Lors de son dernier bilan, la Chronique du Vélo invitait Sunweb à se régénérer après la faillite de ses tauliers. L’équipe allemande, qui figure certainement parmi nos plus fidèles lecteurs, a suivi ce conseil avec brio. Ainsi, malgré le départ de Tom Dumoulin l’hiver dernier et ceux de Michael Matthews et Wilco Kelderman dans les prochaines semaines, Sunweb a pu, entre autres, profiter de l’éclosion de Jai Hindley et Marc Hirschi pour réaliser une belle année 2020.

Le top : Jai Hindley et Marc Hirschi

Les jeunes talents de Sunweb ont franchi un net cap en 2020. Jai Hindley, 24 ans, dont la seule référence au plus haut niveau était une deuxième place au Tour de Pologne, a été à 15 kilomètres de remporter le Tour d’Italie (finalement deuxième du général), tandis que son coéquipier Marc Hirschi, 22 ans, a brillé sur le Tour de France (une étape et super combatif) et l’enchaînement Mondial-Ardennaises (troisième à Imola, vainqueur de la Flèche et deuxième à Liège-Bastogne-Liège). L’Australien peut même nourrir une certaine frustration d’être passé si près de la victoire finale sur ce Giro, où il a passé les deux premiers tiers de la course à jouer les lieutenants pour le leader désigné Wilco Kelderman. Le grimpeur australien et le puncheur suisse ne seront plus sous le radar en 2021, où Hindley se présentera au départ d’un grand Tour avec le rôle le plus important tandis que Hirschi sera l’un des principaux rivaux de Julian Alaphilippe sur les ardennaises et la course olympique de Tokyo.

Le flop : Michael Matthews

Statistiquement, Michael Matthews a vécu la pire saison de sa carrière : le sprinteur australien n’a gagné qu’une seule course sur l’ensemble de la saison (la Bretagne Classic), son plus faible total sur une année. Ce maigre bilan est évidemment à nuancer car celui que l’on surnomme Bling a été doublement touché par la Covid-19. Habitué à lancer sa saison sur Paris-Nice, il n’a pas eu l’occasion de s’exprimer à sa pleine mesure avant l’interruption du calendrier. A son retour, il s’était montré à la hauteur d’entrée de jeu avec une troisième place à Sanremo et son succès à Plouay, mais il a baissé le ton sur les routes italiennes avant de devoir plier bagage à la suite d’un dépistage positif au virus. Compter Michael Matthews parmi les flops peut sembler sévère, mais c’est une autre preuve de la belle forme affichée par Sunweb ces derniers mois.

La stat : 0

Si sa 4e et dernière saison au sein de Sunweb était probablement la plus aboutie (15e au classement mondial UCI), Wilco Kelderman restera sans victoire individuelle au sein de l’équipe allemande. Son dernier succès chez les pros remonte au 24 juin 2015 avec un titre national en contre-la-montre – 1984 jours sans succès au moment de publier ce bilan.

La note des lecteurs : 15,6

Les notes 2020 (sur 20)

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Jean-Baptiste Caillet ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.