A 30 ans, Arthur Vichot a décidé de s’offrir un peu de changement. Exit la FDJ, où il était passé professionnel il y a neuf ans, et direction Vital Concept, une équipe toujours en construction et à la recherche de leaders, à la fois sur la route et en dehors. Ce sera beaucoup de responsabilités pour l’ancien champion de France, qui ne demande que ça.

Une bonne idée par Adrien Godard

Arthur Vichot va pour la première fois de sa carrière professionnelle connaître un autre maillot que le tricolore de la FDJ. L’ancien double champion de France fait en effet partie, tout comme son compatriote Pierre Rolland, des recrues de poids de l’équipe Vital Concept pour l’année à venir. Et pour Vichot, cela coïncide avec le moment de donner un coup d’accélérateur à sa carrière. Ses neuf années passées chez Marc Madiot l’ont amené à devenir un cador au niveau national, mais régulièrement une pointe de frustration, liée en grande partie à ses blessures, venait faire son apparition, lui qui semblait promis à une ardennaise dans ses jeunes années. Changer d’air ne peut donc être que bénéfique pour le Franc-Comtois, qui se retrouvait bien trop souvent dans un rôle d’équipier de luxe, alors qu’il possède des qualités de leader, et un punch qui peut encore rapporter de belles victoires.

Vital Concept, jeune structure d’un plus petit niveau que la FDJ, apparaît dès lors comme la solution idéale. Son statut lui permettra d’avoir un rôle important à chaque course ainsi que des équipiers dont la seule tâche sera de le protéger. Certes, rétrograder au niveau Continental Pro ne lui permettra pas de participer régulièrement à de grandes courses. Mais sur la scène française, il va pouvoir redevenir un coureur de premier plan, sur des épreuves qu’il connaît parfaitement. A 30 ans, Arthur Vichot est un coureur plein d’expérience, ce qui pourrait être utile à la plupart de ses coéquipiers, et ainsi pousser sa nouvelle formation vers le haut. Le vainqueur du dernier Tour de l’Ain n’a de plus rien à perdre en arrivant dans une équipe qui se cherche encore et dont la première année était bien loin des attentes.

Une mauvaise idée par Alexis Midol-Monnet

Arthur Vichot souhaite s’engager dans une nouvelle aventure. La trentaine passée et après avoir disputé l’intégralité de sa carrière sous le même maillot, le Franc-Comtois avait peut-être besoin de changer d’air. Installé dans la même routine depuis 2010, lui-même admet avoir craint un relâchement mental à force de répéter ses gammes, et il doit se relancer sportivement. S’il n’est pas sur le déclin, ses meilleurs résultats remontent au printemps 2014 avec cette troisième place sur Paris-Nice, et aux étés 2013 et 2016, marqués par deux titres de champion de France. Cadre incontournable de sa précédente formation, peut-être a t-il senti que le collectif tournait davantage autour des deux figures de proue majeures, Thibaut Pinot et Arnaud Démare. Mais chez Vital Concept, aura t-il la même confiance implicite venant du staff qui lui permettait de réaliser quelques coups d’éclats, à l’image du récent Tour de l’Ain ?

Recruté pour marquer les esprits dès le début de saison et gagner des points dans le jeu des invitations pour 2019, Vichot devra partager la couverture avec Cyril Gautier, un coureur au profil similaire. Pour mieux désencombrer Bryan Coquard du costume de leader. Pour autant, les wild-cards étant parfois dévoilées sans même prendre en compte les premiers coups de pédale, Vichot n’a aucune assurance de pouvoir briller sur la Grande Boucle, le Dauphiné, ni même sur Paris-Nice. Un choix forcément risqué, au moment où la culture des courses d’un jour semblait avoir franchi un palier chez FDJ, en témoigne le succès de Pinot en Lombardie. À défaut, il devra probablement se contenter du calendrier de la Coupe de France. Un maigre lot de consolation pour celui qui aimait briller à l’international – Québec, Italie, Suisse -, même si son envie d’apporter sa pierre à un édifice encore en construction doit être respectée.

Selon vous, est-ce une bonne idée pour Vichot d'avoir signé chez Vital Concept ?

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Adrien Godard ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.