Au moment de franchir la ligne d’arrivée de Rome, maillot rose sur le dos, Chris Froome arbore le même sourire que lors de ses victoires, ces dernières années, sur le Tour et la Vuelta. Ce Giro, pourtant, a été bien différent de ce qu’il a connu jusqu’ici. Plus difficile, sur la route comme en dehors.

Sous-estimé, sans doute

« C’était la plus belle bataille de ma vie, ce Giro », disait Chris Froome samedi soir, au terme de la dernière étape de montagne où il avait assuré son maillot rose. Les paroles du Britannique, en français dans le texte, ont un sens. Il sait par quoi il est passé. Que ces trois semaines n’ont en rien ressemblé à celles, en France ou en Espagne, qu’il avait pu connaître depuis le début de sa carrière. Le déroulé de la course, l’atmosphère, tout y était si différent. Lui le garçon habitué à ne pas faire l’unanimité depuis qu’il est devenu une machine à gagner il y a cinq ans, ne s’attendait pas à retourner l’opinion alors qu’il est empêtré dans ce que l’on appelle désormais « l’affaire du salbutamol ». Mais il ne s’attendait peut-être pas, non plus, à ce que tout soit aussi délicat sur la route. Chuter dès l’échauffement du contre-la-montre inaugural, à Jérusalem, aura longtemps été perçu comme le signe annonciateur d’une course compliquée pour Froomey.

Le premier test, à l’Etna, n’aura pas été rassurant non plus. Et jusqu’au Zoncolan, finalement, on n’a jamais vraiment reconnu le Froome dominateur des dernières années, qui jamais normalement ne se rate sur le plus gros objectif de sa saison. Restait un détail, que l’on a sans doute oublié un peu vite. Le leader de la Sky rêve, vingt ans après Marco Pantani, de doubler Giro et Tour de France : un défi qui ne permet pas d’arriver en forme trop tôt. Ses adversaires aussi, visiblement, ont sorti trop rapidement cet aspect de leur esprit. Par moments, certains auraient pu repousser l’Anglais plus loin encore au général, histoire de l’éliminer complètement. Mais ils n’ont pas jugé nécessaire d’insister. Après coup, on se dit que l’étape de Sappada était sans doute l’une des plus importantes de ce Giro. En perdition ce jour-là, Froome avait su ne perdre qu’une minute et demie sur Simon Yates, un peu moins sur les autres. Les regrets de Tom Dumoulin doivent être énormes.

Mise en cause permanente

Parce que Froome était en fait programmé pour cette dernière semaine démentielle, où l’on n’imaginait pas tant de défaillances mais où tout s’est joué. Yates, Pinot, Pozzovivo ont craqué. Dumoulin a tenu bon, lui, mais ce n’était pas suffisant face à un Froome révolté et qui a offert à la course rose une étape légendaire. Mauro Vegni devait avoir la banane, tout au long de cette journée folle. Il l’a sans doute encore, ce dimanche soir. D’autres en revanche rient beaucoup moins. En Israël, Dumoulin, encore lui, n’avait pas fait dans les détails, assurant que lui ne se serait pas pointé au départ avec une procédure en cours. A l’arrivée, sa deuxième place a sûrement un goût très amer. Samedi à Cervinia, après une étape qui scellait le classement général, le Britannique a voulu lui donner une accolade, ou au moins une poignée de main, au milieu de la nuée de journalistes. Le Néerlandais a soigneusement fait celui qui ne voyait rien, sans que l’on puisse penser une seconde que ce n’était pas volontaire.

Ce sera, pour toujours, le lot de cette victoire, qui fait entrer Froome dans l’histoire autant qu’elle nous renvoie en pleine face cette histoire de salbutamol. A l’heure actuelle, le même homme est le tenant du titre des trois grands tours. Mais avant même que ne se dispute le prochain Tour de France, tout aura peut-être déjà changé. David Lappartient, le président de l’UCI, prie pour un verdict annoncé avant le mois de juillet. Mais au cœur de l’hiver, il annonçait déjà vouloir que l’affaire soit réglée avant le Giro. On a donc compris qu’il n’a aucune prise là-dedans et qu’on peut faire presque autant que lui en se contentant de croiser les doigts pour une annonce rapide. Sauf qu’il est peut-être déjà trop tard. Chris Froome a maintenant une belle collection de maillots jaune-rouge-rose à encadrer dans son salon, mais il a aussi, sans qu’on l’en empêche et bien malgré lui, donné un très mauvais coup à l’image du cyclisme.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.