Du premier Tour de France remporté par Lance Armstrong, en 1999, jusqu’à ses aveux à la télévision en 2013, ils sont nombreux à avoir participé à la chute de l’Américain. Qu’ils soient journalistes, anciens coéquipiers ou agents fédéraux, ils ont fait de la seconde carrière de Lance Armstrong, après son cancer, une bataille permanente. Le Texan s’est défendu tant qu’il a pu, jusqu’à être trop acculé pour pouvoir continuer. Cette semaine, alors qu’ESPN diffuse un documentaire en deux parties où Lance Armstrong promet cette fois de dire toute la vérité, la Chronique du Vélo vous propose de revenir sur les principaux épisodes et acteurs dans la chute de celui qu’on a longtemps appelé « le Boss ».

Tous les épisodes :
Le système Armstrong, plus vraiment confidentiel (1/4)
Le septième Tour, la retraite et « le mensonge » (2/4)
Landis et Hamilton, lieutenants trop bavards (3/4)
Tygart envoie Armstrong chez Oprah (4/4)

En juin 2004, alors que Lance Armstrong s’apprête à dépasser Anquetil, Merckx, Hinault et Indurain au nombre de Tours de France remportés, David Walsh et Pierre Ballester publient L. A. Confidentiel, la première enquête d’envergure sur le système de dopage mis en place par l’Américain. Il faudra attendre neuf ans pour qu’Amrstrong concède finalement des aveux.

Au départ, le soupçon

Il reste 13 kilomètres avant le sommet de l’Alpe d’Huez, Lance Armstrong est impassible, en tête du groupe des favoris. Il se retourne et en danseuse, toise du regard Jan Ullrich, dans sa roue. Comme s’il voulait prévenir son rival allemand que l’heure était venue. L’Américain se met alors à appuyer bien plus fort sur ses pédales et en trois secondes, l’écart est fait. Il s’envole et s’impose au sommet avec deux minutes d’avance sur tous ses adversaires. Le Tour 2001 est promis au Texan dès la première arrivée au sommet. David Walsh, lui, a du mal à croire à ce qu’il voit. A la fin de l’été, il passe un coup de téléphone à Pierre Ballester, journaliste français qui vient de quitter le journal L’Equipe. « C’est insupportable, inadmissible, il faut absolument faire un bouquin, est-ce que tu veux en être ? », demande-t-il à son acolyte. L. A. Confidentiel est né.

Ballester réfléchit à peine plus de dix secondes et se lance dans l’aventure. Il doit alors trouver un éditeur pour un livre qui sera publié en France. Début octobre, tout est lancé et l’enquête démarre. Walsh s’occupe de la partie anglophone, Ballester est chargé du côté francophone. Les deux journalistes se connaissent mais n’ont jusqu’ici jamais travaillé ensemble. Faire la lumière sur le cas Lance Armstrong les réunit comme une évidence. « On n’était pas des fans ou des supporters, ce qui n’était pas le cas de tous les suiveurs à l’époque », souligne Ballester pour la Chronique du Vélo. Les deux, surtout, sont déjà plus ou moins blacklistés par celui qui est alors triple vainqueur du Tour. Leur faute ? Des interviews un peu trop directes, avec des questions centrées sur le dopage.

Vite, les premières certitudes

« On me reprochait de faire des interrogatoires de police avec Armstrong », sourit Ballester, en référence surtout à un entretien datant de 1999. Walsh, surnommé le « fucking little troll » par Armstrong lui-même, n’avait pas fait autre chose : « Lance, en gros, je ne veux te parler que de dopage, parce qu’à moins que je te crois propre, il n’y a pas d’intérêt à aller plus loin », balance-t-il à Armstrong en 2001. Mais le journaliste irlandais se met surtout à dos le patron du peloton lorsqu’il publie dans le Sunday Times, la même année, un article détaillant les relations de Lance Armstrong avec le déjà sulfureux Docteur Michele Ferrari. L’écriture de L. A. Confidentiel n’est alors que la suite logique, née d’un questionnement et même plus, d’un « soupçon », reconnaît Ballester. « Comment est-ce possible que ce type qui survit à un cancer, non seulement retrouve ses moyens physiques antérieurs, mais devienne invincible et gagne, à ce moment-là, trois Tours de France d’affilée ? », demande le journaliste français.

Rapidement, l’enquête avance. Tous les six mois, Walsh et Ballester se retrouvent avec leur éditeur pour faire le point sur leurs avancées. Dès le premier rendez-vous, il n’y a plus de doutes : il faut continuer, les documents et les témoignages s’accumulent. « On n’a jamais assez de matière ou de témoins », prévient Pierre Ballester. Il n’empêche, pour la première fois dans L. A. Confidentiel, ils s’entassent et se recoupent. Des anciens coéquipiers de Lance Armstrong chez Motorola ou chez les juniors, avant son passage chez les professionnels, des anciens médecins et même Jonathan Vaughters, coéquipier du Texan sur le Tour 1999, le premier remporté par Armstrong. « Les portes se sont ouvertes plus facilement que prévu », écrivent Walsh et Ballester. Certains voulaient parler.

« Emma, tu en sais assez pour me faire tomber »

« On savait que ça allait faire bouger un peu, ça a eu un certain retentissement », reconnaît Ballester. Avec Walsh, ils sont les premiers à faire ce travail minutieux pour remettre en cause la probité de Lance Armstrong, le champion d’après-Festina, qui raconte haut et fort son histoire, lui le rescapé du cancer capable de gagner la plus grande course cycliste année après année. « Se dire qu’on fait quelque chose de spécial, c’est presque tout le sel d’une enquête, explique le Français. On est des explorateurs qui foulent une terre vierge. Quand vous découvrez des éléments, c’est extraordinaire, même orgasmique. » Un témoignage, surtout, va faire une grande différence : celui d’Emma O’Reilly.

Pierre Ballester apprend d’abord par un journaliste anglais que l’ancienne masseuse d’Armstrong saurait beaucoup de choses. David Walsh part alors à sa recherche. O’Reilly, comme Walsh, est irlandaise. « Je pense que c’est pour ça qu’elle ne nous envoie pas tout de suite sur les roses », assure Ballester. Mais si la phase d’approche a été lente, recueillir le témoignage d’Emma O’Reilly prendra encore plus de temps : dix mois. Lorsqu’elle avait quitté l’équipe US Postal, submergée par ce monde gangréné par le dopage, elle n’avait pas prévu de vider son sac. Il aura fallu le travail de longue haleine de David Walsh pour qu’elle accepte de le faire. « On ne lui dit pas ‘Il faut que tu parles’, au contraire, explique Ballester. On laisse venir le témoin, c’est comme un hameçon qu’on laisse là et surtout, on ne remonte pas la canne. »

O’Reilly, tenue au courant des avancées de l’enquête, décide alors d’apporter sa pierre à l’édifice. Là encore, tout ne se fait pas en un jour, mais au fil de plusieurs entretiens étalés sur trois mois. « Emma, tu en sais assez pour me faire tomber », avait dit Lance Armstrong à sa masseuse dès le Tour 1999 et l’épisode d’une ordonnance antidatée pour l’utilisation de corticoïdes. Il avait presque vu juste. Sa masseuse, devenue sa confidente, en savait beaucoup. Mais pas assez pour le faire tomber, car la publication de L. A. Confidentiel en 2004, si elle mène à une enquête sénatoriale, n’empêche pas l’Américain de poursuivre sa carrière. « Nous étions ravi des ventes mais déçus du peu d’influence que le livre a eu », reconnaîtra David Walsh pour VeloNews.

Le trashtalking d’Armstrong et le chèque du Sunday Times

Les deux journalistes sont sûrs de leurs informations, confirmées bien des années plus tard. Pourtant, Lance Armstrong va contre-attaquer. « Des accusations extraordinaires doivent être suivies de preuves extraordinaires », assène-t-il. De son point de vue, il n’y en a pas dans le livre. L’Américain va même poursuivre en justice le Sunday Times, où David Walsh avait publié un long article reprenant les éléments principaux de L. A. Confidentiel en parallèle de la sortie du livre. Le journal britannique accepte alors un accord financier ahurissant et signe un chèque d’environ un million de livres – un montant que Lance Armstrong devra rendre des années plus tard, après ses aveux. Les lois britanniques ne protègent alors pas autant qu’en France.

Mais le livre aurait aussi pu ne jamais sortir, ou pas sous cette forme. Dans les dernières semaines, les avocats de l’Américain avaient tenté de retarder la publication. Le duo Walsh-Ballester savait alors que le clan de « L. A. » cherchait à savoir chez quel éditeur serait publié l’ouvrage. « Pour désamorcer tout ça, on a fait croire que tout allait être publié au Royaume-Uni, ils ont été cherchés vers là-bas et on a été tranquilles pour terminer », explique Ballester. Reste plusieurs frustrations pour les deux journalistes, comme celle de ne pas pouvoir creuser assez l’épisode de l’hôpital, où Armstrong, accompagné de son ancien coéquipier Frankie Andreu et de sa femme Betsy, avoue au médecin avoir utilisé une multitude de produits dopants. Il ne restait qu’une quinzaine de jours avant le bouclage et le temps manquait.

« Il y a de toute façon énormément de frustration dans une enquête, souligne Pierre Ballester. Vous ne levez jamais tout le voile, seulement 15 % ou 20 %. » La suite suivra, petit à petit, au travers d’autres ouvrages, d’autres enquêtes, d’autres témoignages. L. A. Confidentiel est seulement la première étape. Elle ne fait pas tomber Lance Armstrong mais elle le fragilise, déjà. L’Américain voulait tout contrôler, tout le temps. Il est désormais contraint de gérer des imprévus. Avec cynisme, toujours, mais aussi un peu d’inquiétude, au fond.

CHRONOLOGIE DES RÉVÉLATIONS À L’ENCONTRE DE LANCE ARMSTRONG

Juillet 1999 : Révélation par Le Monde d’un contrôle positif d’Armstrong à un corticoïde pendant le Tour de France. L’Américain le justifiera avec une ordonnance antidatée pour une crème contre les hémorroïdes.

2001 : David Walsh révèle avant le départ du Tour dans le Sunday Times les relations entre Lance Armstrong et le Docteur Michele Ferrari.

Juin 2004 : Publication de L. A. Confidentiel par Pierre Ballester et David Walsh.

Août 2005 : Publication dans L’Equipe d’une enquête de Damien Ressiot où sont révélés six échantillons positifs de l’Américain lors du Tour 1999.

Juin 2006 : Témoignages de Frankie et Betsy Andreu face à la justice, puis dans L. A. Officiel (en octobre 2006), deuxième ouvrage de Pierre Ballester et David Walsh.

Mai & juillet 2010 : Témoignages de Floyd Landis dans le Wall Street Journal incriminant Lance Armstrong.

Mai 2011 : Témoignage de Tyler Hamilton dans l’émission 60 Minutes de CBS, incriminant Lance Armstrong. Hamilton publiera ensuite en septembre 2012 son livre The Secret Race, encore plus détaillé.

2012 : Témoignages auprès de l’USADA de nombreux anciens coéquipiers de Lance Armstrong parmi lesquels George Hincapie, Levi Leipheimer, Christian Vandevelde, David Zabriskie, Tom Danielson ou Michael Barry.

Octobre 2012 : Décision de l’UCI de retirer ses sept Tours de France à Lance Armstrong et de le radier à vie après transmission du rapport de l’USADA.

Janvier 2013 : Aveux de Lance Armstrong à la télévision dans une interview accordée à Oprah Winfrey.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.