C’est le retour du Top 50 de la Chronique du Vélo. En 2018, la rédaction avait lancé ce format bien connu dans les sports américains en l’adaptant au peloton cycliste. Un classement qui se doit d’évoluer annuellement et après un an d’absence, le Top 50 de janvier 2021 ne ressemble que très peu au dernier en date, réalisé en janvier 2019.

Pour mettre en place ce classement, nous avons tous tenté de répondre à une question : si nous avions à constituer une équipe pour la saison 2021, quel leader prendrions-nous ? Cette hiérarchie n’est donc pas un classement de la saison 2020, même si les performances récentes sont un critère important. Bien sûr, notre Top 50 portera à débat, comme les précédents. Au sein même de la rédaction, où nous avons pris un long moment pour établir notre classement de manière individuelle, il y a eu des désaccords. Mais au terme de plusieurs tours de votes, voici notre verdict.

Retrouvez tous nos articles sur le Top 50.

  • 5e Mathieu VAN DER POEL

    496 pts
    Entrée dans le top 50 / 26 ans / Néerlandais / Alpecin-Fenix

    Tête de poupin, petit fils de poupou et instinct offensif inné, Mathieu Van der Poel s’est déjà imposé comme l’un des chouchous du public et une star du peloton sans avoir goûté à l’accélérateur de popularité que peut être le Tour de France. En vérité, il n’a encore jamais eu l’opportunité d’effectuer une saison sur la route complète, la faute à ses objectifs hivernaux dans les labourés ainsi qu’en VTT. Mais lorsque Mathieu Van der Poel vient sur la route c’est toujours pour faire le spectacle et très souvent pour jouer la gagne.

    Ses victoires ne sont jamais anodines, en témoigne le final mythique de l’Amstel en 2019 ou sa victoire au Tour des Flandres en 2020 ; ses défaites non plus, comme lors de sa défaillance dans le final du mondial au Yorkshire qu’on lui pensait déjà acquis. Il fait donc son entrée dans notre Top 5 et sauf malchance, il devrait truster les premières places pendant quelques années encore.

  • 4e Tadej POGACAR

    525 pts
    Entrée dans le top 50 / 22 ans / Slovène / UAE Emirates

    En 2020, il est entré dans la nomenklatura du cyclisme. Victorieux sur les courses à étapes, brillant sur les classiques, le Slovène de 22 ans seulement incarne une nouvelle génération extrêmement polyvalente, qui n’hésite pas à s’engager sur des terrains moins favorables avec panache. A condition de conserver ce style offensif, Tadej Pogacar devrait continuer d’influencer le scénario des plus grandes épreuves. Son statut, désormais, parle pour lui.

    En plein apprentissage et sans grande équipe autour de lui, il est déjà un vainqueur du Tour. Cette performance a dû inquiéter les ambitieux, sûrement plus que le succès de Bernal un an plus tôt. Avec l’âge avancé de ses adversaires et la formation des futurs espoirs retardée par la pandémie, le potentiel de Pogacar à long terme paraît vertigineux. Ses adversaires vont désormais devoir trouver un plan pour le contrer. Une équation quasiment insoluble compte tenu des qualités de grimpeur et de rouleur du prodige.

  • 3e Julian ALAPHILIPPE

    528 pts
    + 3 places / 28 ans / Français / Deceuninck-Quick Step

    En trois ans, Julian Alaphilippe est passé de phénomène en devenir à cador du peloton. Sur les courses d’un jour, il n’est plus ce gamin battu par Valverde, mais bien le successeur de l’Espagnol, vainqueur de la Flèche Wallonne, de Milan-Sanremo et champion du monde. Sur les courses par étapes, il a porté le maillot jaune lors des deux derniers Tours de France et même terminé cinquième à Paris en 2019. Plus que le chouchou du public, « Alaf » est la nouvelle star du cyclisme.

    Peter Sagan vieillissant et moins joyeux que par le passé, le Français a comme repris le flambeau. Il est celui qui ne se refuse rien, qui se pointe sur le Tour des Flandres pour la première fois avec le maillot arc-en-ciel sur les épaules et qui joue la victoire d’emblée. Dans une équipe Deceuninck-Quick Step qui le laisse courir où il le souhaite et comme il le souhaite, il est en train de se construire un palmarès XXL.

  • 2e Wout VAN AERT

    529 pts
    Entrée dans le top 50 / 26 ans / Belge / Jumbo-Visma

    En deux ans, Wout Van Aert a mis un beau boxon dans le peloton. Le Belge est tout simplement le coureur le plus polyvalent que l’on puisse trouver actuellement. Il brille sur les longues classiques italiennes, remporte des sprints massifs, plane sur les pavés et joue les équipiers de luxe pour Roglic dans la montagne. Y-a-t-il une chose que le Flamand ne sait pas faire ?

    Sa rivalité avec Van der Poel, en cyclo-cross comme sur la route, donne en plus un duel savoureux qui le pousse à se surpasser. En fait, avoir Van Aert dans son équipe, ça ressemble à l’assurance tous risques : vous êtes pratiquement sûrs de repartir avec un gros succès. WVA, peut-être plus cannibale que « le nouveau Cannible », son jeune compatriote Evenepoel, a tout pour rentrer dans la grande histoire du cyclisme. A condition de ne pas s’égarer en prenant le risque de vouloir trop en faire.

  • 1e Primoz ROGLIC

    544 pts
    + 7 places / 31 ans / Slovène / Jumbo-Visma

    Sans grande surprise ni contestation, Primoz Roglic est le numéro un de la troisième édition du Top 50 de la Chronique du Vélo. Classé 31e en janvier 2018, 8e en janvier 2019, le Slovène détrône Peter Sagan dans notre palmarès. Ce vote bénéficie d’une large majorité de la part de notre rédaction au sein de laquelle 9 rédacteurs l’ont placé en tête. Vainqueur du classement UCI en 2019 et 2020, le Slovène a glané 25 victoires ces deux dernières saisons, parmi lesquelles le classement général de la Vuelta (2 fois), Liège-Bastogne-Liège, Tirreno-Adriatico et le Tour de Romandie.

    Pourtant, il reste un sentiment d’inachevé au terme de cette période si prolifique à cause d’un Giro 2019 (3e) et surtout d’un Tour 2020 (2e) où il n’a pas su enfoncer le clou quand il était en position de force avant de se faire surprendre par un outsider. 2021 sera l’année de la revanche sur les routes françaises pour Primoz Roglic. Son profil de rouleur/grimpeur sera plus adapté au tracé du prochain Tour de France qui donne un peu plus de place aux spécialistes du contre-la-montre. Si cette ultime barrière tombe, le suspense risque d’être encore moindre au moment de déterminer le meilleur coureur du monde l’année prochaine.

LA MÉTHODE

Treize de nos rédacteurs ont établi une liste de 50 noms, qu'ils considéraient comme les meilleurs coureurs du peloton, sans avoir à les classer précisément. Nous avons conservé tous les coureurs cités au moins cinq fois (56 au total) pour un deuxième tour. Il revenait alors à chacun de classer les 50 meilleurs coureurs parmi ces sélectionnés. Cinquante points allaient au premier, un au cinquantième, puis nous avons exclu, pour chaque coureur, le meilleur et le moins bon score pour livrer notre classement final.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Chronique du Velo ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.