Il n’y a pas grand chose à redire. Soixante treize victoires, grâce à quatorze coureurs différents, avec dans le tas deux monuments, treize étapes de grands tours, des classiques en pagaille et même un inattendu podium sur la Vuelta : Quick-Step a survolé la saison et décroche d’assez loin la meilleure note de nos bilans.

Le top : Julian Alaphilippe

Il y avait pas mal de choix. On aurait pu mettre en avant Viviani, Terpstra ou même Jungels sans que cela fasse tâche. Mais dans la saison de Quick-Step, un homme est quand même sorti du lot : Julian Alaphilippe. Trois ans après un printemps qui l’avait révélé au grand public, il était attendu au tournant pour enfin concrétiser, et il ne s’est pas loupé. Sur la Flèche Wallonne, chasse gardée d’Alejandro Valverde depuis quatre ans, le Français a forcé le passage de témoin. Intouchable sur le Mur de Huy, il a fait comprendre à tous qu’il était prêt, désormais, à endosser le costume de patron. Un an après une saison frustrante, qui l’avait vu déclarer forfait pour les classiques puis pour le Tour, il a alors poursuivi son opération « rattrapages ». Deux étapes et le maillot à pois au mois de juillet lui ont permis de devenir le nouveau chouchou du public. La Clasica San Sebastian, une semaine après l’arrivée sur les Champs, était la cerise sur le gâteau. Finalement, après tout ça, être sacré champion du monde aurait presque été indécent.

Le flop : Fernando Gaviria

Il faut faire un sacré effort pour trouver un point négatif dans la saison de l’équipe belge. Cela aurait pu être Paris-Roubaix, la course fétiche de Patrick Lefevere, sur laquelle Quick-Step n’a pas su peser. Mais à l’arrivée, Niki Terpstra était quand même sur le podium, c’est dire… Alors on a opté pour Fernando Gaviria, en dépit de ses deux victoires d’étapes – et d’un maillot jaune éphémère – sur le Tour de France. C’est ultra-sévère, on en convient. Mais il fallait bien pointer quelque chose, et le Colombien fait partie de ceux dont on pouvait attendre un peu plus. Son abandon en milieu de Tour l’a empêché de décrocher quelques bouquets supplémentaires, comme l’avait fait Marcel Kittel un an avant lui. Sa saison, ponctuée de neuf succès, est d’ailleurs moins aboutie que la précédente, qu’il avait terminé comme coureur le plus prolifique du peloton avec quatorze victoires. Et la fin de l’histoire entre Gaviria et Quick-Step laisse un goût d’inachevé : on connaît le potentiel du garçon et il semble qu’il ne l’ait pas encore exploité au maximum.

La stat : 18

Avec 18 victoires, Elia Viviani est le coureur qui a le plus gagné cette saison. C’est mieux que Gaviria et Kittel en 2017, 14 succès chacun.

La note des lecteurs : 18,2

Les notes 2018