Après une année 2017 où toutes les planètes étaient alignées en sa faveur, Sunweb a vécu une saison 2018 plus contrastée. L’équipe allemande a réalisé un exercice relativement satisfaisant compte-tenu de son effectif, mais elle a souvent manqué de réussite.

Le top : Tom Dumoulin

Drôle de saison pour Tom Dumoulin. Si on voit le verre à moitié vide, le vainqueur du Giro 2017 a fait chou blanc sur l’ensemble de ses objectifs de l’année (Giro-Tour-Mondiaux). Si on le voit à moitié plein, il a été à deux doigts de tous les remporter (2e-2e-2e/4e). Maître de constance, le Néerlandais a passé les 21 jours de course du Giro sur le podium provisoire, dont 19 à la deuxième place. Seul homme capable de limiter la casse face au virevoltant Simon Yates des deux premières semaines, il aurait pu bénéficier de la défaillance du Britannique pour conserver sa couronne sur le sol italien. C’était sans compter sur le tour de force de Chris Froome sur les pentes du Finestre. Deux mois plus tard sur le Tour de France, Dumoulin était bien trop esseulé pour contrecarrer la machine bicéphale proposée par la Sky. L’équipe anglaise lui a fichu la paix lors des Mondiaux d’Innsbruck, mais Dennis (pour le contre-la-montre), Valverde, Bardet et Woods (pour la course en ligne) ont pris le relais pour frustrer le Néerlandais une fois de plus. Il a au moins prouvé que sa reconversion sur les grands tours n’était pas qu’un one-shot mais un choix aussi logique qu’ambitieux.

Les flops : Matthews et Kelderman

En dehors de Dumoulin, les deux autres têtes d’affiche de Sunweb, Michael Matthews et Wilco Kelderman, ont été un peu en retrait cette année. Le premier, après un début de saison moyen et un Tour de France interrompu prématurément à cause d’une maladie, a au moins sauvé les meubles en septembre avec un doublé sur les classiques canadiennes. Le second s’est blessé à deux reprises à l’épaule lors de Tirreno-Adriatico en mars et du championnat des Pays-Bas en juillet, compromettant une grande partie de sa saison. Son absence s’est d’ailleurs sentie sur le Tour de France où Dumoulin se retrouvait rapidement livré à lui-même en haute altitude. De retour pour la Vuelta, Kelderman a dû se contenter d’un second rôle sur le grand tour espagnol, arrachant seulement la dixième place la veille de l’arrivée aux dépens de Buchmann et Gallopin, un résultat pas tout à fait satisfaisant en comparaison avec sa quatrième place de 2017. Dans un cas comme dans l’autre, il est sévère de parler de flop. Mais ces deux hommes devaient être des fers de lance de Sunweb et ils ont laissé Dumoulin assumer seul ce rôle.

La stat : 6

Parmi tous les coureurs avec deux victoires ou moins cette saison, aucun ne cumule plus de deuxièmes places que Tom Dumoulin (6).

La note des lecteurs : 15,0

Les notes 2018 (sur 20)

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Jean-Baptiste Caillet ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.