C’est le retour du Top 50 de la Chronique du Vélo. En 2018, la rédaction avait lancé ce format bien connu dans les sports américains en l’adaptant au peloton cycliste. Un classement qui se doit d’évoluer annuellement et après un an d’absence, le Top 50 de janvier 2021 ne ressemble que très peu au dernier en date, réalisé en janvier 2019.

Pour mettre en place ce classement, nous avons tous tenté de répondre à une question : si nous avions à constituer une équipe pour la saison 2021, quel leader prendrions-nous ? Cette hiérarchie n’est donc pas un classement de la saison 2020, même si les performances récentes sont un critère important. Bien sûr, notre Top 50 portera à débat, comme les précédents. Au sein même de la rédaction, où nous avons pris un long moment pour établir notre classement de manière individuelle, il y a eu des désaccords. Mais au terme de plusieurs tours de votes, voici notre verdict.

Retrouvez tous nos articles sur le Top 50.

  • 20e Tom DUMOULIN

    300 pts
    - 15 places / 30 ans / Néerlandais / Jumbo-Visma

    Ce classement a été effectué avant d’apprendre que Tom Doumoulin mettait sa carrière entre parenthèses, mais nous avons malgré tout décidé de le laisser dans notre Top 50. Hyper régulier en 2017 et 2018, le Néerlandais a été frappé par la malchance en 2019. Une mauvaise chute lors du Giro lui a coûté une année quasi blanche. Il est arrivé en 2020 dans l’armada Jumbo-Visma avec une concurrence très forte et peu de garanties sur sa forme physique. De fait, il n’a jamais semblé vraiment dans le rythme et a dû se contenter d’un rôle d’équipier de luxe de Primoz Roglic.

  • 19e Miguel Angel LOPEZ

    317 pts
    - 9 places / 26 ans / Colombien / Astana

    Il manque d’autorité, d’assurance parfois. Mais capable d’attaques tranchantes et avec déjà six Top 10 sur les grands Tours, dont deux podiums en 2018, le Colombien est un sérieux candidat pour les classements généraux. Néanmoins, à bientôt 27 ans, il attend toujours la victoire qui concrétisera l’expérience engrangée et le légitimera en tant que leader incontestable. Excellent grimpeur mais rouleur irrégulier, il devra sûrement muscler sa stratégie face à des adversaires extrêmement polyvalents, en prenant parfois le risque de perdre pour espérer enfin l’emporter.

  • 18e Mikel LANDA

    328 pts
    + 7 places / 31 ans / Espagnol / Bahrain-Victorious

    Parfois aussi difficile à suivre dans un col que dans ses choix stratégiques, Mikel Landa continue de fasciner. Chez Bahrain, il a désormais un plan un peu plus lisible, pas d’autre grand leader dans les pattes et l’ambition de remonter sur le podium d’un grand Tour, ce qu’il n’a pour l’instant fait qu’une seule fois (3e du Giro 2015). Sur le dernier Tour de France, il a égalé sa meilleure performance en terminant 4e, ce qui lui vaut dans ce Top 50 d’être tout près de la 16e place qu’il avait obtenu en 2019, quelques mois après un mois de juillet déjà brillant avec l’équipe Sky.

  • 17e Simon YATES

    341 pts
    - 15 places / 28 ans / Britannique / BikeExchange

    Après une année 2018 impressionnante, Simon Yates s’était hissé à la deuxième place de notre précédent classement. Depuis, le Britannique est rentré dans le rang, se contentant de coups d’éclats ponctuels (étapes sur le Tour de France, victoire à Tirreno) pour ne pas trop se faire oublier. Cette inconstance a divisé la rédaction car le grimpeur de BikeExchange figure parmi les coureurs dont les classements sont les plus hétérogènes, allant du bas de tableau jusqu’à la 7e place. Cette confortable 18e place est donc toute relative, car avec Simon Yates, on passe plutôt d’un extrême à l’autre.

  • 16e Peter SAGAN

    347 pts
    - 15 places / 31 ans / Slovaque / Bora-Hansgrohe

    Lors des deux premières éditions de notre Top 50, Peter Sagan était classé 1er, la première fois devant Chris Froome, la seconde devant Simon Yates. Mais le Slovaque, désormais trentenaire, est bien moins glouton que par le passé. S’il a remporté une étape sur le Giro à l’automne dernier, il a surtout été battu dans la course pour le maillot vert et n’a plus gagné une grande classique depuis Paris-Roubaix en 2018. Quatre de nos treize rédacteurs l’ont tout de même placé dans les dix premiers de leur classement, mais jamais mieux que 5e. Le roi n’est pas mort mais il a cédé son trône.

  • 15e Tao GEOGHEGAN HART

    351 pts
    Entrée dans le top 50 / 25 ans / Britannique / Ineos

    Le cas du Britannique a sans doute été l’un des plus difficiles à trancher. A quel point trois semaines de course (voire dix jours) doivent être prises en compte au moment d’élaborer notre classement ? Pour environ un tiers de nos rédacteurs, Tao Geoghegan Hart méritait sa place dans les dix premiers grâce à sa victoire finale sur le dernier Giro. A l’inverse, un tiers l’a aussi placé au-delà de la 25e position. Les mois qui viennent devraient nous permettre d’y voir plus clair, entre la possibilité d’une éclosion plus complète et le risque de retrouver un costume de gregario.

  • 14e Caleb EWAN

    356 pts
    Entrée dans le top 50 / 26 ans / Australien / Lotto Soudal

    Absent de ce classement en 2019, Caleb Ewan se hisse directement à la 16e place en 2021, grâce à deux saisons de très haut niveau. Longtemps en manque de réussite sur les grands Tours, il a su corriger cette anomalie en remportant cinq étapes sur le Tour de France et deux sur le Giro, soit plus que tous les autres sprinteurs sur la même période. S’il a été moins prolifique que Démare et Bennett en 2020, il a pour lui l’avantage de l’âge – 26 ans, contre 29 et 30 pour les deux premiers. Il est le mieux classé des quatre Australiens présents dans ce top 50.

  • 13e Sam BENNETT

    388 pts
    + 42 places / 30 ans / Irlandais / Deceuninck-Quick Step

    Progression et régularité sont les deux maitre-mots de l’Irlandais qui, en trois ans, a mis un violent coup d’accélérateur dans sa carrière, au point de se battre ces deux dernières années pour le titre officieux de meilleur sprinteur du monde. Étincelant mais barré chez Bora-Hansgrohe, il continue de gagner chez Deceuninck-Quick Step. Aux portes du Top 50 il y a deux ans (55e), le natif de Ménin, en Belgique, a presque mis tous les sprinteurs du monde dans le rétro, dont un certain Peter Sagan, qu’il a d’ailleurs dépossédé avec autorité du dernier maillot vert.

  • 12e Filippo GANNA

    413 pts
    Entrée dans le top 50 / 24 ans / Italien / Ineos

    Nouvel entrant dans le classement, Filippo Ganna a franchi un immense palier en 2020. On le savait excellent rouleur depuis longtemps mais on ne s’attendait pas forcément à ce qu’il s’affiche comme l’ogre de la discipline. A 24 ans, difficile de définir la direction vers laquelle l’Italien va tendre à l’avenir. Vainqueur de Paris-Roubaix chez les espoirs, sa puissance peut en faire un grand coureur de classiques. Mais on l’a aussi vu remporter une étape très difficile sur le Giro et son équipe commence à avoir une petite réputation lorsqu’il s’agit de faire d’un poursuiteur exceptionnel, un potentiel vainqueur du Tour.

  • 11e Arnaud DEMARE

    416 pts
    + 21 places / 29 ans / Français / Groupama-FDJ

    C’est le sprinteur de 2020, l’homme le plus prolifique du peloton. En se recentrant sur un programme plus réaliste, plus pragmatique, qui écartait ses classiques belges de cœur où il ne brillait pas pour se concentrer exclusivement sur les sprints massifs, le Français a réussi son pari et concrétisé le travail de tout un groupe, stable et soudé, construit autour de lui. Il est le sprinteur le mieux classé de notre Top 50, un statut qu’il lui faudra confirmer, notamment sur le Tour, où la pression sera plus grande et les adversaires mieux organisés, mais où il a déjà gagné.

LA MÉTHODE

Treize de nos rédacteurs ont établi une liste de 50 noms, qu'ils considéraient comme les meilleurs coureurs du peloton, sans avoir à les classer précisément. Nous avons conservé tous les coureurs cités au moins cinq fois (56 au total) pour un deuxième tour. Il revenait alors à chacun de classer les 50 meilleurs coureurs parmi ces sélectionnés. Cinquante points allaient au premier, un au cinquantième, puis nous avons exclu, pour chaque coureur, le meilleur et le moins bon score pour livrer notre classement final.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Chronique du Velo ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.