En s’imposant de belle manière sur les Boucles de la Mayenne, une semaine après une éclatante victoire sur le Tour de Belgique, Mathieu Van der Poel a montré à tout le monde que son talent n’est pas uniquement exploité l’hiver. Mais l’ancien champion du monde de cyclo-cross doit-il pour autant abandonner sa discipline de cœur pour se consacrer à la route ? La rédaction de la Chronique du Vélo s’est penchée sur le sujet.

Il doit rester tout terrain par Adrien Godard

Habitué à illuminer les hivers de sa classe en cyclo-cross, Mathieu Van der Poel s’est montré sur la route ces derniers jours. Au point d’y décrocher de très beaux succès, en Belgique comme en Mayenne. Encore plus impressionnant, il est venu titiller Nino Schurter, dominateur du VTT mondial, la semaine dernière lors de la manche de Coupe du Monde d’Albstadt. Cette polyvalence, en plus de l’impression de facilité qu’il dégage dès qu’il monte sur un vélo, semble faire partie de son équilibre. Qu’il doit impérativement garder dans les années futures. Tout consacrer à la route serait une erreur, tant pour le cyclo-cross que pour lui. Le duel engagé avec Wout Van Aert depuis deux saisons dans les sous-bois, en passe de marquer l’histoire, ne doit pas s’arrêter. Et le Néerlandais semble tellement s’amuser à passer planches et escaliers qu’on l’imagine mal se consacrer à 100 % au bitume. Il risquerait trop d’y perdre la notion de plaisir qui lui est chère.

Pour pouvoir tout concilier, le petit-fils de Raymond Poulidor devra donc se concentrer sur quelques dates du calendrier sur route. Ses médailles mondiales des dernières années, ainsi que sa victoire sur le Tour de Belgique devant Philippe Gilbert, prouvent que le Néerlandais est capable de concilier les deux disciplines. Mais il devra faire des choix. Se concentrer sur la campagne des classiques, ou sur quelques courses par étapes devrait être dans ses cordes. Il ne doit pas, en revanche, avoir en tête les grands tours. Et il pourra toujours se maintenir en forme en allant, comme il le fait cette année, tenter de dégoûter les meilleurs vététistes du monde. Pour garder cette notion de plaisir, trop souvent réduite à la portion congrue quand un tout terrain se consacre uniquement à la route. Pas de doute, Van der Poel est un génie de la bicyclette, et il serait tellement dommage de ne pas en faire profiter le maximum de disciplines.

Il doit se consacrer pleinement à la route par Romain Puissieux

Pour inscrire les grandes courses sur route à son compteur de victoires, Mathieu Van der Poel n’aura pas d’autre choix que de se consacrer pleinement à l’asphalte. Son père avait réussi dans les années 1980 à se forger un immense palmarès dans les deux disciplines mais les temps ont changé. Aujourd’hui, les écarts de niveau relèvent tellement du détail qu’il apparaît impossible de porter la double casquette, aussi talentueux soit-il. Gagner les Boucles de la Mayenne après une saison de cross pleine est une chose, remporter un Tour des Flandres, un Liège-Bastogne-Liège ou un grand tour en est une autre. Cela demande une préparation minutieuse. Ce qui est incompatible avec une saison de cyclo-cross complète, qui elle implique un long pic de forme l’hiver.

Si Van der Poel veut devenir un grand leader sur route, il apparaît inconcevable qu’il ne soit pas présent avec ses coéquipiers lors des stages hivernaux de décembre et janvier, moment où la saison de cyclo-cross bat son plein. En revanche, rien ne l’empêchera de continuer de goûter au plaisir du cross quelques fois dans l’hiver comme le font de nombreux coureurs. En 2011, John Gadret avait bien réussi à cumuler une deuxième place aux championnats de France de cyclo-cross et un podium sur le Giro. Cela peut même s’avérer être une préparation efficace en même temps qu’un plaisir pour s’aérer l’esprit. Mais le Néerlandais a déjà tout gagné dans les labourés, le temps est venu de montrer l’étendue de son talent sur la route.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Adrien Godard ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.