Après une reprise tranquille en Australie il y a plus d’un mois, Peter Sagan revient aux affaires ce week-end en Italie - Photo Tour Down Under
2 mars 2018
Par  Robin Watt 

Le retour du roi

En repoussant son retour à la compétition après le Tour Down Under, Peter Sagan en a fait un évènement à part entière. Tous ses rivaux ont débuté les classiques le week-end dernier, sur l’Omloop Het Nieuwsblad, lui le fera ce samedi, en Italie. Avec une seule chose en tête : les monuments.

Vatican, Sierra Nevada puis Strade Bianche

Les routes blanches le sont devenues encore un peu plus, cette semaine, à cause de la neige qui est tombée en Toscane. Michal Kwiatkowski ou Romain Bardet, en reconnaissance sur les routes italiennes, n’ont pas manqué de s’en amuser sur les réseaux sociaux. Peter Sagan, lui aussi, s’est fendu de quelques photos enneigées : mais elles ont été prises en Sierra Nevada, où il a réalisé un dernier stage en compagnie de quelques coéquipiers avant de se lancer complètement dans la campagne de classiques, sur les Strade Bianche. Différemment de d’habitude. « Peter s’est déjà fait une place dans l’histoire avec ses trois titres de champion du monde, soulignait ces derniers jours Patxi Vila, l’un de ses directeurs sportifs chez Bora-Hansgrohe. Ce qu’il veut maintenant, c’est gagner plus de monuments. »

L’objectif est clair, et c’est pour ça que la rentrée du Slovaque a été repoussée : Milan-Sanremo, le Tour des Flandres et Paris-Roubaix, voilà ce qui compte. Depuis la fin du Tour Down Under, le 21 janvier dernier, il a bien mis les pieds en Italie, mais pour rendre une visite au Pape François et lui offrir un maillot arc-en-ciel. A titre de comparaison, Greg Van Avermaet, lui, compte déjà treize jours de course : plus du double de Sagan, qui en est à six. N’allez donc pas demander des folies à Sagan. Il adore les Strade Bianche, oui. « C’est une course spéciale, confiait-il y a deux ans maintenant. Elle est unique, comme le Tour des Flandres ou Paris-Roubaix. » Le sixième monument, donc ? Dans l’esprit de certains, peut-être. Mais Sagan, plus qu’un objectif à part entière, en a fait le lieu symbolique de son retour aux affaires.

Déjà tourné vers la suite

La semaine dernière, pour le week-end d’ouverture, certains avaient regretté son absence, Greg Van Avermaet en tête. Mais le triple champion du monde n’est pas belge, et n’accorde sans doute pas la même importance à l’Omloop Het Nieuwsblad et Kuurne-Bruxelles-Kuurne que son rival flamand. En revanche, il connaît par cœur les Strade Bianche. Depuis 2012, il n’a pas manqué une édition, et s’est offert deux podiums, successivement battu par son coéquipier de l’époque, Moreno Moser, puis par Michal Kwiatkowski, en 2013 et 2014. Ce samedi, son niveau sera donc une surprise. Il ne permettra sans doute pas de tirer quelconque enseignement pour le printemps qui se profile. Mais du kilomètre zéro jusqu’à l’arrivée sur la Piazza del Campo, Peter Sagan sera l’attraction du jour. Comme dans les semaines à venir, sûrement.

2
Poster un commentaire

avatar
2 Threads de commentaires
0 Réponses
1 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
2 Auteurs de commentaire
GentlemanGeraldinho Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Geraldinho
Geraldinho

Le raisonnement – se concentrer uniquement sur la victoire sur les monuments – est logique mais est ce que le choix de participer à de moins en moins de course pour y parvenir est le bon, ça c’est une autre histoire surtout quand on sait que la tactique n’est pas la force principale de ce coureur ?

Gentleman
Gentleman

Excellent titre pour votre article ;)
Courir moins mais mieux est souvent payant de nos jours, où l’entraînement permet de vraiment bien préparer un objectif. Je ne pense pas que son retour plus tardif que ceux de ses principaux adversaires soit un handicap. Premier élément de réponse cet après-midi à l’arrivée des Strade…