Quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Sagan exclu, ils sont nombreux à voir la porte s’entrouvrir vers un podium en vert à Paris. Jamais la course aux points n’a paru aussi ouverte avec au moins six candidats potentiels. Aucun d’entre eux n’en avait réellement fait un objectif à Düsseldorf, mais le départ du léviathan Slovaque a tout changé. Aujourd’hui, Kittel a battu Démare. Mais qui sera en vert sur les Champs ?

Arnaud Démare par Theo Sorroche

Pour l’instant, il l’a sur son dos et ça lui plaît. Le champion de France a glané son premier succès sur le Tour mardi et il semble armé pour garder le maillot vert jusqu’à Paris. Tenir trois semaines ne lui pose pas de problème. Sur ses deux premiers Tours, le sprinteur de la FDJ a rallié la capitale à chaque fois. Désormais capable de passer les bosses, il a un avantage conséquent sur Marcel Kittel. Trop rapide au sprint pour Matthews, Kristoff ou Colbrelli, il devrait augmenter son avance dans les sprints massifs. Malgré tout, Marc Madiot relativisait avant-hier : « On est au quatrième jour, on ne va pas parler de maillot vert tout de suite. C’est un protocole tous les soirs, du temps de perdu à s’exprimer, de la fatigue en plus. Je préfère gagner les étapes et ne pas me focaliser sur les points. » Mais les déclarations ne sont pas des faits et Arnaud Démare continue de jouer les sprints intermédiaires, de courir après les points. S’il y ajoute les victoires espérées, le maillot sera sur ses épaules à Paris. Sans l’ombre d’un doute.

Marcel Kittel par Baptiste Allaire

La disqualification de Peter Sagan est un cadeau du ciel pour Marcel Kittel. Il le précisait lui-même : la seule manière de terminer en vert à Paris, « c’est que Peter soit malade ou quitte le Tour ». Alors oui, Kittel est aujourd’hui le grand favori pour s’emparer du maillot vert. Faire de Démare le candidat n°1, c’est oublier la puissance de l’Allemand, dont il a déjà fait preuve sur ce Tour. C’est un sprinteur capable de remporter quatre étapes sur une même édition (2013 et 2014). Démare en est seulement à sa première. Si le champion de France est capable de passer les bosses, il ne semble pas en passe de réaliser les mêmes numéros que Peter Sagan dans les étapes de montagne. Marcel Kittel, enfin débarrassé de sa bête noire, a une occasion en or à 29 ans d’enfin remporter ce maillot vert. Son expérience du Tour (5 participations, un seul abandon) l’avantage contre Démare (3 Tours) ou Matthews (2). Les Greipel, Kristoff sont déjà relégués. Ce soir, Kittel a encore gagné et ne rêve aujourd’hui que d’une chose : le vert.

Michael Matthews par Alexis Midol-Monnet

Pleinement affirmé dans son statut de puncheur-sprinteur, Michael Matthews n’en demeure pas moins un redoutable prétendant au maillot vert. Troisième du classement par points ce matin au départ de Vesoul, l’Australien de l’équipe Sunweb devrait rivaliser avec Arnaud Démare tout au long de la Grande Boucle par ses facultés à s’illustrer sur des terrains très variés. À l’image d’un Boasson Hagen, vainqueur en échappée à Pinerolo il y a six ans, Matthews peut trouver l’ouverture en dehors des sprints massifs où sa pointe de vitesse ne suffira pas pour devancer des hommes focalisés sur les succès d’étape, comme Kittel ou Greipel. Sagan et Cavendish au tapis, l’occasion est trop belle pour récupérer la lumière des projecteurs. Après avoir porté les maillots rose et rouge sur le Giro et la Vuelta, le temps de la consécration sur le Tour de France semble venu.

Qui sera le maillot vert du Tour de France 2017 ?

Voir les résultats

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Théo Sorroche ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.