Largué dans les Alpes, Nairo Quintana a t-il les moyens de renverser la vapeur dans les Pyrénées ? On en doute sincèrement - Photo ASO/Alex Broadway
25 juillet 2018
Bagnères-de-Luchon
pub Grupetto Shop

Quintana en panne d’explications

Seulement huitième du classement général au matin de l’étape reine du Tour de France, Nairo Quintana est à des années-lumières du coureur tranchant et dominateur que l’on avait entrevu sur le Giro, la Vuelt ainsi que sur ses premières participations à la Grande Boucle. Sommé de réagir dans les Pyrénées, l’ancien maillot blanc porte sur lui le fardeau d’une équipe Movistar perdue.

Distancé à la régulière

Les défaillances des vainqueurs de grands tours sont souvent rares, et se comptent sur les doigts de la main. Vainqueur de deux épreuves de trois semaines, et deux fois second derrière l’intouchable Christopher Froome, Nairo Quintana termine généralement avec les meilleurs, ou tout seul devant. Problème, sur les routes françaises, cela fait bien trois ans que le garçon déçoit de plus en plus. Incapable de tenter quoi que ce soit en 2016, cramé après son Giro en 2017, 2018 est pour le moment synonyme d’un nouvel échec. Lâché au sommet de la première arrivée en altitude à la Rosière, il ne s’est dressé qu’une fois sur ses pédales, au pied de l’Alpe d’Huez. Un effort qu’il payera, terminant à une anonyme neuvième place, bien loin de son ascension canon de 2015.

« Jusqu’à maintenant, il n’a pas réussi à s’exprimer, relève de manière gênée José Luis Arrieta, directeur sportif de l’équipe espagnole. C’est pour ça que nous avons l’espoir d’être d’être au top demain (aujourd’hui), parce que sur une étape comme celle-ci, s’il est à 100 %, il peut faire des écarts. » Pour distancer les sept coureurs qui le précèdent, c’est bien sur sa giclette qu’on devrait compter. Mais là encore, elle semble avoir petit à petit disparu, et Quintana semble redescendu au niveau des bons grimpeurs-suiveurs, sans plus. Bernard Thévenet parle de quelqu’un qui a « absolument besoin de redorer son blason », alors que Michael Rasmussen constate que « sa progression s’est visiblement arrêtée. Tous les autres lui sont passés devant. »

Une préparation qui pose question

Pourtant, il y a un gros mois, sur le Tour de Suisse, Quintana avait remporté en patron la septième étape s’achevant à Arosa, ce que ne manque pas de relever un autre grimpeur retraité, Chris Anker Sörensen : «  Nous avions vu Quintana en Suisse comme nous ne l’avions plus aperçu depuis un long moment. » Qu’a t-il bien pu se passer entre temps, pour que la mécanique se déraille ? « En Catalogne et au Pays-Basque, il était aussi au niveau », complète Arrieta. Si les tensions de l’intersaison avec son nouvel équipier Mikel Landa se sont estompées à première vue, le flou entretenu par la structure d’Unzue ne l’a certainement pas glissé dans les meilleures conditions. Sur le plan comptable, c’est même le Basque qui s’est affirmé comme le leader naturel de son équipe, pointant à la sixième place, une minute devant le Colombien.

Déjà questionné sur le sujet, Thévenet glissait avoir l’impression que Quintana « n’a pas fait une bonne préparation pour le Tour ». Physiquement pas au niveau, Nairo ? « Perdre du poids n’est pas le seul problème. Probablement que Quintana manque de quelque chose d’autre…, estime Rasmussen. Il n’a pas l’air d’être assez fort, et à moins qu’un miracle se soit produit lors de la journée de repos, je ne le vois pas sur le podium à Paris. Ce n’est pas quelque chose qui va changer en une nuit. Vous êtes bon ou vous ne l’êtes pas, et de loin, Quintana n’est pas au niveau. » L’ancien grimpeur de Rabobank, double maillot à pois sur le Tour, parle même de Bernal comme du probable meilleur grimpeur du peloton actuel, qui n’aurait simplement pas encore eu la chance de le montrer.

Sörensen est un petit peu moins dur, soulignant qu’à son sens, « le poids de Quintana n’est pas un problème ». Quant à son long passage en Colombie pour préparer exclusivement le Tour, décrié chez certains, le Danois y voit un point positif pour aborder la plus grande course de l’année. « Passer plus de temps en Colombie fait partie des solutions. Aujourd’hui, il est quand même meilleur que durant ces dernières années. Je pense qu’il avait besoin de passer du temps là-bas, de s’entraîner beaucoup et de ne pas courir trop de courses », dit-il. Arrieta confirme qu’il s’agissait d’un plan bien établi : « Cette année il a fait exprès de se préparer davantage en Colombie pour arriver sur le Tour avec moins de jours de course. […] Pour le moment ça n’a pas été concluant, mais on continue d’y croire pour les Pyrénées. »

Un appétit diminué

Si l’aspect physique ne serait pas au centre de ses soucis, peut-être s’agirait-il d’une défaillance mentale ? En rose sur le dernier contre-la-montre du Giro 2017, Quintana avait perdu sa deuxième couronne italienne au pire des moments face à Tom Dumoulin. Un choc psychologique très dur, qui a laissé des séquelles sur son moral de compétiteur. Comme tétanisé par l’enjeu, le Sud-américain prend encore moins de risques qu’à ses débuts. Dans sa recherche d’explications, Chris Anker Sörensen sèche un peu. Puis développe. « Pour ma part, certaines années j’étais en très bonne forme, et je faisais donc exactement la même chose l’année suivante. Sauf que la forme n’était plus la même. […] Il y a aussi une part de chance, comme ne pas être malade », précise t-il.

Pour autant, tout ne semble pas perdu. « Les choses prennent du temps, souligne Sörensen. Il peut très bien être de retour l’année prochaine ou sur la Vuelta, s’il s’y rend. Il peut très bien redevenir le meilleur grimpeur du peloton. » « Je suis certain qu’il voudrait être bien mieux qu’il n’est maintenant, jure Rasmussen. Movistar doit obligatoirement se poser les bonnes questions sur ce qu’il s’est passé, parce qu’il était très bon en Suisse. » Le verdict définitif, après une nouvelle perte de temps à Mende, sera prononcé au sommet du Col du Portet. « C’est demain qu’on verra si son organisme est à 100 %, s’il est capable de se donner à 100 % », conclut Arrieta. Les supporters colombiens, massés en nombre le long de la route, sont en tout cas tout aussi nombreux qu’au départ du Tour. Eux y croient encore.

Logo Tour de France

Tour de France 2018
à l'issue de l'étape 16

1.Geraint Thomas 6.Mikel Landa
2.Chris Froome 7.Steven Kruijswijk
3.Tom Dumoulin 8.Nairo Quintana
4.Primoz Roglic 9.Jakob Fuglsang
5.Romain Bardet 10.Dan Martin
Alaphilippe
Bardet
Chavanel
Colbrelli
Degenkolb
Dumoulin
Dupont
Froome
Fuglsang
Gaviria
Gilbert
Groenewegen
Jungels
Kittel
Kragh Andersen
Kristoff
Kruijswijk
Landa
Laporte
Majka
Martin
Matthews
Naesen
Nibali
Porte
Roglic
Quintana
Sagan
Thomas
Valverde
Van Avermaet
Van Garderen
Uran
Yates
Zakarin
1 2 3 4 5 6 7 8 9 R 10 11 12 13 14 15 R 16 17 18 19 20 21
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2
3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3
4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4
5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6
7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7
8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9
10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
1.Julian Alaphilippe 6.Robert Gesink
2.Gorka Izaguirre Insausti 7.Michael Valgren
3.Adam Yates 8.Gregor Mühlberger
4.Bauke Mollema 9.Marc Soler
5.Domenico Pozzovivo 10.Pierre Latour
IndividuelGeraint Thomas
SprintPeter Sagan
GrimpeurJulian Alaphilippe
JeunePierre Latour
EquipeBahrain - Merida
  • Etape 2
    Luis León Sanchez
    Tsgabu Gebremaryam Grmay
  • Etape 4
    Axel Domont
  • Etape 5
    Michael Matthews (non partant)
    Robert Kišerlovski (maladie)
    Tiesj Benoot (non partant)
  • Etape 9
    Tony Martin (non partant)
    Richie Porte
    José Rojas
  • Etape 9
    Alexis Vuillermoz
  • Etape 10
    Jens Keukeleire
  • Etape 11
    Mark Cavendish (hors délais)
    Mark Renshaw (hors délais)
    Marcel Kittel (hors délais)
  • Etape 12
    Rigoberto Uran (non partant)
    Tony Gallopin
    Fernando Gaviria
    André Greipel
    Dylan Groenewegen
    Dmitriy Gruzdev (hors-délai)
    Marcel Sieberg
    Rein Taaramae (hors-délai)
    Rick Zabel
  • Etape 13
    Vincenzo Nibali (non partant)
  • Etape 14
    Patrick Bevin
  • Etape 15
    Gianni Moscon (mis hors course)
  • Etape 16
    Damien Howson
    Tim Declerq
    Serge Pauwels
Logo Tour de France Tour de France
Où voir le direct vidéo de la course
pub Grupetto Shop

4
Poster un commentaire

avatar
4 Threads de commentaires
0 Réponses
1 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
4 Auteurs de commentaire
Nibali Ni SumatraJamespatNour Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Nour
Nour

Bon bah voilà, Quintana a tenté et a gagné, je suis vraiment contente pour lui

pat
pat

C’est à croire que Quintana a lu votre article et a voulu faire démentir vos propos ! Il lui manque sans doute un petit truc pour jouer le classement général mais il remporte une belle victoire au panache .

James
James

Je suis sûr qu’il est plus âgé que ce qu’il prétend.

Nibali Ni Sumatra
Nibali Ni Sumatra

Un article plein de sens du timing :)
Et pas dépourvu de bizarreries :
– Venant de Rasmussen « Probablement que Quintana manque de quelque chose d’autre… », ça pousse aux sous-entendus.
– « Les défaillances des vainqueurs de Grand Tour sont souvent rares, et se comptent sur les doigts de la main. » Pour le coup, ça m’étonne vraiment. Sur les dernières années du Tour de Froome oui, mais dans l’histoire du cyclisme ce n’est pas ce qui manque.

(On cherche la petite bête, mais bravo et merci pour votre suivi de l’épreuve en général.)