Avec l'abandon de son leader Vincenzo Nibali en plein Tour de France, l'équipe Bahrain s'est retrouvée orpheline et incapable de s'en relever - Photo ASO / A. Broadway
Bilan 2018

En cette fin de saison, l’heure des bilans est venue. La Chronique du Vélo a passé au crible l’exercice 2018 de chaque équipe, chaque rédacteur a livré sa note sur vingt permettant de faire une moyenne puis d’établir un classement. Des notes subjectives, basées sur les résultats mais aussi les effectifs et les objectifs annoncés en début d’année. Pour élargir le débat, nous avons aussi ajouté votre note, à la fin de chaque article, après une consultation lors de laquelle vous avez été une centaine à répondre.

26 octobre 2018

Bahrain attend toujours son heure

12,2/20

Une année après avoir bouclé sa première saison dans l’élite, l’équipe Bahrain-Merida s’en avec la moyenne mais sans pouvoir s’enorgueillir du contenu livré. Entre un coup d’éclat, quelques belles surprises et l’assurance de valeurs sûres, c’est malgré tout l’impression d’une dépendance toujours aussi accrue à son leader charismatique qui prime dans les esprits en fin de saison.

Le top : Matej Mohoric

Sacré champion du monde espoir à Florence en 2013, le Slovène a mis un temps fou pour enfin s’illustrer au plus haut niveau. Vainqueur d’une étape sur la Vuelta l’an passé sous les couleurs d’UAE, le changement d’étiquette lui a apporté de nouvelles libertés. Parfait pour rentabiliser son profil polyvalent, capable de s’exprimer aussi bien sur les courses vallonnées qu’en grands tours, ou sur de courtes épreuves par étapes. Son mois d’août retentissant, où il s’est adjugé le Binck Bank Tour grâce à une échappée bien sentie avant de damer le pion à Romain Bardet au Tour d’Allemagne, représente un vrai accomplissement personnel. Avant ça, le garçon avait réalisé un solide Tour de Catalogne, puis remporté la plus longue étape du Tour d’Italie – 240 km – à Gualdo Tadino. Meilleur scoreur de sa formation en 2018, Matej Mohoric s’affirme de plus en plus comme un monstre de résistance et pourrait bien surprendre sur la prochaine Amstel Gold Race, à tout hasard.

Le flop : Le Tour de France

On attendait Vincenzo Nibali, Domenico Pozzovivo et les frères Izagirre. Et au final, Bahrain-Merida attend toujours. Engagé jusqu’aux Alpes, le Requin de Messine a été brutalement mis hors-course dans la furie paysagère de l’Alpe d’Huez, vertèbres rompues. Auparavant, Sonny Colbrelli est passé à côté de l’occasion d’une vie, en ratant deux duels face à Peter Sagan. Et l’après-Nibali n’avait rien d’enthousiasmant. Sur le parking des bus, on a vite baissé rideau, tandis que sur la route, des erreurs tactiques inhabituelles ont empêché le restant de la troupe de tirer son épingle du jeu. La différence d’efficacité par rapport à d’autres équipes, même dépourvues de leader, était flagrante. Qu’on était loin du récital collectif de mars sur Milan-Sanremo ou du train d’enfer imposé sur le Tour de Lombardie, là où l’ADN profond de cette équipe ressort régulièrement. Une fois n’est pas coutume, la structure italo-émiratie a toujours autant de mal à émerger lorsque sa figure de proue est hors service. Et on ne peut pas éternellement compter sur le Tour d’Autriche pour sauver son capital de succès.

La stat : 8

Cela faisait huit ans que le championnat d’Espagne n’avait pas récompensé une autre équipe que Movistar. Gorka Izagirre, bien aidé par son frère Ion, a donc cette année brisé une longue série. Mais on n’oublie pas justement qu’il est un ancien de Movistar, dont il est parti l’hiver dernier.

La note des lecteurs : 12,3

Les notes 2018

7
Poster un commentaire

avatar
5 Threads de commentaires
2 Réponses
1 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
7 Auteurs de commentaire
R7814rolfsorensencalbuth59chris83Lance Neilstrung Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Lance Neilstrung
Lance Neilstrung

Vous faites les onglets transfert cette année ? Je trouve ca très fluide, partique et sympa à voir comparé à d’autres sites.
Typiquement je voulais voir un peu la gueule de l’effectif l’an prochain

Robin Watt

On s’organise pour remettre ça en place prochainement. ;)

Lance Neilstrung
Lance Neilstrung

cool merci :)

chris83
chris83

La victoire à San Remo de Nibali, sa seconde place au Lombardie, les belles victoires de Mohoric en World Tour, le titre national d’Izaguirre, me font placer personnellement Bahrein avant AG2R. Pour moi,un 13 ne serait pas immérité.

calbuth59
calbuth59

Mohoric quel coup de pédale ! Il est arrivé très jeune sur le circuit avec une etiquette de double champion du monde (junior et espoir) mais il a une progression linéaire depuis 2 ans et je le vois bien prendre une nouvelle dimension la saison prochaine…

rolfsorensen
rolfsorensen

Ne pas oublier une première saison intéressante du jeune Ukrainien Mark Padun, 22 ans, présent du Tour du Pays Basque (7e à Eibar) jusqu’au Tour d’Autriche, et 5e des Mondiaux U23. Un profil polyvalent de grimpeur avec une petite pointe de vitesse qui pourrait être exploité sur les Classiques également.

Une équipe qui se muscle pour 2019, avec l’apport de plusieurs valeurs sûres de la BMC : Teuns pour les Ardennaises + avec Damiano Caruso sur les Tours d’une semaine et Dennis, le roi du chrono. Tout cela pour épauler Nibali, qui perd pourtant son fidèle capitaine de route Franco Pellizotti.

R7814
R7814

« Sacré champion du monde espoir à Florence en 2013, le Slovène a mis un temps fou pour enfin s’illustrer au plus haut niveau. »
Je vous trouve sévères, n’oublions pas qu’il avait à peine 19 ans lors de ses débuts pros en 2014…C’est normal qu’il ait mis du temps avant de briller en pro…Tout le monde ne s’appelle pas Peter Sagan