Pour sa reprise au Sharjah Tour, fin janvier, Jakub Mareczko avait remporté deux étapes devant Bryan Coquard - Photo Mathilde L'Azou
Interview
1 mars 2018
Par  Robin Watt 

Mareczko : « Je dois être plus relax »

Il est une sorte d’ovni dans le peloton. Un sprinteur prolifique, meilleur scoreur de la saison dernière à égalité avec Kittel et Gaviria, mais qui gagne surtout en Asie. Jakub Mareczko, 23 ans, est aussi réservé et très prudent dans tout ce qu’il dit. Il a tout de même accepté de se confier à la Chronique du Vélo, à quelques semaines de ses grands objectifs : Tirreno-Adriatico, Milan-Sanremo puis le Giro.

A la conquête de l’Europe

Quatorze victoires en 2017. Aussi bien que les deux machines à gagner de Quick-Step, Marcel Kittel et Fernando Gaviria. Mais treize en Asie, réparties entre la Malaisie et la Chine. Le constat interpelle. « Mes succès sont très différents des leurs, j’ai gagné dans des catégories inférieures, reconnaît facilement Jakub Mareczko. Kittel, lui, a gagné cinq étapes sur le Tour, et Gaviria en a remporté quatre sur le Giro. » Simples détails. L’Italien, pourtant, ne rêve pas des courses asiatiques. Lever les bras en Europe le rend même plus heureux. Mais c’est aussi plus compliqué, surtout pour un garçon comme lui, lâché à la première bosse. « En Asie, sur les étapes plates, il n’y a vraiment aucune montée. En Europe, c’est différent. » Alors le garçon a accumulé les bouquets et s’est fait un nom. Mais désormais, il est l’heure de passer à la suite du plan. Sans viser la polyvalence d’un Sagan ou d’un Boasson Hagen, progresser dans les cols est indispensable.

« Il a encore beaucoup de route à faire, souligne pour nous Serge Parsani, son directeur sportif chez Wilier Triestina. Il est très rapide dans les 200 derniers mètres, mais il doit beaucoup progresser dans les montées. Parce que des courses toutes plates, il n’y en a pas beaucoup. » Certains prendront certes l’exemple de Mario Cipollini, qui n’a jamais terminé un Tour de France, mais l’exception ne peut pas faire office de règle. Pour ça, Mareczko a fait un travail spécifique cet hiver. Son équipe a aussi recruté Marco Coledan pour densifier le dispositif autour de lui. Un moyen de lui faire comprendre qu’il est la pièce maîtresse de sa formation, sans pour autant lui mettre trop de pression. S’il n’a pas signé en World Tour à l’intersaison, c’est d’ailleurs pour poursuivre son apprentissage tranquillement. « Il ne doit pas être trop pressé. Il faut monter l’échelle, mais une marche à la fois », met en garde Parsani.

Guardini, Petacchi et le Giro

Le sprint italien se cherche une tête de gondole depuis un moment déjà. Cipollini et Petacchi ont marqué les années 2000, mais depuis, aucun sprinteur de la Botte ne s’est immiscé dans le gotha mondial. Et les exemples d’espoirs aux ailes coupées sont nombreux. Andrea Guardini est l’un des derniers : comme Mareczko, il avait des lacunes dans les bosses et avait beaucoup gagné sur les courses asiatiques. Il est presque devenu un exemple à ne pas suivre. Avant de partir découvrir le plus haut niveau, l’Italien né en Pologne doit s’habituer au leadership et à la pression. « Les attentes du public, des médias, c’est parfois difficile pour les coureurs, confie Mareczko en généralisant, comme pour ne pas montrer qu’il est le premier concerné. Beaucoup de gens attendent que vous performiez. Mais vous devez faire avec et donner le meilleur. Et si vous gagnez, personne ne pourra rien vous dire. »

« Jakub se cache un petit peu, il n’aime pas se mettre en avant, se montrer. Il aime rester derrière, dans les roues, à la manière d’un sprinteur justement. »

Serge Parsani, directeur sportif de Wilier Triestina

Le défi, en fait, est permanent. Le besoin de prouver aussi. Sur le Giro, l’an dernier, Jakub Mareczko a terminé deux fois deuxième, deux fois derrière Gaviria. Il a alors compris ce qu’il lui manquait pour franchir ce dernier cap. « Je dois être plus relax dans les derniers mètres », sourit-il, sans une hésitation. Alessandro Petacchi, qu’il a côtoyé lors de sa première saison professionnelle, a insisté auprès de lui sur ce point. « Mais ce n’est pas facile d’être relax quand vous roulez à 70 km/h, à vingt centimètres des autres coureurs », reprend le jeune homme. Serge Parsani, lui, juge que son poulain se rapproche des premiers rôles : « Jakub n’est pas trop loin de Kittel et Gaviria, estime-t-il. Pour moi, il est au niveau de coureurs comme Kristoff ou Viviani. » Le Giro, où il aura à affronter son compatriote de Quick-Step, sera un bon test pour dessiner la hiérarchie nationale.

Pourtant, on peut être sûr que Mareczko ne fanfaronnera pas, quelque soit le résultat. Réservé, mystérieux, il n’est pas du genre à crier sur les toits des objectifs irréalisables. C’est tout juste s’il lâche, du bout des lèvres, qu’un nouveau Giro sans victoire serait une petite déception. « Il se cache un petit peu, il n’aime pas se mettre en avant, se montrer, confirme Serge Parsani. Il aime rester derrière, dans les roues, à la manière d’un sprinteur justement. » Pour ne sortir de sa boîte qu’au dernier moment, et aller conquérir le bouquet. Prendre le leadership de son équipe, à son âge et compte tenu de sa personnalité, n’a pas été très naturel. Mais Mareczko fait avec. C’est le prix à payer pour potentiellement devenir le leader d’un sprint italien qui continue de se chercher.

2
Poster un commentaire

avatar
2 Threads de commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
2 Auteurs de commentaire
vincent3869Castabouin Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Castabouin
Castabouin

Un sprint Jakub Mareczko – Caleb Ewan, déjà d’un point e vue visuel, ce serait intéressant et inhabituel. Un peu les Pollentier du sprint mais des talents qu’on attend.

vincent3869
vincent3869

« Parce que des courses toutes plates, il n’y en a pas beaucoup. Certains prendront certes l’exemple de Mario Cipollini, qui n’a jamais terminé un Tour de France »

=> C’est vrai, mais Cipollini a quand même terminé à six reprises le Giro, qui n’est pas la course la plus plate du calendrier…
Et est-ce que Milan-Sanremo est vraiment une course « toute plate » ?