On a pu commencer à croire à une blague, tant le transfert paraissait étonnant. Mais Fernando Gaviria, homme le plus prolifique du peloton en 2017, vainqueur de deux étapes du Tour en 2018, n’a finalement pas été retenu par l’équipe Quick-Step. Le Colombien a donc signé chez UAE Emirates, en quête d’un très grand sprinteur. Un scénario qui rappelle le départ de Marcel Kittel, il y a un an, vers Katusha.

Une bonne idée par Romain Puissieux

Dans l’incapacité d’assumer le salaire de Fernando Gaviria, Patrick Lefevere a été contrait de se séparer de son sprinteur colombien. Pour autant, rien ne permet d’affirmer que le garçon va vivre une saison 2019 moins prolifique que la précédente. Certes, Gaviria ne pourra plus compter sur le train Quick-Step, considéré à juste titre comme le plus puissant du World Tour. Certes, l’échec de Kittel suite à son départ vers Katusha, un an avant lui, comme la transformation de Viviani suite à son arrivée dans le « Wolfpack », sont des arguments qu’il faut entendre et qui peuvent semer le doute. Mais on peut aussi considérer que le talent pur du Colombien devrait lui permettre de continuer à briller et de se positionner comme le leader du sprint mondial.

A seulement 24 ans, difficile de l’imaginer piquer du nez. Surtout que dans la comparaison avec Kittel subsiste des points de divergence : Gaviria peut plus ou moins se débrouiller tant qu’il est amené dans le dernier kilomètre dans de bonnes conditions, alors que Kittel a davantage besoin d’hommes autour de lui jusqu’aux 250 mètres. Puis, avec Kristoff, visiblement enclin à travailler pour son nouveau coéquipier sur le Tour de France, et des garçons comme Consonni ou Ferrari, le Colombien devrait pouvoir profiter d’un train efficace. Sa saison pourrait même être plus réussie encore que la précédente, entachée d’une chute qui l’a tenu éloigné du peloton quelques semaines, le privant notamment des classiques. Surtout, l’effectif UAE sera moins relevé que ce qu’il a connu chez Quick-Step, où les victoires peuvent venir de partout et où les stars affluent à tel point qu’il est impossible de définir un patron. En 2019, Gaviria a donc tous les atouts pour prendre toute la lumière et devenir l’immense star attendue à ses débuts.

Une mauvaise idée par Alexis Midol-Monnet

On ne peut pas s’empêcher de faire le rapprochement entre la situation de Gaviria et celle de Kittel il y a un an. Et pour l’Allemand, la résultat fut sans appel. Deux victoires quasiment anonymes en 2018, un fiasco sur toute la ligne au Tour de France, et des tensions inhabituelles au sein du collectif. Comme Kittel avant lui, Gaviria se jette donc dans l’inconnu et devra composer sans ses poissons-pilotes attitrés. Richeze et Sabatini ne l’ont pas suivi et il devra construire un nouveau train autour de lui. Chouchouté par l’encadrement de la meilleure équipe du monde en matière de sprint, Gaviria a brillamment répondu aux attentes depuis deux ans. Avec 31 succès en quatre ans, le classement par points du Giro et le premier maillot jaune du Tour 2018, son palmarès est en total décalage avec celui de sa nouvelle équipe, en délicatesse depuis plusieurs saisons, surtout avec ses recrues.

Pourtant, même loin de son meilleur niveau, Alexander Kristoff n’entend pas se soumettre au nouveau venu, ni même partager le calendrier des classiques. Vainqueur du sprint des Champs-Elysées, le Norvégien a étonné par ses dernières déclarations dans la presse, où il met clairement la pression sur les épaules de Gaviria pour obtenir des coups de pouce à l’avenir. Entre les deux hommes, c’est « roule pour moi à Sanremo, et je te rendrais la pareille en France ». Un marchandage qui pourrait se révéler incontrôlable si les deux ne sympathisent pas dans les prochaines semaines. Et quid de Fabio Aru ou Dan Martin sur les courses par étapes ? Jusqu’à présent, les émiratis n’ont jamais semblé à la hauteur lorsqu’il s’agissait de miser sur plusieurs chevaux en même temps. Ce transfert en catastrophe n’était peut-être pas l’idée du siècle.

Selon vous, est-ce une bonne idée pour Gaviria d'avoir signé chez UAE Emirates ?

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Alexis Midol-Monnet ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.