Deuxième du Tour, Tom Dumoulin aura fait planer le plus longtemps possible une potentielle menace pour l'équipe Sky - Photo ASO/Bruno Bade
Bilan TDF 18
3 août 2018

Le plus dangereux : Au four et Dumoulin

Le Tour est terminé, mais ses acteurs n’ont pas tous été récompensés à la hauteur de leurs exploits. La Chronique du Vélo répare ces injustices et braque les projecteurs sur certains en décernant ses récompenses de la Grande Boucle. Nous continuons aujourd’hui avec l’award du coureur le plus dangereux pour l’équipe Sky finalement victorieuse : Tom Dumoulin.

Deuxième du Giro, deuxième du Tour de France. Voilà une prouesse bien remarquable en soi mais dont Tom Dumoulin se serait peut-être passé si elle lui avait été prédite quelques mois plus tôt. Le vainqueur du Tour d’Italie 2017 a confirmé avec brio son étiquette le classant parmi les tous meilleurs coureurs mondiaux. En s’installant comme une alternative à la domination des Sky.

Monstre de régularité

Formé à l’école des coursiers d’un jour, le Néerlandais n’est pas seulement un ascète de la préparation aux allures d’esthète sur sa machine, qu’il faille grimper ou rouler. C’est avant tout un impressionnant colosse qui apparaît infaillible sur la longueur de l’effort. Sacré client, c’est quasiment mission impossible pour ses concurrents de le distancer sur tous les registres, en témoigne ses statistiques sur les trois derniers grands tours. Treize fois dans les vingt premiers d’étapes sur son Giro victorieux, il avait encore progressé au mois de mai dernier, finissant dans le top 20 à quinze reprises. L’imprévisibilité du tracé étant moins forte de notre côté des Alpes, Dumoulin a réédité pareille performance seulement huit fois en juillet. Mais en haute montagne, il n’y avait que lui pour susciter de sérieux frissons chez Sky.

Malheureusement pour lui, le navire britannique fut une fois de plus son bourreau. KO debout suite à la chevauchée ahurissante de Christopher Froome dans le Col delle Finestre, Dumoulin n’a rien pu faire pour devancer ne serait-ce d’une demi roue l’indétrônable Geraint Thomas cette fois-ci. Certes, tout avait mal commencé suite à un ennui mécanique extrêmement rare dans la maison Sunweb, au pied de Mûr-de-Bretagne. Pris par les émotions, le garçon au fort caractère s’était jeté à corps perdu dans l’aspiration de la voiture de son directeur sportif, Tom Veelers. 1’13’’ de lâchée, pénalité comprise, mais qui ne doivent pas lui procurer des regrets supplémentaires. Sans cette mauvaise journée, le champion du monde du contre-la-montre aurait quand même terminé à la deuxième place.

Pleinement affirmé

Désormais, plus rien ne semble handicaper durablement le coureur batave dans les plus grands cols. S’il avait profité d’une certaine frilosité de ses opposants en troisième semaine du Giro, ses pertes de temps vers Piancavallo et Asiago demeuraient belles et bien l’objet des futures corrections à apporter. Souvent décrit comme quelqu’un aimant grimper à son rythme, refusant les à-coups, Dumoulin a montré qu’il était lui aussi en capacité d’hausser le rythme. Dans les lacets de la Rosière, il fut le seul à s’accrocher derrière l’attaque combinée de Thomas et Froome, terminant deuxième. Bis repetita vers l’Alpe d’Huez, où il s’inclinera une nouvelle fois sur le fil. Vainqueur de deux étapes consécutivement, Thomas avait scellé les jalons de son succès en devançant systématiquement son futur dauphin.

Fatigué, usé par la répétition des efforts, au même titre que Christopher Froome, celui qui s’était révélé sur trois semaines il y a un peu moins de trois ans, en Espagne, peut se targuer d’avoir pris sa revanche mathématique sur le quadruple vainqueur du Tour, terminant devant lui sur les Champs-Elysées. Mais en parallèle de leurs quêtes effrénées d’un doublé Giro-Tour infructueux depuis 1998 et les exploits de Marco Pantani, il y avait un autre os venu d’Outre-Manche. Geraint Thomas a condamné ses espoirs, et la distance à rattraper sur le dernier chrono était bien trop grande pour espérer quoi que ce soit. Mais refusant de terminer sur une saveur difficile à digérer, Dumoulin a fait le job entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette pour se gargariser d’un troisième succès d’étape sur la Grande Boucle. Avant d’y revenir très certainement avec vingt jours de course en moins dans les pattes. Pour le remporter.

3
Poster un commentaire

avatar
2 Threads de commentaires
1 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
3 Auteurs de commentaire
chris83NourJames Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
James
James

au four et Dumoulin
Vous avez osé

chris83
chris83

On a quand même évité: « Bardet tu dors, Dumoulin, Dumoulin va trop vite…. »

Nour
Nour

Est-ce que les braquets VTT qui sont utilisés dans les cols très pentu ne sont pas une des raisons qui aident les rouleurs grimpeurs à passer la montagne fasse au purs grimpeurs? Plus facile de lisser leur effort non?