Esseulé en montagne, Primoz Roglic a vu beaucoup de ses adversaires se replacer au général, vendredi vers Ceresole Reale. Attaqué de toutes parts, le Slovène a d’ores et déjà pu se rendre compte qu’il n’aura aucun répit jusqu’à la fin du Tour d’Italie. La course italienne est loin de lui être acquise face à des grimpeurs révoltés.

Seul contre tous

Il était le grand oublié, celui dont on ne parlait quasiment pas parmi les favoris. Mikel Landa, à Ceresole Reale, a retrouvé des couleurs. Depuis un an et demi et sa quatrième place sur le Tour de France, l’Espagnol était un peu plus en retrait. Ce vendredi, il était le plus impressionnant des cadors dans la dernière ascension. Résultat, presque deux minutes reprises à Primoz Roglic. « Roglic est peut-être le grand favori, disait-il dans L’Équipe jeudi, mais on ne cessera jamais de l’attaquer. Seul, il ne pourra contrôler la course. » Une déclaration qui en dit long sur les intentions de Landa et des autres grimpeurs. Le Slovène sait qu’il est désormais contre tous les autres, et plus seul que jamais quand la route s’élève. Jeudi déjà, pour la première étape de moyenne montagne, son équipe Jumbo-Visma avait montré des limites lors de la seule ascension de la journée, le Montoso. L’équipe néerlandaise, privée de Robert Gesink, blessé, et de Laurens De Plus, qui a abandonné en première semaine, en est réduite à subir la course.

Les grimpeurs l’ont bien compris, qu’ils s’appellent Landa, Lopez, Zakarin ou Mollema. Primoz Roglic, lui aussi, l’a bien compris. En deux étapes de montagne, il a déjà dû faire face à de multiples offensives, venues d’équipes bien plus armées que la sienne. La Movistar en premier lieu, a très bien manœuvré sur une ascension en deux parties, vendredi. Landa a su retrouver au meilleur moment Amador et Carretero, partis dans l’échappée, pour creuser l’écart sur le replat de sept kilomètres, avant d’aborder les pentes les plus rudes. Richard Carapaz, leader de substitution, s’est lui aussi replacé à moins de deux minutes du Slovène. On ose à peine imaginer ce qu’il se serait passé si l’équipe Astana, qui avait lancé les grandes opérations dans l’étape du jour, avait pu aller au bout de ses idées, c’est à dire une offensive de Miguel Angel Lopez, qui a été victime d’un pépin mécanique au pire moment de l’ascension finale.

Qui perd gagne

Hier, comme aujourd’hui, Roglic a semblé observateur. Incapable de prendre en mains une course qu’il doit le sentir, lui a légèrement filé entre les doigts depuis deux jours. La faute à son entourage, absent, mais aussi au marquage avec Vincenzo Nibali. Le Slovène ne s’occupe que du Sicilien et tout le monde en profite. Alors si en plus il n’est pas impérial, comme cela semblait être le cas sur les premières montées sérieuses de ce Giro, tout pourrait se compliquer. A l’heure des bilans, les chiffres font peur. Bauke Mollema pointe ce soir à 41 secondes de Roglic, alors qu’Ilnur Zakarin, qui a levé les bras sur cette première arrivée au sommet, est à seulement 31 secondes. Ils ne sont pourtant pas les plus dangereux, sur ce que l’on a vu. Mikel Landa, en effet, a pris une nouvelle dimension. 28 secondes hier, 1’41 aujourd’hui, bonifications comprises, il a gratté au total 2’09 au Slovène. A ce rythme-là, les 2’43 qui séparent encore les deux hommes pourraient fondre bien plus vite que les dernières neiges au sommet de Ceresole Reale.

Reste qu’au fil des jours, les rôles vont se préciser, et Mikel Landa, qui vient d’enfiler le costume du dynamiteur en chef, ne pourra sûrement pas compter, ou alors un peu moins que prévu, sur un Simon Yates hors du coup et un Miguel Angel Lopez sacrément retardé, désormais. C’est peut-être ce qui sauvera Primoz Roglic, dans les huit jours qui viennent. Dans une situation qu’il n’a jamais connu, le garçon va devoir défendre, et assumer ses responsabilités. Surveiller le seul Nibali n’est plus une possibilité. Répondre à chaque attaque ne l’a jamais été. C’est un casse-tête qui se profile pour le le garçon. Comme quoi il est souvent plus facile d’être l’un des chasseurs plutôt que le chassé.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Maxime Pimont ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.