Bjarne Riis, ancien coureur et directeur sportif d’équipe, a annoncé son retour dans le vélo. Le Danois de 55 ans sera désormais le manager de la formation sud-africaine NTT Pro Cycling, anciennement Dimension Data. Une annonce qui a de quoi raviver de mauvais souvenirs.

Un retour accidenté

C’est un retour qui peut laisser perplexe. Bjarne Riis, ancien vainqueur du Tour 1996 qui a avoué s’être dopé 11 ans plus tard lors de cette victoire, devient manager général de NTT Pro Cycling. Passé en tant que directeur sportif par CSC, devenue Saxo Bank puis Tinkoff, le Danois s’était éloigné du monde du vélo il y a cinq ans. Depuis, il a tenté plusieurs fois un retour, avorté jusqu’à ce début d’année. En essayant d’abord de racheter l’équipe dans laquelle il vient d’atterrir en 2015, alors connu sous le nom de MTN-Qhubeka. Il avait également tenté d’approcher la formation Israël Start-up Nation suite au rachat de la licence de l’équipe Katusha-Alpecin, une fois encore sans succès.

En ce début d’année 2020, son retour a été acté grâce à l’acquisition d’un tiers du capital de NTT Pro Cycling via sa société Virtu Cycling. « Ensemble, je pense que nous pourrons développer une des meilleures équipes du monde, a-t-il indiqué par communiqué, avec un savoir-faire basé sur la performance et la technologie, combiné avec plusieurs années d’expérience au niveau World Tour ». Et de l’expérience, la formation sud-africaine n’en manque pas, avec des coureurs tels que Boasson Hagen, Gasparotto, Pozzovivo, Kreuziger pour ne citer que les plus gros palmarès. Des atouts qu’il faudra mettre au service des nombreux jeunes de la formation à développer comme Max Walscheild, sprinter attitré pour les mois à venir.

La difficulté de se détacher du passé

Riis aura par ailleurs la tâche de relancer certains anciens grands espoirs comme Valgren, passé à côté de sa saison 2019, ou Meintjes, à l’arrêt depuis deux ans. Mais il peut déjà compter sur le soutien d’un de ses principaux leaders en la personne de Victor Campenaerts. « Il n’a peut-être pas été le cycliste le plus vertueux de son temps, a expliqué le recordman de l’heure à Het Laastste Nieuws, à l’image d’ailleurs de beaucoup de ses collègues de l’époque. Mais je regarde d’abord ses qualités de manager, et il est l’un des meilleurs du moment selon mon directeur sportif Lars Bak. Lars n’a d’ailleurs rien de négatif à dire à propos de Riis. » Même si Lars Bak, en charge de la performance, le dit, pas sûr néanmoins qu’il réussisse à convaincre l’ensemble du monde du vélo. Un retour au premier plan qui a de quoi faire grincer des dents, et rappeler à certains le passé sulfureux de l’ancien cycliste.

De l’ancien directeur sportif également. Plusieurs coureurs, membres de l’équipe CSC qu’il dirigeait, ont reconnu avoir eu recours à des produits dopants. Un fait auquel il faut ajouter le rapport, en 2015, de l’agence antidopage danoise qui déclarait que le Danois connaissait l’existence de ces pratiques. Bjarne Riis a entre autres dirigé de prestigieux coureurs tels qu’Alberto Contador, Ivan Basso, les frères Schleck, ou encore Fabian Cancellara, avec lesquels il a eu des résultats significatifs. Riis a pour lui l’expérience du World Tour et une excellente connaissance du cyclisme, et c’est un atout indéniable pour la formation sud-africaine. Cependant, le lourd passé de l’ancien de la Telekom risque de semer rapidement le doute en cas de renouveau de sa nouvelle formation, qui nous a habitué au fond de la classe ces dernières saisons.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Maxime Pimont ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.