nécessaire pour n’importe quel sprinteur voulant figurer parmi les plus grands de sa génération.

  • 27e Mads PEDERSEN

    246 pts
    Entrée dans le top 50 / 25 ans / Danois / Trek-Segafredo

    Après son maillot arc-en-ciel obtenu à la surprise générale en 2019, le Danois a été la cible de nombreuses moqueries et s’est vu octroyer sur les réseaux sociaux le titre de champion du monde au rabais. C’était oublié sa deuxième place obtenue au Tour des Flandres en 2018, à seulement 23 ans. On le savait excellent rouleur et à l’aise dans les classiques pavées, il a démontré récemment qu’il avait également de très grosses aptitudes lors des arrivées massives. Pedersen est bien un crack qui pourrait voir en Paris-Roubaix un terrain de jeu sur mesure pour exploiter ses énormes qualités dans un futur proche.

  • 26e Maximilian SCHACHMANN

    256 pts
    Entrée dans le top 50 / 27 ans / Allemand / Bora-Hansgrohe

    Le coureur allemand le mieux placé dans notre classement fait consensus au sein de la Chronique du Vélo, toujours placé en milieu de tableau par nos rédacteurs. Le dernier vainqueur de Paris-Nice juste avant l’interruption des compétitions en mars suit une progression constante depuis ses débuts en pros il y a quatre ans. Son profil de grimpeur/puncheur lui offre un large éventail d’objectifs sur la saison et il répond souvent présent, même s’il demeure parfois un peu juste, à l’image du dernier Tour de France où il n’a pas été récompensé de ses belles initiatives.

  • 25e Geraint THOMAS

    261 pts
    - 18 places / 34 ans / Gallois / Ineos

    Le Gallois dégringole et perd 18 places par rapport à 2019. Il sortait à l’époque d’une victoire finale sur le Tour de France. Son cas est l’un de ceux qui a le plus divisé la rédaction. D’un côté, certains voient dans son abandon sur le Giro 2020 l’échec de trop, et dans son âge (34 ans) un handicap désormais rédhibitoire. Ainsi, trois rédacteurs ne l’ont même pas cité dans leur classement. De l’autre, ceux qui continuent à croire en un retour du Thomas de 2018 (ils sont quatre rédacteurs) le placent dans les 15 premiers de leur classement.

  • 24e Enric MAS

    268 pts
    + 3 places / 26 ans / Espagnol / Movistar

    Dans les mêmes eaux qu’il y a deux ans (+3 places), Enric Mas n’a pas vraiment progressé, ni réellement régressé. En revanche, l’Espagnol a gagné en régularité, en témoigne ses deux top 5 sur le Tour de France puis sur la Vuelta. Solide. À 26 ans désormais, et s’il ne sera sans doute jamais la relève tant espérée d’Alberto Contador, il reste un excellent grimpeur capable dans ses bons jours de suivre n’importe qui dans le peloton. Davantage de fulgurances et de prises de risques lui permettraient peut-être toutefois de lever un peu plus les bras.

  • 23e Nairo QUINTANA

    269 pts
    - 3 places / 30 ans / Colombien / Arkéa-Samsic

    Nombreux sont ceux qui ont vu l’arrivée de Quintana chez Arkéa-Samsic comme une manière de terminer gentiment sa carrière, sans la pression qu’il pouvait ressentir chez Movistar. Certes, on n’a pas retrouvé le Quintana d’il y a quelques années, qui faisait office d’ogre en haute montagne, capable de remporter le Giro et la Vuelta. Son début de saison 2020 tonitruant et son Tour de France plutôt réussi jusqu’à ce que la malchance le rattrape vers Puy Mary ont cependant prouvé qu’il ne fallait pas enterrer définitivement le Colombien. Surtout à seulement 30 ans.

  • 22e Richie PORTE

    281 pts
    - 1 place / 35 ans / Australien / Ineos

    Si les années avaient tendance à se suivre et à se ressembler pour Richie Porte (-1 place par rapport à il y a deux ans), 2020 a marqué une heureuse rupture : l’Australien a enfin pu performer sur le Tour de France, avec une 3e place aux allures de consécration. D’une façon qui peut sembler paradoxale, cette belle place l’empêche justement de glisser davantage dans notre classement, lui qui, à 35 ans, fait partie des doyens de notre Top 50. Il reste une référence solide sur les courses à étapes World Tour, et toujours à surveiller pour un podium.

  • 21e Thibaut PINOT

    294 pts
    - 7 places / 30 ans / Français / Groupama-FDJ

    Quelle saison 2021 nous réserve l’insaisissable Thibaut Pinot ? Le Franc-Comtois est capable du meilleur et l’a déjà montré à maintes reprises. Mais s’il ne figure pas plus haut dans ce classement, c’est à cause de son irrégularité. Qu’elle soit due à un corps fragile, à la méforme ou à la malchance, elle existe bel et bien. Miser sur Thibaut Pinot pendant trois semaines, c’est s’engager pour le meilleur et pour le pire. A (déjà) bientôt 31 ans, le Français vit certainement ses meilleures saisons de coureur. A lui de réussir à en profiter.

LA MÉTHODE

Treize de nos rédacteurs ont établi une liste de 50 noms, qu'ils considéraient comme les meilleurs coureurs du peloton, sans avoir à les classer précisément. Nous avons conservé tous les coureurs cités au moins cinq fois (56 au total) pour un deuxième tour. Il revenait alors à chacun de classer les 50 meilleurs coureurs parmi ces sélectionnés. Cinquante points allaient au premier, un au cinquantième, puis nous avons exclu, pour chaque coureur, le meilleur et le moins bon score pour livrer notre classement final.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Chronique du Velo ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.