En ce début de saison, nous avons voulu nous lancer dans un projet qui nous trottait dans la tête depuis quelques temps : établir une hiérarchie du peloton actuel. Dans de nombreux sports collectifs, le football et les sports américains notamment, la chose est coutumière. ESPN a par exemple pris l’habitude d’établir chaque année, pour la NBA et la NFL, un top 50 voire un top 100. Dans le cyclisme, nous n’avons pas le souvenir d’être tombé sur un tel classement. Nous avons décidé de le faire nous-même. Le critère : qui aurions-nous pris dans notre “équipe type” au 1er janvier 2018 ? Bien sûr, notre top 50 portera à débat. Au sein même de la rédaction, où la plupart d’entre nous ont passé plusieurs heures à définir leur hiérarchie, il y a eu des désaccords. Mais au terme de plusieurs tours de votes, voici notre verdict.

Rendez-vous ici pour retrouver tous nos articles sur le Top 50.

30. Gianni MOSCON 71 points / 23 ans / Italien / Team Sky

Deux certitudes chez Gianni Moscon. La première : il est le coureur le plus polyvalent de sa génération, devant même Julian Alaphilippe. Aussi à l’aise sur les pentes que sur les pavés, son spectre est bien plus large que la normale. La seconde : il est également le plus sulfureux avec le lot de polémiques qu’il a engendré au cours de l’année 2017. Son tempérament de feu et son arrogance naturelle n’en font pas un personnage appréciable, mais il est difficile de nier ses qualités de coureur. Sa possible présence sur le prochain Tour de France ne devrait pas passer inaperçue.

29. Miguel Angel LOPEZ 73 points / 23 ans / Colombien / Astana

Si vous nous suivez avec assiduité, vous savez que Lopez était le chouchou de la rédaction l’été dernier. Tâchons d’être impartial, mais il faut reconnaître que le jeune Colombien a déjà montré de belles choses sur les étapes de montagne. Sa progression a été contrariée par six mois d’arrêt, mais Superman a su reprendre son envol sur les routes de la Vuelta où il aurait pu obtenir le maillot du meilleur jeune si une telle récompense était décernée. Avec le départ de Fabio Aru, il espère confirmer sur les routes du Giro et s’offrir un nouveau statut chez Astana.

28. Oliver NAESEN 78 points / 27 ans / Belge / AG2R La Mondiale

Le « Van Avermaet light » rattrape petit à petit l’original. Capable de suivre les meilleurs sur les classiques pavées, Oliver Naesen s’est aussi distingué l’été dernier sur le Tour de France en capitaine de route exemplaire pour Romain Bardet. Ce coureur, passé pro sur le tard, n’impressionne pas encore par son palmarès, mais il en étonne plus d’un par son endurance et son abnégation dans l’effort. Ce « pêcheur de perles » (le surnom de son groupe d’entraînement) n’est pas loin du gros lot sur les classiques flandriennes, il s’agit seulement de peaufiner ses talents de finisseur.

27. Alexander KRISTOFF 88 points / 30 ans / Norvégien / UAE Emirates

« Derrière les nuages, le ciel est toujours bleu. » C’est un proverbe norvégien et c’est Google qui le dit, donc ça doit être vrai. Alexander Kristoff reste sur deux saisons en demi-teinte où il a souvent coincé face à plus fort que lui. Néanmoins, le sprinteur a encore de la caisse et sa régularité sur l’ensemble de la saison le prouve. Le champion d’Europe peut encore aller gratter un monument ou deux. Et comme le Tour de France ne lui sourit plus depuis 2014, il compte bien se refaire la cerise sur le Giro. Après six saisons chez Katusha, le ciel bleu refera t-il surface chez UAE Team Emirates ?

26. Geraint THOMAS 90 points / 31 ans / Britannique / Team Sky

C’est à croire qu’on ne saura jamais, en réalité, jusqu’où peut aller le Gallois sur trois semaines. Plusieurs fois, il a étonné en première partie de course. Jusqu’à faire paniquer les équipes adverses. Serait-il capable, lui aussi, de mener la Sky à la victoire, sur le Giro ou sur le Tour ? Il ne l’a encore jamais fait, parfois malchanceux, souvent un peu court pour tenir la distance, surtout lorsqu’il doit aussi bosser pour un leader. Mais il n’abdique pas et surtout gagne ailleurs, partout où il peut. Dès lors, remporter Paris-Nice et le GP E3 classe le bonhomme et sa polyvalence.

25. Arnaud DÉMARE 98 points / 26 ans / Français / FDJ

Il ne se précipite pas mais franchit les marches une à une : c’est pour ça que le Picard a autant d’avance sur d’autres sprinteurs français dans ce classement. Vainqueur d’un monument en 2016, d’une étape du Tour en 2017, il évite chaque année la stagnation. En juillet dernier, sans réussir à lui faire de l’ombre, il a été titiller Marcel Kittel dans les sprints. Son train est perfectible, mais déjà un des meilleurs du peloton. Et comme les forces se sont éparpillées pour 2018, il peut espérer se tailler une part de plus en plus grosse. Sur le Tour mais aussi sur les classiques.

24. Esteban CHAVES 99 points / 28 ans / Colombien / Mitchelton-Scott

La saison passée a été pour lui un long chemin de croix. Mais Chaves doit pouvoir s’en relever, il a déjà montré que les plus gros obstacles ne suffisaient pas à le faire dévier de ses rêves. Sur le podium du Giro et de la Vuelta en 2016, celui qui a été tout prêt de dire adieu au vélo en 2013, après sa chute au Trofeo Laigueglia, reste un piètre rouleur. Mais tellement fort en montagne, il est un candidat plus que crédible aux prochains grands tours. Y compris pour le Tour de France. Craint en juillet dernier, il le sera sûrement encore plus la prochaine fois, parce qu’il sera revanchard.

23. Warren BARGUIL 105 points / 26 ans / Français / Fortuneo-Samsic

L’histoire de Warren Barguil est une forme de résurrection. Affaibli (et un peu traumatisé sûrement) par l’accident en Espagne au début de l’année 2016 où une voiture l’avait renversé avec plusieurs de ses coéquipiers, il s’est retrouvé sur les plus belles routes du monde. Un Tour de France en fanfare, avec deux victoires d’étapes et un maillot à pois, et voilà le Breton entré dans une nouvelle dimension. Transfert important de l’hiver, pas seulement pour les observateurs français, il aura beaucoup à confirmer, et rapidement. Mais le voilà considéré comme un des très bons grimpeurs du peloton.

22. Ilnur ZAKARIN 106 points / 28 ans / Russe / Katusha-Alpecin

À 28 ans, le grimpeur russe de la Katusha est monté sur le premier podium de sa carrière en grand tour, sur la Vuelta. Quelques mois plus tôt, il avait déjà terminé cinquième du Giro. Pas mal, en une seule saison, pour quelqu’un qui n’avait jamais fait mieux que 25e, jusque-là, sur une épreuve de trois semaines. Les attentes placées en lui depuis sa victoire surprise sur le Tour de Romandie, en 2015, sont largement confirmées. Désormais, ne reste plus qu’à gagner un peu plus et surtout à aller rééditer ce genre de performances au mois de juillet, plutôt qu’en mai ou en septembre.

21. Thibaut PINOT 112 points / 27 ans / Français / FDJ

Si le Franc-Comtois a échoué dans sa quête de podium sur le Tour d’Italie, il est désormais installé dans le petit club des coureurs de grands tours capables de briller sur les courses d’un jour. Troisième de Tirreno-Adriatico avant d’échouer au pied du podium sur le Giro (ajoutez-y une victoire d’étape et 6 top 10), victorieux sur le Tour d’Andalousie, le Tour de l’Ain et le Tour des Alpes, Pinot enchaîne les saisons de costaud. Le Tour de Lombardie lui tend les bras. Ne reste plus qu’à se sortir du blocage du Tour de France. Pour cette année ?

LA MÉTHODE

Six de nos rédacteurs ont établi leur classement des 60 meilleurs coureurs du peloton, sans pré-sélection. Après exclusion du meilleur et du moins bon vote pour chaque coureur, nous avons conservé les 50 premiers (sur 82 coureurs cités) pour un deuxième tour. Il revenait alors à chacun d’établir une nouvelle hiérarchie en tenant compte de ces sélectionnés. 50 points allaient au premier, 1 au dernier, puis nous avons de nouveau exclu, pour chacun, le meilleur et le moins bon score pour livrer notre classement final.
Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Chronique du Velo ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.