Deux semaines après l’arrivée tonitruante d’André Greipel du côté de l’équipe Fortuneo-Samsic un autre ténor du peloton a décidé de poser ses valises en France. Et là encore, c’est vers la deuxième division que son dévolu s’est porté. Niki Terpstra et Direct Energie, l’assurance d’un contrat gagnant ?

Invraisemblable

Déjà, la venue du Gorille de Rostock en Bretagne avait bouleversé de nombreux observateurs, qui ne s’imaginaient pas une seule seconde voir un tel poids lourd rejoindre une petite formation. Ancrée dans le peloton depuis une vingtaine d’années sous différentes appellations, l’équipe Direct Energie de Jean-René Bernaudeau réalise peut-être le plus beau coup sportif de son histoire, si l’on met de côté Joseba Beloki début 2004. Une relation éphémère qui n’aura pas tenu ses promesses, le Basque ne retrouvant jamais le niveau qui fut le sien avant cette terrible chute restée dans les archives pour la traversée à-travers-champ de Lance Armstrong. Mise au défi de pouvoir rivaliser avec des concurrentes hexagonales très actives sur le marché des transferts, la structure vendéenne s’inscrit dans la lignée d’un été extrêmement remuant, et surprenant.

La grosse surprise annoncée sur les réseaux sociaux avait tout d’un teasing enjolivant pour un probable retour à la maison d’un capitaine de route, quelques heures après avoir signé le vice-champion de France Anthony Turgis pour 2019. Mais en s’offrant les services de Niki Terpstra, vainqueur aussi bien du Ronde que de l’Enfer du Nord, Direct Energie met la main sur un pur spécialiste des classiques flamandes. Depuis les adieux de Tom Boonen et Fabian Cancellara, aucun coureur n’écrase à proprement parler la discipline, mais si l’on devait désigner le meilleur coursier sur les pavés, nos regards convergeraient vers le Néerlandais.

Pour une nouvelle ère ?

Auteur d’un impressionnant doublé E3-Tour des Flandres, le natif de Beverwijk est encore dans la force de l’âge. S’il a remporté tout ce qui semblait être en mesure de sourire à un flahute privé de pointe de vitesse, l’appétit reste intact. C’est également une façon d’atténuer l’émotion suscitée par la future retraite de Sylvain Chavanel, coéquipier du Batave pendant deux ans. Candidat déclaré au World Tour, une expérience se révélant peu concluante du temps d’Europcar, Bernaudeau voit les choses en grand. « Accueillir un coureur de la trempe de Niki est une fierté pour Direct Energie. Il a du caractère et de l’ambition, c’est comme nous ! Je suis heureux de voir qu’il partage nos valeurs et qu’il souhaite s’inscrire dans notre projet », se targue t-il.

Des phrases qui pourront continuer à étonner. La réputation du prétendu égoïsme de Niki Terpstra nécessita l’intervention de Patrick Lefevere pour voler à son secours durant le printemps, afin de défendre la loyauté de son coureur. Connaissant le caractère bien trempé des noir et jaune, adeptes des échappées romantiques et pêchant parfois de pragmatisme, le mélange devrait faire parler de lui. L’extension de budget annoncée correspondant à l’implantation de Direct Energie dans de nouveaux marchés au Benelux ainsi qu’un coup de pouce signé Total ont permis au manager général de casser sa tirelire pour un coureur aux prétentions salariales trop élevées pour l’armada Quick Step, Sky ou encore Dimension Data. Et si cela annonçait rien de moins qu’une nouvelle ère pour les équipes françaises ?

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Alexis Midol-Monnet ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.