Le contre-la-montre par équipes est une affaire de spécialistes où on ne sauve pas la face par miracle. Dans le haut du tableau, il n’y a donc pas de surprise. Mais la formation Groupama-FDJ s’est malgré tout hissée un peu plus haut que ce que l’on pouvait imaginer. Pas par chance, bien au contraire. Une très bonne nouvelle pour Thibaut Pinot.

Pinot, placé comme rarement

Comment s’empêcher de comparer ? A Bruxelles, Thibaut Pinot aura donc perdu douze secondes sur le monstre à deux têtes d’Ineos, composé de Thomas et Bernal quand Romain Bardet, lui, a lâché 59 secondes. Alors même si du côté d’AG2R La Mondiale, on assure que tout ça était prévu, on est obligés de noter, ce dimanche, que parmi les deux leaders français, l’un a fait une très bonne affaire quand l’autre pouvait difficilement perdre davantage – il n’y a que trois équipes et aucun favori derrière AG2R. A l’arrivée, Thibaut Pinot, et c’était légitime, ne cachait pas sa satisfaction. Il parlait de récolter les fruits d’un gros travail fourni depuis des mois, avec en point d’orgue un stage spécifique consacré au contre-la-montre par équipes, plutôt inhabituel, surtout pour une formation française. Avec un sourire en coin, le Franc-Comtois semblait même très heureux d’en avoir surpris certains, pas très optimistes avant le week-end.

A l’opposé, AG2R La Mondiale, par l’intermédiaire de Tony Gallopin dans L’Equipe ce dimanche, confiait ne pas avoir beaucoup travaillé la discipline cette année. Surprenant quand on dit viser le podium sur le Tour. Parce que pointer à une minute de Geraint Thomas et Egan Bernal, après seulement deux jours, ça fait beaucoup. Les Ineos, d’ailleurs, peuvent se lécher le bout des doigts, à la fin de ce week-end. La légère chute du Gallois, samedi sur la première étape, était bien sans conséquence. Voici donc les deux co-leaders, si l’on en croit la communication des Britanniques, parfaitement placés au général. Dave Brailsford aura peut-être la petite frustration de voir son équipe battue, encore une fois, dans un chrono par équipes. Mais il sera peut-être plus heureux encore de voir que ses hommes ont tout gagné, à savoir du temps sur quasiment tous leurs rivaux, sans avoir à prendre le maillot jaune, que Jumbo-Visma se fera un plaisir de défendre ces prochains jours.

Jumbo marche sur l’eau

Parce que comme samedi, c’est encore l’équipe néerlandaise qui s’est offert le bouquet de la victoire. Par le nom du vainqueur, hier, c’était une grande surprise. Ça l’est beaucoup moins cette fois, où la puissance de Tony Martin et Wout Van Aert, notamment, était vouée à faire de gros dégâts. Sans faire de bruit, donc, Steven Kruijswijk est le mieux placé des favoris, devant les Ineos puis Thibaut Pinot – si l’on prend les dix favoris que nous vous avons présenté cette semaine sur la Chronique du Vélo. Un homme, malgré tout, doit assez peu goûter la domination de Jumbo-Visma. Julian Alaphilippe rêve de maillot jaune, dans cette première semaine, mais Mike Teunissen a désormais un matelas de 30 secondes d’avance, et il faudra un peu plus que les seules bonifications pour lui chiper le paletot. Mais un maillot jaune ne tombe jamais du ciel et les obstacles font partie du jeu. Surtout que Teunissen, qui vit ses meilleurs jours sur un vélo, prévoit de s’y accrocher comme jamais.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.