L'équipe néerlandaise a réalisé un Tour de France fantastique, ponctué de trois victoires d'étapes et d'une quatrième place au général - Photo ASO / P. Ballet
Bilan 2018

En cette fin de saison, l’heure des bilans est venue. La Chronique du Vélo a passé au crible l’exercice 2018 de chaque équipe, chaque rédacteur a livré sa note sur vingt permettant de faire une moyenne puis d’établir un classement. Des notes subjectives, basées sur les résultats mais aussi les effectifs et les objectifs annoncés en début d’année. Pour élargir le débat, nous avons aussi ajouté votre note, à la fin de chaque article, après une consultation lors de laquelle vous avez été une centaine à répondre.

25 octobre 2018

LottoNL-Jumbo en net progrès

14,9/20

Après une poignée d’années dans le creux de la vague, LottoNL-Jumbo a réalisé un exercice 2018 prometteur. Les locomotives Roglic et Groenewegen ont permis à l’équipe néerlandaise de vivre une saison prolifique. Avec 33 succès, il s’agit même de son deuxième meilleur total depuis le début du siècle. Il ne reste plus grand-chose à accomplir pour être de nouveau à la hauteur des poids lourds du peloton.

Le top : Primoz Roglic

Année après année, le rouleur-grimpeur slovène épate un peu plus. Une fois encore, l’ancien sauteur à ski est notre top de l’année. Auteur d’un printemps irrésistible avec trois victoires en autant de courses disputées (Pays-basque, Romandie et Slovénie), Roglic a enchaîné avec un Tour de France particulièrement solide, notamment en troisième semaine où il a arraché une belle victoire d’étape à Laruns grâce à ses qualités de descendeur. Pour une journée, il aurait même pu figurer sur le podium de Paris. Un peu moins performant en fin d’année, le Slovène a probablement fait un mauvais choix en faisant l’impasse sur le contre-la-montre du Mondial au profit d’une épreuve en ligne où une chute loin de l’arrivée a contrarié ses plans. A l’instar d’un Tom Dumoulin, Primoz Roglic a confirmé en 2018 que ses qualités initiales de rouleur sont tout à fait compatibles avec la conquête d’un grand tour. Son arrivée sur le tard dans le peloton professionnel laisse à penser qu’il dispose encore d’une nette marge de progression.

Le flop : Les monuments

Comme en 2017, LottoNL-Jumbo n’a pas vraiment existé sur les cinq monuments de la saison. Le meilleur résultat sur ce prestigieux quinté restera la dixième place de George Bennett au Tour de Lombardie, épreuve où Roglic a un temps figuré dans le groupe qui s’est joué la gagne avant de céder du temps. C’est un poil mieux que sur l’exercice précédent, mais cela reste trop mince. L’équipe néerlandaise n’a pas encore trouvé les hommes pour compenser le départ de Sep Vanmarcke il y a deux ans. LottoNL-Jumbo a pu compter sur Dylan Groenewegen pour des classiques pavées promises aux sprinteurs comme Kuurne-Bruxelles-Kuurne, mais ce dernier reconnaît volontiers qu’il n’a pas les armes pour briller sur les parcours les plus sélectifs tels que le Tour des Flandres ou Paris-Roubaix. Les arrivées de Mike Teunissen, Tony Martin, et potentiellement de Wout Van Aert, sont autant de solutions pour pallier cette carence. En attendant, les monuments restent le chantier le moins abouti d’une formation qui poursuit sa reconstruction.

La stat : 14

Avec 14 victoires en 2018, Dylan Groenewegen se hisse sur le podium des coureurs les plus prolifiques de la saison. Le sprinteur néerlandais a également le mérite d’être un des plus efficaces. Pour atteindre ce total, seuls 64 jours de courses et 25 « top 10 » ont été nécessaires. Cela signifie que Groenewegen gagne tous les cinq jours de courses disputés et qu’il gagne plus d’une fois sur deux à partir du moment où il termine dans les dix premiers.

La note des lecteurs : 14,4

Les notes 2018

5
Poster un commentaire

avatar
3 Threads de commentaires
2 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
4 Auteurs de commentaire
MAKLEBcalbuth59highlanderDomdeLyon Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
DomdeLyon
DomdeLyon

Super ! je leur ai mis 15 (si mes souvenirs sont exacts !) alors que j’avais sous-estimé les perfs de Groenewegen ! En contrepartie j’ai un « petit faible » pour Roglic (Souvenez-vous, c’était mon favori pour le tour ! Et j’y croyais encore à quatre jours de l’arrivée !) donc je manque cruellement d’objectivité par rapport à l’ensemble de l’équipe qui, certes, a peu pesé sur les classiques, mais quelle présence sur le Giro et le Tour et les courses par étapes en général !

MAKLEB
MAKLEB

Voilà une note que j’approuve ! Mais qui va dans mon sens pour AG2R, comment peut il y’avoir deux point d’écarts ???? Lotto NL a un sprinteur de premier plan, un duo de leader agressif et gagnant ( Romandie, pays basque….) un deuxième sprinter qui gagne aussi (van poppel) lotto NL fini la saison a 33 victoire AG2R à 15.
Avec Roglic qui explose , kruiswik qui revient à son niveau, des coureur comme Benett, van poppel, et Greoenwegen surement un des deux 3 meilleurs sprinteur de la saison avec Gaviria et Viviani, c’est vraiment une super saison…il en manque un peu sur les pavés cependant.
Je me repete, mais on peut pas metre 12.7 a ag2r cette année. Envoyez les -1

calbuth59
calbuth59

2,5pts d’écart ce n’est pas rien non plus… Au bac, tu passes d’une mention Assez bien à Bien. La Lotto Jumbo a indéniablement réussi sa saison, je serai pas étonné que l’équipe soit 3e du classement pendant qu’AG2R se retrouvera dans le haut du « ventre mou »…
Attention aussi à ne pas surévaluer ton évaluation pour assoir ton argumentation : Van Poppel n’a quand même pas fait une saison de dingo et comme le dit l’article, leur saison est quand même perfectible sur les classiques pour une équipe néerlandaise…

MAKLEB
MAKLEB

J’ai pas dit qu’il a fait une saison de dingo, mais il gagne des courses alors que c’est le second sprinter. Je ne pense ^pas sur- évalué, Lotto n’avait pas été a ce niveau depuis quelque années je pense, en plus dans le final des courses, ils pèsent de manière collective avec par exemple, un Robert Gesink capable de vraiment durcir la course.

highlander
highlander

D´accord pour ce 15 qui valide la brillante saison de ce team qui stagnait pourtant en second rideau ces dernières années; ils ont passés manifestement un dificile cap important confirmé par des résultats concrets qui leur ouvre des perspectives encore plus intéressantes .