Présente sur tous les terrains à la faveur d’un effectif de plus en plus dense, l’équipe Bora-Hansgrohe a su réaliser une belle saison sans pour autant reposer sur les exploits de Peter Sagan. En s’appuyant notamment sur la richesse de son vivier national, l’équipe allemande a même explosé son record de victoires sur une année (47).

Le top : MANN-power

Il n’y a que huit coureurs allemands dans l’équipe Bora-Hansgrohe (à la licence allemande), mais trois d’entre eux ont brillé en 2019 : Pascal Ackermann, Emanuel Buchmann et, dans une moindre mesure, Max Schachmann. Le premier a redonné le sourire au sprint germanique dans une année marquée par l’arrêt de Marcel Kittel et le déclin d’André Greipel. Vainqueur de 13 courses – dont la classique de Francfort – et du classement par points du Giro, il est une des grandes révélations de l’année. En finissant 4e du Tour de France, Emanuel Buchmann a réalisé le meilleur résultat de l’équipe Bora sur le classement général d’un grand tour. Le coureur de 26 ans a également renoué avec le succès (à Majorque en début de saison puis au Pays-basque) après quatre années sans la moindre victoire. C’est également sur les routes espagnoles que Schachmann, recruté dans les rangs de l’équipe Quick-Step à l’intersaison, a été le plus en vue avec trois étapes remportées, quelques semaines avant de s’emparer du maillot de champion d’Allemagne.

Le flop : Sagan & Majka

Le mot flop est particulièrement sévère, limite du format de cet article, mais le bilan 2019 de Peter Sagan et de Rafal Majka reste mitigé. Le Slovaque ne compte que quatre victoires cette année, son pire total depuis ses débuts chez les professionnels en 2010. Il a accumulé quelques belles places sur les grandes courses d’un jour (4e à Sanremo, 5e à Roubaix, 2e à Québec et 5e aux Championnats du Monde) et accroché un septième maillot vert sur le Tour, mais il n’a pas su afficher la même aisance qu’au cours de ses trois années avec le maillot arc-en-ciel, montrant au contraire des signes de lassitude. De son côté, le Polonais a vécu une deuxième saison sans la moindre victoire. Pourtant, la forme était là car il a su se hisser dans les dix premiers du Giro et de la Vuelta, mais l’ancien double vainqueur du maillot de meilleur grimpeur n’a jamais pu faire mieux que limiter les écarts avec plus fort que lui. Principales cautions sportives de Bora lors de leur promotion dans l’élite en 2017, Sagan et Majka risquent d’être des leaders davantage contestés en 2020.

La stat: 13

Seul Dylan Groenewegen (15) compte plus de victoires que Sam Bennett et Pascal Ackermann en 2019 (13 chacun). L’Irlandais est même le coureur qui a le plus gagné sur le World Tour cette saison (11 succès, à égalité avec Primoz Roglic).

La note des lecteurs : 15,1

Les notes 2019 (sur 20)

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Jean-Baptiste Caillet ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.