Après un début de saison en fanfare, les Direct Energie ont souffert tout le printemps, puis l’été. La saison est finalement mitigée, avec un Lilian Calmejane un ton en dessous sa saison 2017 et des recrues (Rein Taaramae, Damien Gaudin) qui n’ont pas autant apporté qu’espéré.

Le top : le gros début de saison

L’équipe Direct Energie a vécu deux mois de folie. Du 14 février au 14 avril, les hommes de Jean-René Bernaudeau ont glané 12 des 14 bouquets de leur saison, et pas des moindres. Les deux victoires de Jonathan Hivert et Jérôme Cousin sur Paris-Nice sont les plus belles, et les premières de la formation vendéenne sur la course au soleil depuis le prologue remporté par Damien Gaudin en 2013. En à peine trois jours, Direct Energie a ainsi remporté autant de courses World Tour qu’en trois ans, entre 2014 et 2017 ! Durant cette période faste, quelques hommes ont su porter le reste de l’équipe : Jonathan Hivert, cinq victoires (dont trois sur le Tour du Haut-Var), Thomas Boudat et Lilian Calmejane, deux succès chacun. En parallèle, Adrien Petit levait lui les bras sur Paris-Troyes – sa seule victoire de l’année. Bref, l’équipe semblait partie pour une belle saison. Mais de la victoire d’Hivert sur le Tour du Finistère jusqu’à la fin de l’année, Direct Energie n’a plus gagné que deux fois.

Le flop : Lilian Calmejane

La saison 2017 était un grand cru pour Lilian Calmejane. L’Albigeois s’était imposé dix fois, avec une victoire à la Station des Rousses sur le Tour de France, et des classements généraux de courses de plusieurs jours (Semaine Coppi Bartali, Etoile de Bessèges, Circuit de la Sarthe). Le coureur de 25 ans était donc attendu au tournant en 2018, et il n’a pas fait aussi bien. Cette année, seulement deux petites victoires et des objectifs manqués. Sur le Tour de France, Calmejane rêvait de s’imposer sur ses terres, à Carcassonne. Au final dans la cité fortifiée, une septième place et des larmes amères. Certes, ses rivaux avaient offert la victoire sur un plateau à Magnus Cort Nielsen, mais son raid en solitaire à cent kilomètres de l’arrivée lui a coûté des forces. Un peu plus tôt en juillet, sa bisbille sur la route de Quimper avec Tom Skuijns avait plus marqué les esprits que sa belle échappée. L’Albigeois est un coureur talentueux, mais un peu trop impulsif. C’est ce qui fait son charme, aussi, mais ça ne lui a pas rapporté grand chose cette saison.

La stat : 19

C’est le nombre de saisons chez les pros pour Sylvain Chavanel. Avec 45 victoires au total, le Châtelleraudais a décidé de prendre sa retraite. Son échappée solitaire vendéenne sur le Tour de France, ponctuée d’un salut à son manager historique Jean-René Bernaudeau, parti fêter son anniversaire sur le bord de la route, restera dans les mémoires.

La note des lecteurs : 9,9

Les notes 2018