C’est le retour du Top 50 de la Chronique du Vélo. En 2018, la rédaction avait lancé ce format bien connu dans les sports américains en l’adaptant au peloton cycliste. Un classement qui se doit d’évoluer annuellement et après un an d’absence, le Top 50 de janvier 2021 ne ressemble que très peu au dernier en date, réalisé en janvier 2019.

Pour mettre en place ce classement, nous avons tous tenté de répondre à une question : si nous avions à constituer une équipe pour la saison 2021, quel leader prendrions-nous ? Cette hiérarchie n’est donc pas un classement de la saison 2020, même si les performances récentes sont un critère important. Bien sûr, notre Top 50 portera à débat, comme les précédents. Au sein même de la rédaction, où nous avons pris un long moment pour établir notre classement de manière individuelle, il y a eu des désaccords. Mais au terme de plusieurs tours de votes, voici notre verdict.

Retrouvez tous nos articles sur le Top 50.

  • 50e Michael WOODS

    87 pts
    -17 places / 34 ans / Canadien / Israël Start-Up Nation

    Il est un des rares coureurs ayant eu une vie avant le vélo. Ainsi, malgré ses 34 ans et un palmarès déjà riche de podiums sur les plus grandes courses d’un jour, le Canadien apprend et progresse encore. Bon grimpeur, excellent puncheur, il ne devrait pas s’égarer dans les classements généraux pour se concentrer exclusivement sur les victoires d’étapes et les grandes classiques.

  • 49e Romain BARDET

    91 pts
    - 40 places / 30 ans / Français / Team DSM

    Aux portes des dix premières places lors de notre premier Top 50, en 2018, Romain Bardet a dégringolé depuis. Sur le Tour de France, il est passé d’un candidat au podium à un coureur plus en retrait, chasseur d’étapes en 2019 et malchanceux en 2020 (abandon). Comme il est jugé quasiment exclusivement sur la Grande Boucle, son classement s’en ressent.

  • 48e Alexey LUTSENKO

    93 pts
    Entrée dans le top 50 / 28 ans / Kazakh / Astana

    A 28 ans, le Kazakh n’a plus cette étiquette d’espoir qu’il a longtemps eu. Capable de très beaux coups d’éclat, comme l’an dernier sur le Tour de France, il manque encore un peu de régularité. Souvent placé dans les courses de référence d’une semaine, il n’a jusqu’ici pas réussi à remporter un succès qui le placerait parmi les cadors du peloton.

  • 47e Lennard KÄMNA

    107 pts
    Entrée dans le top 50 / 24 ans / Allemand / Bora-Hansgrohe

    Nouvel arrivant chez Bora, l’Allemand de 24 ans a signé ses premiers coups d’éclat en remportant coup sur coup deux étapes de montagne sur le Dauphiné et sur le Tour. Parti à chaque fois en échappée, il s’est débarrassé de pointures comme Carapaz ou Alaphilippe, laissant entrevoir un vrai potentiel de grimpeur. De quoi prétendre ponctuellement à un statut de leader.

  • 46e Vincenzo NIBALI

    108 pts
    - 35 places / 36 ans / Italien / Trek-Segafredo

    Sur le podium en 2018, 11e en 2019, Vincenzo Nibali s’écroule dans notre hiérarchie pour occuper en 2021 une modeste 46e place. On pourrait également voir le verre à moitié plein et considérer qu’il affiche encore un solide niveau et une belle régularité malgré ses 36 ans, ce qui fait de lui par ailleurs le doyen de notre classement.

  • 45e David GAUDU

    114 pts
    Entrée dans le top 50 / 24 ans / Français / Groupama-FDJ

    Avec deux victoires d’étapes sur la dernière Vuelta, le Breton a passé un cap significatif et devrait ainsi prendre le leadership de sa formation sur de grandes courses, comme le Tour. Déficient face à la montre, le prédécesseur de Bernal et Pogačar au palmarès du Tour de l’Avenir ne leur succédera sans doute pas à Paris, mais il sera un vainqueur d’étape crédible.

  • 44e Wilco KELDERMAN

    117 pts
    Entrée dans le top 50 / 29 ans / Néerlandais / Bora-Hansgrohe

    Coureur discret, souvent placé mais très rarement gagnant, le grimpeur néerlandais s’est fait une place dans notre classement et dans l’esprit du grand public en jouant les premiers rôles lors du dernier Tour d’Italie. En pleine maturité, à bientôt 30 ans, s’il se rétablit de sa grave chute, il ambitionne dans un futur proche de monter sur une plus haute marche du podium.

  • 43e Tim WELLENS

    128 pts
    - 12 places / 29 ans / Belge / Lotto Soudal

    Le tempérament offensif du Belge ravit au fil des saisons les suiveurs car ses victoires sont souvent spectaculaires. Cela lui a encore permis de remporter deux étapes lors de la Vuelta 2020. En revanche, il n’a pas brillé lors des Ardennaises qui alimentent depuis toujours ses plus grands rêves. Il est une assurance de victoires, mais pas encore les plus belles.

  • 42e Dan MARTIN

    136 pts
    - 16 places / 34 ans / Irlandais / Israël Start-Up Nation

    Autrefois incontournable des Ardennaises et du Tour de France, Dan Martin a vu ses performances baisser depuis deux ans. Mais il faut se méfier de l’eau qui dort : à 34 ans, le neveu de Stephen Roche a montré l’an dernier sur le Tour d’Espagne qu’il n’était pas fini. Dans de bonnes dispositions, l’Irlandais semble encore capable de saisir les opportunités, y compris sur de grosses épreuves.

  • 41e Benoît COSNEFROY

    136 pts
    Entrée dans le top 50 / 25 ans / Français / AG2R Citroën

    Nouvel entrant dans notre Top 50, le coureur d’AG2R s’est fait une place parmi les meilleurs puncheurs du peloton en 2020. Dauphin de Marc Hirschi lors de la Flèche Wallonne, capable de suivre Van Der Poel et Alaphilippe dans le final de la Flèche Brabançonne, il ne lui manque plus qu’une victoire marquante pour franchir le dernier palier qui le sépare des stars du peloton.

  • 40e Guillaume MARTIN

    138 pts
    Entrée dans le top 50 / 27 ans / Français / Cofidis

    Le leader de Cofidis fait son entrée dans ce classement grâce à une saison 2020 solide qui l’a vu se rapprocher des meilleurs. Auteur d’un excellent Dauphiné et d’un bon début de Tour, il a ensuite baissé de régime et a manqué de réussite sur la Vuelta. En progression constante depuis des années, il lui reste encore une marche à franchir pour faire partie des cadors.

  • 39e Sepp KUSS

    144 pts
    Entrée dans le top 50 / 26 ans / Américain / Jumbo-Visma

    Le seul américain de notre Top 50 est un profil un peu atypique : c’est un des rares coureurs à avoir gagné sa place grâce à ses qualités impressionnantes d’équipier, en particulier sur les grands Tours. Parmi les coureurs de notre classement, il est également le moins bien positionné au classement World Tour de l’année 2020 avec une 116e place.

  • 38e Michael MATTHEWS

    149 pts
    - 20 places / 30 ans / Australien / BikeExchange

    Pas assez rapide pour les sprints massifs, pas assez puissant pour les flandriennes, pas assez léger pour les ardennaises, l’Australien se bat néanmoins depuis presque 10 ans sur ces terrains, parfois victorieusement. Certaines étapes des grands Tours et surtout deux monuments sont néanmoins taillés pour lui : Liège-Bastogne-Liège, grâce à un nouveau final aussi ambigu que ses capacités, et Milan-Sanremo.

  • 37e Diego ULISSI

    158 pts
    Entrée dans le top 50 / 31 ans / Italien / UAE Emirates

    La carrière de Diego Ulissi est entre parenthèses à cause d’une inflammation cardiaque. Il y a quelques mois, il remportait pourtant deux étapes du Giro. Dans un cyclisme italien vieillissant et qui se cherche de nouveaux leaders, il ne représente pas l’avenir mais encore un peu le présent. Il est l’un des trois Italiens de notre classement.

  • 36e Aleksandr VLASOV

    158 pts
    Entrée dans le top 50 / 24 ans / Russe / Astana

    Méconnu il y a encore douze mois, Aleksandr Vlasov est auourd’hui considéré comme l’un des meilleurs grimpeurs du peloton au point de s’offrir une percée jusqu’à la 36e place de notre classement. Forcément plus attendu en 2021, il verra aussi ses responsabilités grandir avec le départ de Miguel Angel Lopez. Il est un coureur intrigant à fort potentiel.

  • 35e Hugh CARTHY

    167 pts
    Entrée dans le top 50 / 26 ans / Britannique / EF Education - Nippo

    Vainqueur d’une étape et 3e de la Vuelta, Carthy a été l’un des grands gagnants de cette saison renversante qui aura mis à l’épreuve les hiérarchies établies. Face à un Uran vieillissant et un Higuita encore un peu tendre, il devrait être en 2021 la carte maîtresse d’EF Education-Nippo sur les grands Tours. A lui désormais d’assumer ce nouveau statut.

  • 34e Søren KRAGH ANDERSEN

    169 pts
    Entrée dans le top 50 / 26 ans / Danois / Team DSM

    A 26 ans, il manque encore de constance. Opportuniste et excellent rouleur, le Danois sait néanmoins concrétiser ses occasions de victoire, à l’image de son succès sur Paris-Tours et de ses deux bouquets sur le dernier Tour. Ainsi, avec l’expérience sereinement accumulée et des responsabilités doucement assumées, il devrait rapidement peser sur les plus grandes classiques.

  • 33e Adam YATES

    171 pts
    + 2 places / 28 ans / Britannique / Ineos

    Adam Yates n’a jamais réussi une saison de l’acabit de celle de son jumeau Simon en 2018. Alors qu’on l’aurait bien vu jouer les premiers rôles sur le dernier Tour de France, le Britannique a finalement terminé 9e. Ses résultats ces trois dernières années et son récent choix de signer chez Ineos interrogent. Là-bas, il peut aussi bien s’enfermer dans un rôle de gregario que remporter un grand Tour.

  • 32e João ALMEIDA

    178 pts
    Entrée dans le top 50 / 22 ans / Portugais / Deceuninck-Quick Step

    Il est à une ascension du Stelvio près de figurer sans doute plus haut dans notre classement. Auteur d’un Giro bluffant, le Portugais a explosé aux yeux du public. Quand on sait qu’il ne s’agissait que de sa première année professionnelle, on ne peut que lui promettre un avenir doré, à condition à se faire une place durable dans l’effectif pléthorique de Deceuninck-Quick Step.

  • 31e Jai HINDLEY

    184 pts
    Entrée dans le top 50 / 24 ans / Australien / Team DSM

    Le 2e du dernier Tour d’Italie a divisé la rédaction entre ceux qui n’y voyaient qu’un concours de circonstances favorables, reléguant l’Australien en fond de liste, et ceux qui considèrent que sa performance prouve qu’il faudra compter sur lui pour les courses à étapes en 2021, le plaçant aux alentours de la 20e place.

LA MÉTHODE

Treize de nos rédacteurs ont établi une liste de 50 noms, qu'ils considéraient comme les meilleurs coureurs du peloton, sans avoir à les classer précisément. Nous avons conservé tous les coureurs cités au moins cinq fois (56 au total) pour un deuxième tour. Il revenait alors à chacun de classer les 50 meilleurs coureurs parmi ces sélectionnés. Cinquante points allaient au premier, un au cinquantième, puis nous avons exclu, pour chaque coureur, le meilleur et le moins bon score pour livrer notre classement final.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Chronique du Velo ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.