En ce début de saison, nous avons voulu nous lancer dans un projet qui nous trottait dans la tête depuis quelques temps : établir une hiérarchie du peloton actuel. Dans de nombreux sports collectifs, le football et les sports américains notamment, la chose est coutumière. ESPN a par exemple pris l’habitude d’établir chaque année, pour la NBA et la NFL, un top 50 voire un top 100. Dans le cyclisme, nous n’avons pas le souvenir d’être tombé sur un tel classement. Nous avons décidé de le faire nous-même. Le critère : qui aurions-nous pris dans notre “équipe type” au 1er janvier 2018 ? Bien sûr, notre top 50 portera à débat. Au sein même de la rédaction, où la plupart d’entre nous ont passé plusieurs heures à définir leur hiérarchie, il y a eu des désaccords. Mais au terme de plusieurs tours de votes, voici notre verdict.

Rendez-vous ici pour retrouver tous nos articles sur le Top 50.

50. Tiesj BENOOT 21 points / 23 ans / Belge / Lotto-Soudal

De grand espoir à véritable star, la marche est parfois trop haute. Véritable machine sur son vélo, capable de briller sur tous les parcours ou presque, le Belge a étonné par sa polyvalence cette année, notamment sur le Tour, mais il n’a pas cueilli le moindre bouquet. Contraste du joueur de tarot muni de beaucoup d’atouts, mais à qui il manquerait un bout.

49. Tim WELLENS 23 points / 26 ans / Belge / Lotto-Soudal

Le coureur est à part. Quand le peloton reste à l’abri de la pluie, le Belge s’envole dans de grandes échappées. On se rappelle évidemment de son Tour de Pologne 2016. Wellens est un tout-terrain, qui brille n’importe où. Mais cette qualité est aussi un défaut : le garçon ne se concentre pas sur un objectif et glane les petites victoires.

48. Nacer BOUHANNI 23 points / 27 ans / Français / Cofidis

Bien qu’il soit le Français en activité ayant le plus levé les bras, il lui manque une victoire référence. Il n’est pas passé loin à Sanremo, en 2016, mais c’est surtout sur le Tour de France qu’on attend qu’il en claque une. L’arrivée de Cédric Vasseur peut être le déclic dont il a besoin pour mettre K.O. la concurrence.

47. Sergio HENAO 31 points / 30 ans / Colombien / Team Sky

De l’espoir du Giro 2012 à sa suspension pendant l’enquête sur son passeport biologique en 2016, son parcours n’est pas un long fleuve tranquille. Mais en 2017, le Colombien a gagné, que ce soit sur les courses d’une semaine, comme Paris-Nice, ou d’une journée, sur le championnat national. Équipier solide sur le Tour et leader sur les ardennaises, il est un atout majeur de son équipe.

46. Dylan GROENEWEGEN 39 points / 24 ans / Néerlandais / Lotto NL-Jumbo

Petit à petit, le Néerlandais se fait son nid. Sa victoire sur les Champs-Elysées lors du dernier Tour de France l’a fait rentrer dans une nouvelle dimension. Les Pays-Bas se sont trouvés un nouveau grand sprinteur. Pour continuer de monter dans ce classement, Groenewegen n’a plus qu’à accumuler les victoires sur les grands tours.

45. André GREIPEL 39 points / 35 ans / Allemand / Lotto-Soudal

Le papy gorille fait de la résistance. Sa victoire sur l’étape inaugurale du Tour Down Under en est le symbole le plus frais. Mais l’Allemand décline irrémédiablement sous le poids de ses 35 ans. L’année dernière, pour la première fois depuis 2010 il n’a pas levé les bras sur le Tour. La vieillesse procure plus de douleurs que de plaisirs.

44. Jakob FUGLSANG 43 points / 32 ans / Danois / Astana

Sa victoire sur le Dauphiné avait fait naître un improbable rêve au Danemark. Celui de voir un successeur à Bjarne Riis au palmarès du Tour. Espoir déçu par une chute alors que l’enfant du pays était cinquième du général. Déception qui ne peut flétrir la réputation d’un coureur atypique qui va hériter du rôle de leader chez Astana.

43. Edvald BOASSON HAGEN 47 points / 30 ans / Norvégien / Dimension Data

Edvald n’est jamais devenu Eddy, mais finalement, on ne lui en veut pas. Il a passé du temps à se chercher, à naviguer d’équipe en équipe, pour finalement trouver son bonheur, semble-t-il, chez Dimension Data. Il n’est pas devenu l’épouvantail du peloton que beaucoup espéraient, mais il reste capable de gagner là où ça compte.

42. Wilco KELDERMAN 47 points / 26 ans / Néerlandais / Team Sunweb

Que de promesses. Et enfin une confirmation. Souvent cité comme la relève du cyclisme néerlandais, Wilco Kelderman a eu du mal à se faire un place dans l’élite mondiale. Sur le Tour d’Espagne, il était pour la première fois de sa carrière en mesure de jouer le podium. Raté, il y finit au pied. Mais il a assis son statut.

41. John DEGENKOLB 49 points / 29 ans / Allemand / Trek-Segafredo

Le plus grand des chaos est toujours rempli d’espoir, car il annonce une renaissance. Voilà pourquoi l’Allemand est toujours parmi les cinquante meilleurs coureurs du monde malgré deux saisons de vache maigre. Les restes de gloire de son doublée Sanremo-Roubaix, intervenu au printemps 2015, et de quelques places d’honneur cette année.

40. Zdenek STYBAR 50 points / 32 ans / Tchèque / Quick-Step Floors

Les pavés ne le font plus trembler. En avril, il est toujours là, même si le succès le fuit (2e de Paris-Roubaix, en 2015 et 2017). Mais réduire l’ancien cyclo-crossman à ce rôle d’éternel second des pavés, c’est oublier son travail tout au long de l’année pour ses coéquipiers, qui le rend indispensable chez Quick-Step depuis sept ans désormais.

39. Sep VANMARCKE 53 points / 29 ans / Belge / EF Education First-Drapac

Selon les années, on l’a présenté comme le plus sérieux rival de Fabian Cancellara puis de Peter Sagan au moment d’aborder les flandriennes. Preuve que le garçon a un talent inestimable. Reste à trouver l’audace et la régularité pour entrer dans la catégorie des très grands, là où le Suisse et le Slovaque sont déjà.

38. Rafal MAJKA 58 points / 28 ans / Polonais / Bora-Hansgrohe

Apprendre avec comme leader l’un des plus grands de sa génération, pour monter vite et haut, et partir s’épanouir seul ensuite. La stratégie de carrière de Majka, jusqu’ici, est parfaite. Mais contrairement à ce qu’il ambitionne, ses deux maillots à pois sur le Tour restent pour l’instant les plus belles lignes de son palmarès.

37. Bauke MOLLEMA 59 points / 31 ans / Néerlandais / Trek-Segafredo

Modeste et taiseux, Mollema n’impose pas son style mais sa présence. Toujours là, plus ou moins proche de la tête de course. Souvent proche, en fait, dans la première partie des grands tours, et un peu plus loin ensuite. Du moment qu’on le prend comme ça, il peut être un lieutenant de choix ou un leader de substitution plus qu’honorable.

36. Wout POELS 61 points / 30 ans / Néerlandais / Team Sky

Le vainqueur de Liège en 2016 n’a pas été retenu sur le Tour cette année. Trop court physiquement. Il s’est vengé en Espagne en reprenant ce rôle de lieutenant fidèle, de chien de garde qui lui va si bien afin d’épauler Chris Froome dans sa quête du doublé. Pas une star mais un coureur très, très solide.

35. Matteo TRENTIN 62 points / 28 ans / Italien / Mitchelton-Scott

C’est la belle prise de l’hiver pour Mitchelton-Scott. Auteur d’une deuxième partie de saison 2017 remarquable (7 victoires dont 4 sur la Vuelta), Matteo Trentin est un couteau-suisse idéal. Plutôt à l’aise dans les bosses, finisseur sous-estimé, l’Italien, qu’il soit leader ou lieutenant, est un atout de choix, autant sur les classiques que sur les grands tours.

34. Bob JUNGELS 62 points / 25 ans / Luxembourgeois / Quick-Step Floors

Coureur polyvalent, Bob Jungels a de grandes ambitions pour 2018. Le meilleur jeune des deux derniers Giro va prendre la succession de Dan Martin au sein de la Quick-Step. S’il parvient à mieux gérer sa forme sur trois semaines, il peut frapper un grand coup sur le Tour de France.

33. Adam YATES 62 points / 25 ans / Britannique / Mitchelton-Scott

Son palmarès n’est pas fameux, mais il a encore le temps de se rattraper. En 2016, il en avait surpris plus d’un avec une belle quatrième place sur le Tour de France. L’année suivante a eu des airs de contre-coup, mais le Britannique n’a rien perdu de son talent de grimpeur. Son possible retour sur la Grande Boucle cet été sera à surveiller de près.

32. Caleb EWAN 62 points / 23 ans / Australien / Mitchelton-Scott

Sprinteur au gabarit atypique (1,65m), Caleb Ewan a imposé son style au sein des arrivées massives. Longtemps resté dans l’ombre de Michael Matthews, le jeune australien a explosé au cours de l’année 2017 avec sept victoires sur le World Tour. Il doit maintenant confirmer sur les épreuves les plus prestigieuses du calendrier.

31. Primoz ROGLIC 69 points / 28 ans / Slovène / Lotto NL-Jumbo

Arrivé sur le tard dans le peloton, cet ancien sauteur à ski a déjà montré sa capacité à briller sur plusieurs terrains. Bon grimpeur, il s’est emparé d’une étape alpestre lors du dernier Tour de France. Excellent rouleur, il est vice-champion du monde de la spécialité. Quand il parvient à cumuler les deux, il peut jouer la gagne sur des courses à étapes d’une semaine.

LA MÉTHODE

Six de nos rédacteurs ont établi leur classement des 60 meilleurs coureurs du peloton, sans pré-sélection. Après exclusion du meilleur et du moins bon vote pour chaque coureur, nous avons conservé les 50 premiers (sur 82 coureurs cités) pour un deuxième tour. Il revenait alors à chacun d’établir une nouvelle hiérarchie en tenant compte de ces sélectionnés. 50 points allaient au premier, 1 au dernier, puis nous avons de nouveau exclu, pour chacun, le meilleur et le moins bon score pour livrer notre classement final.
Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Chronique du Velo ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.