S'il avait le sourire l'an passé, sur Paris-Nice, André Greipel l'a perdu par moments en 2017, même s'il l'a retrouvé il y a quelques jours en Australie - Photo ASO
19 janvier 2018
Par  Robin Watt 
pub Grupetto Shop

Greipel, un déclin en question

Pendant trop longtemps, sans doute, André Greipel a porté sur ses épaules carrées l’équipe Lotto-Soudal. Alors c’est comme si on lui refusait le droit de décliner. A 35 ans, l’Allemand a fait son temps, mais la formation belge n’a personne pour lui succéder : du coup, elle se raccroche à la moindre branche qui passe.

Sans relève

Certaines années, on aurait été tenté de dire que la razzia commençait déjà. Il n’y a pas si longtemps, André Greipel était une machine à gagner, lâchée dans l’arène dès le mois de janvier et qui étanchait sa soif de victoires le plus longtemps possible, souvent jusqu’à ce que l’automne pointe le bout de son nez. Mais pas cette fois. Oui, celui qu’on a pris l’habitude de surnommer le Gorille a remporté en costaud le premier sprint de l’année, sur la première étape du Tour Down Under. Mais il faudrait mettre toute lucidité de côté pour avancer que le garçon se lance dans une nouvelle saison prolifique. A vrai dire, il nous avait déjà fait ce coup-là l’an dernier, vainqueur dès le Challenge de Majorque. La suite avait été non pas un calvaire, mais un exercice teinté de frustration, le premier depuis des lustres. Depuis 2011, l’année où il a débuté dans la bande à Marc Sergeant, il n’avait quasiment jamais baissé le pied.

Une telle régularité était déjà difficile à imaginer lorsque, quelques mois plus tôt, il œuvrait encore dans l’ombre de Mark Cavendish chez HTC-Columbia. Mais il a su prendre ses responsabilités et devenir un leader aussi incontestable qu’incontesté. « Il a sauvé l’équipe tant de fois », soulignait Adam Hansen cette semaine, en Australie, après la victoire de son pote. Il a mille fois raison, et c’est pour ça qu’il faudrait laisser à André Greipel le droit d’être moins fort que durant ses meilleures années. Le poids des ans est implacables. Mais Lotto-Soudal, sur une douce pente descendante depuis quelques temps déjà, n’a pas vraiment d’autre leader à qui s’accrocher. Dominateur ou pas, le triple champion d’Allemagne a donc un rôle à assumer. « Normalement, il décroche de nombreuses victoires tout au long de l’année », ajoute Hansen. C’était vrai, mais ça ne l’a pas été l’an passé, et il est peu probable que ça le redevienne.

Une bande d’anciens

En 2017, Greipel n’a gagné que deux fois en World Tour. Evidemment, il restera ce bouquet sur le Giro, qui lui a au passage offert un maillot rose qui l’a fui pendant longtemps. Mais après douze grands tours consécutifs, depuis 2008, où il avait toujours remporté au moins une étape, l’Allemand a aussi vu sa série prendre fin sur le Tour de France. Alors il n’est pas fini, ses ressources sont énormes et il ne nous a pas attendu pour le montrer. « André veut faire encore quatre, cinq ou six ans, confie d’ailleurs Hansen, 36 ans. Je ne serais pas contre non plus, je suis sûr que Sieberg (35 ans, ndlr) suivrait et Lars (Bak, 38 ans, ndlr), je ne pense pas qu’il veuille partir un jour. » L’esprit d’équipe est fantastique. Mais dans ce quatuor, Greipel est en fait le plus jeune. Pour le bien de Lotto, il serait peut-être temps de penser à leur succession.

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
Highlanderchris83Baboutoxpat Recent comment authors
  Subscribe  
Me prévenir
pat
pat

2017 a été une année très dur pour Greipel d’un point de vue privée . La maladie de sa mère s’aggravait et André était très touché émotionnellement . Difficile dans ces conditions de pouvoir se concentré sur le plan sportif . Sa maman s’est éteinte en décembre , beaucoup de tristesse mais il va être libéré d’un poids et aura son esprit à nouveau tourné pleinement vers le vélo . Il est pas impossible de revoir briller Greipel à de multiples reprises cette saison . Les sportifs arrivent à faire de belles performances jusqu’à un âge plus avancé qu’avant . Il n’est pas rare de voir des coureurs de 35 ans remporter de grandes victoires Gilbert en a fait une belle démonstration l’année passée . Il suffit de voir un Federer qui à 36 ans dominent encore le tennis mondial . Je n’aime pas ce mot déclin qu’on utilise trop souvent dès qu’un coureur est un peu moins performant . En 2011 on avait annoncé le déclin de Boonen l’année d’après il a tout raflé sur les classiques flandriennes . On à dit pareil de Gilbert résultat un grand printemps et une victoire mémorable sur le Ronde . Non ,… Lire la suite »

Baboutox
Baboutox

J’ai aussi l’impression que Greipel manque maintenant un petit quelque chose pour être un des tous meilleurs en sprint même si il reste très bon évidemment. Par contre j’ai l’impression qu’il est plus solide sur les classiques pavés. Depuis quelques années il était équipier sur ces courses et tentait des attaques de loin pour dynamiter avant de s’écraser. L’année dernière par contre il fait top 20 sur le tour des flandres où il m’avait semblé bien pendant longtemps et il fait 7ème sur Paris-Roubaix, on en a peu parlé mais je trouve qu’année après année il progresse en tant que Flahute et sur des courses longues comme ça l’endurance d’un trentenaire peut-être un avantage surtout qu’il a encore beaucoup de giclette dans les sprints.
Je mettrais une pièce pour un top 5 sur Paris-Roubaix et Gand Wevelgem cette année et p’tet un top 10 sur le tour des flandres si la course se décante tard

chris83
chris83

Je ne me fais aucun souci pour Greipel. Il y a assez de courses dans la saison pour encore enrichir son palmarès. N’oublions pas comment on a enterré à l’avance il n’y a pas si longtemps Kittel et Cavendish!

Highlander
Highlander

Il gagne a l´instant en Australie devant qqs belles pointures . Belle entame de saison .