Avec deux hommes sur le podium du Tour de France et une victoire finale sur le Giro, Sky a encore régné en maître sur les grands tours cette année - Photo ASO / A. Broadway
Bilan 2018

En cette fin de saison, l’heure des bilans est venue. La Chronique du Vélo a passé au crible l’exercice 2018 de chaque équipe, chaque rédacteur a livré sa note sur vingt permettant de faire une moyenne puis d’établir un classement. Des notes subjectives, basées sur les résultats mais aussi les effectifs et les objectifs annoncés en début d’année. Pour élargir le débat, nous avons aussi ajouté votre note, à la fin de chaque article, après une consultation lors de laquelle vous avez été une centaine à répondre.

5 novembre 2018
Par  Robin Watt 

Sky, toujours au sommet

17,4/20

Avec deux grands tours dans la besace, comme l’an dernier, l’équipe Sky a régné une saison de plus sur les courses par étapes. Avec Chris Froome mais aussi Geraint Thomas, nouveau vainqueur du Tour de France, l’armada britannique a assis encore un peu plus une domination déjà sans partage.

Le top : le Giro renversé par Froome

On aurait très bien pu évoquer Geraint Thomas, vainqueur du Tour malgré une situation très délicate à gérer en interne. Mais le Giro remporté par Christopher Froome résonne sans doute plus fort encore, et ce pour longtemps. Parce que le Britannique venait pour y réaliser un triplé historique après avoir remporté le Tour et la Vuelta, et qu’il prenait un risque en s’apprêtant à dompter des routes bien moins taillées pour lui que celles de juillet. Longtemps, d’ailleurs, il a été dominé par un autre anglais, Simon Yates, qu’il a finalement fait craquer dans l’étape la plus dantesque des dernières années. Dans le Colle delle Finestre, à 80 kilomètres de l’arrivée à Bardonecchia, Froome s’est envolé, seul, pour ne plus jamais être revu par personne et s’emparer du maillot rose. Une façon de faire inhabituelle pour lui, mais à laquelle il s’était résolu face à une situation très mal embarquée si proche de l’arrivée à Rome. Ce jour-là, on a vu on nouveau Froome, et quel que soit l’affection qu’on lui porte, on a forcément vibré.

Le flop : l’absence d’une grande classique

La formation britannique nous avait habitué depuis quelques saisons, en plus de son règne sur les grands tours, à décrocher quelques prestigieuses classiques par-ci par-là. Il y avait eu Milan-Sanremo, les Strade Bianche et la Clasica San Sebastian en 2017, Liège-Bastogne-Liège et le GP E3 en 2016, le GP E3, encore, et le Het Nieuwsblad, en 2015. Mais cette saison, rien. Michal Kwiatkowski trop discret, Gianni Moscon pas encore aussi efficace que son potentiel le laisse espérer, Geraint Thomas concentré sur le Tour et Wout Poels sur le Giro, Ian Stannard cantonné à un rôle d’équipier, tout s’est un peu moins bien goupillé que d’habitude. Résultat, aucune classique World Tour accrochée en 2018, encore moins de monument, comme c’était le cas depuis deux ans. Un petit manque tant la force collective de Sky doit lui permettre de briller sur tous les terrains. Mais sur la durée, c’est Kwiatkowski et Moscon qui doivent tenir ce rôle sur les courses d’un jour, et leur saison mitigée se ressent logiquement sur le bilan.

La stat : 2/3

C’est la deuxième année consécutive que l’équipe Sky remporte deux des trois grands tours de la saison. Mais contrairement à l’an passé, l’équipe britannique l’a fait cette fois avec deux coureurs différents (Froome et Thomas). Une première depuis l’équipe Liquigas en 2010 (Giro avec Basso, Vuelta avec Nibali).

La note des lecteurs : 17,0

Les notes 2018

12
Poster un commentaire

avatar
8 Threads de commentaires
4 Réponses
1 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
10 Auteurs de commentaire
rthzThomedavanscalbuth59Robin Watt Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Bullomaniak
Bullomaniak

« On a forcément vibré. »

Ah, de colère, oui, certainement.

pat
pat

J’aimerais savoir combien de victoires a remporté la sky cette saison . C’est curieux vous donnez le nombre de victoires pour toutes les autres équipes sauf pour l’équipe britannique .

R7814
R7814

L’équipe a en effet été bien décevante sur les classiques cette saison. Pour l’anecdote, je tiens un classement perso sur les classiques, le Team Sky est cette année seulement 15e du classement par équipes, bien loin de sa 2e place en 2017 (avec plus de 4 fois plus de points)

henri
henri

pas un mot pour rappeler que Froome a été « blanchi » dans des conditions honteuse!

alors non, je n’ai pas vibré une seconde pour les prétendus « exploits  » de ce type,
tout comme a l’epoque je n’avais jamais vibre pour le Texan tellement il etait évident qu’il etait chargé, et cela mem si plein de « specialistes du cyclisme nous expliquait que tout était normal

Nour
Nour

Pour moi la SKY même si on met de côté toutes les affaires et les doutes mérite au mieux un 12-13. Assez bien mais sans plus. Vu leur effectif et leur puissance financière gagner 2 GT c’est pas incroyable pour eux. Ca serait comme mettre 18 au PSG pour avoir gagné la Ligue 1 et la coupe de la Ligue (pour leur Tirreno et le Dauphiné). Quand une équipe est largement plus forte que les autres chaque contre performance doit peser plus lourd dans les résultats.

calbuth59
calbuth59

Sauf que de ce point de vue, si on reste sur les comparaisons footbalistiques, le Tour c’est la Ligue des Champions pour la Sky et ils font 1 et 3.
Je m’attendais par contre à ce qu’il y ait plus d’écarts entre la note de la rédaction que j’imaginais excellente et la note des lecteurs plombée par beaucoup et finalement pas tant que ça.

davans
davans

Et Quick step?

Thome
Thome

Faut admettre qu’ils sont très forts et possèdent une large palette d’excellents coureurs, mais leur ultra-domination sur le Tour de France années après années en devient écoeurante et nuit gravement au suspens et au prestige de cette course. Une situation qui est amenée à perdurer tant qu’ils auront à leur disposition cette puissance financière démesurée par rapport à la concurrence… un problème récurrent dans le sport de haut niveau en général aujourd’hui….

rthz
rthz

17 je trouve ça assez généreux pour la saison que fait Sky, ils ont le plus gros budget du WT et ils ont été quasi inexistants à partir du mois d’août (excepté Moscon) et surtout zéro résultat sur les courses d’un jour. J’aurais plutôt mis autour de 15.