EMISSION

live_tv Le Giro peut-il menacer la popularité du Tour ?

Comme chaque mardi, Robin Wattraint est en plateau avec nos partenaires de Roue Libre, Joseph Ruiz et Paul Harrer, pour quarante-cinq minutes d’émission.

Au programme cette semaine, nous parlons notamment de la domination de Deceuninck – Quick Step sur le week-end d’ouverture, et débattons de l’intérêt du Giro face au Tour de France.

N’hésitez pas à vous abonner à la chaîne Youtube pour ne rien manquer des vidéos.


5 mars 2019
Par Robin Watt  

30
Poster un commentaire

avatar
9 Threads de commentaires
21 Réponses
1 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
11 Auteurs de commentaire
R7814Angelo PardiGengouxgougichris83 Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
chris83
chris83

Le Giro n’est pas l’ennemi du Tour. C’est le Tour qui est l’ennemi du Tour. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais il faudrait pouvoir en finir avec les étapes stéréotypées: sur le plat échappée matinale reprise aux 10 km et sprint final ou étape de montagne aux trois premiers cols escamotés et course de côte dans les trois derniers kilomètres. Pas de solution miracle dans un pays qui regroupe les hautes montagnes sur sa partie méridionale. Je pense quand même que contrairement à la tendance actuelle, un contre la montre de 25 km en début de Tour obligerait les favoris à se découvrir et à faire supporter plus tôt la course à leurs équipes et un autre de 25 km en fin de Tour obligerait les non rouleurs à essayer de se mettre à l’abri en montagne. Enfin c’est une piste qui aurait le mérite d’être essayée,sans garantie de succès mais comme je déplore la disparition des contre la montre, terrain réservé seulement aux grands champions….

henri
henri

pas de solution miracle effectivement, mais des piste pour rendre le tour plus intéressant il y en a:
– Passage a 7 coureurs / équipe
– suppression des oreillettes et des capteurs de puissance (au moins pour les étpes de montagnes)
– mettre plus souvent une étape de pavée ou de monts flandriens
– mettre le contre la montre en début et pas en fin de tour
– séparer le plus possible le passage dans les deux massifs (le pic de forme serait plus complique a definir)
– Mettre un budget max / equipe (salary cap)

pas sur que tout cela marche autant qu’on le souhaiterai mais si on n’essaye pas … car effectivement le giro est plus interessant. Ceci dis si le tour est si peu animé c’est aussi parce que c’est sur cette course que le niveau global est le plus élevé.
Si le giro devenait la course la plus importante, le giro deviendrait mécaniquement plus ennuyeux!

Lance Neilstrung
Lance Neilstrung

Et du coup quand le passage à 7 coureurs ne changera rien on demandera de passer à 6 coureurs ?

R7814
R7814

J’aimerais bien aussi un passage sur les ribinous en Bretagne

R7814
R7814

Je suis d’accord, perso le Tour m’intéresse de moins en moins

Angelo Pardi
Angelo Pardi

Un contre la montre en début de Tour, c’est la garantie d’avoir les grimpeurs déjà à la traîne par rapport aux rouleurs avant la première étape de montagne, ce qui permet ensuite à la Sky d’imposer son train défensif et de tuer toutes les attaques. Si vous regardez le scénario des dernières années, vous verrez que le vainqueur (Froome, Nibali ou Thomas) était déjà premier des favoris avant la première étape de montagne.
En cyclisme il est toujours plus facile de défendre que d’attaquer, donc donner l’avantage aux rouleurs dès le début n’est pas vraiment une bonne idée…

Les CLM ne disparaissent pas, ils se réduisent pour que les écarts en CLM soit du même ordre de grandeur que ceux constatés en montagne. On peut avoir 150 km de CLM lorsque les écarts en montagne sont régulièrement de l’ordre de 3-4 min. Aujourd’hui quasiment personne n’est capable de faire un écart de plus de quelques dizaines de secondes sur une étape de montagne, avec 150 km de CLM des coureurs comme Dumoulin, Roglic ou Froome seraient simplement imbattables.

R7814
R7814

Je ne suis pas d’accord avec Paul Harrer : j’espère vivement que Bardet zappe le Tour pour se concentrer sur le Giro et la Vuelta !

R7814
R7814

Dire que la Vuelta, c’est le parent pauvre des GT, je trouve que ça condescendant

R7814
R7814

Alors l’argument des paysages et de Jean-Paul Olivier, c’est juste un gros LOL : perso JPO me soulais déjà sur le Tour

gougi
gougi

surtout que JPO pour les paysages et l’histoire des lieux c’est juste une lecture de wikipédia ! il est plus doué pour l’histoire du cyclisme.

gougi
gougi

N’oublions pas que le tour doit aussi sa popularité grace a sa place dans le calendrier ! c’est plus facile d’être au bord des routes en juillet ! et pour le plan sportif son histoire joue quand même pour lui. Aujourd’hui les deux tours se valent, mais au yeux des coureurs et de leur sponsors le tour aura toujours plus d’impact au regard de l’histoire que gagner le giro.
L’idéal serait  » d’obliger  » les coureurs a courir les deux dans la même année , et pourquoi pas les trois.. mais c’est impossible, car il y aurait trop de  » mots d’excuse  » pour justifier l’absence sur l’un des trois tours !!! je plaisante.

Angelo Pardi
Angelo Pardi

Exactement, la force du Tour c’est sa position dans le calendrier, idéale pour les déplacements sur le bord des routes, mais aussi pour l’audience télévisuelle et l’absence de concurrence d’autres grands événements sportifs à ce moment.

gougi
gougi

Juste histoire d’avoir des pouces en bas et de poser une interrogation .. personne n’est surpris par la domination des deuceunick quick step ? je me souviens d’une reflexion de Kwiatoswki l’an dernier qui s’énervait que l’on critique les sky quand il domine, alors que personne ne se pose de questions lorsque les quick step domine les classiques. // bien entendu les steps ont une forte équipe.. comme les sly … mais ce n’est pas comme si lefevere n’avait jamais dirigé ..la Mapei de triste mémoire… ou si lefevere coureur ne s’était jamais dopé… comme un certain Madiot… et puis on sait que les contrôles anti dopage sont d’une efficacité redoutable… allez faites rouler les pouces en bas.. et continuons de nous voiler la face. PS j’adore Alaphilippe , mais je reste dubitatif.. espérons que c’est juste la force d’ensemble de la deucenink qui justifie cette domination.

Calbuth
Calbuth

Ahah ça faisait longtemps que Gougi ne nous avait pas fait sa spéciale « je vais avoir des pouces en bas mais… », ça m’avait manqué ;) Ça sera sans moi, c’est très rare que je note un commentaire, surtout en négatif. Je préfère exprimer mes désaccords par écrit et éventuellement ouvrir un échange. Je ne suis pas très fan du débat « dopé? pas dopé? » parce qu’au final, sans preuves avérées, ça reste une histoire de ressenti personnel. Je ne suis pas naïf pour autant, le cas Oreiller/Denifl est là pour nous rappeler que la lutte antidopage est loin d’être finie. Pour ma part, je trouve que la domination des Deceuninck ne s’explique pas uniquement par une supériorité physique, naturelle ou non, mais aussi par une capacité d’adaptation aux différentes configurations de courses, tout en restant serein et uni. Je ne sais pas comment l’équipe travaille la préparation mentale mais c’est fort.

gougi
gougi

je vais vous surprendre, mais vous avez raison, je ne me fais que l’avocat du diable… et puis j’avoue que j’aime cette équipe, alors que je suis de parti pris concernant la sky .A la décharge de la step , il y a beaucoup de vainqueurs différents, par contre , et là je suis toujours l’avocat du diable, quand les coureurs quittent la step , ils sont moins performants.. encore que ça se débat.. Gaviria a l’air de bien s’en sortir et Terpstra n’est pas ridicule.. mais pas gagnant ce qui confirmerait qu’il faut aussi une force de frappe pour gagner ! par contre Dan Martin est moins bon, et Kittel .. alors là Kittel…

Angelo Pardi
Angelo Pardi

Dan Martin n’est pas moins bon, il a toujours été d’une naïveté confondante que la puissance de la QS compensait en partie. On parle quand même d’un type qui attaque toujours 50 m trop tôt dans les sprints, et qui ne semble pas capable de comprendre pourquoi ça ne marche pas…

gougi
gougi

Ou qui attaque pour rien ! voir le dernier tour de france. Le coureur est attachant, mais surement mal conseillé, donc Lefevere serait peut être vraiment un ..sorcier. sourire…

R7814
R7814

Certes, Kittel est beaucoup moins bon depuis qu’il a quitté Quick-Step, mais il était déjà excellent chez Skill/Giant (même si je reconnais qu’il sortait d’une année blanche quand il a débarqué chez Quick-Step début 2016).
Pareil pour Dan Martin, ces victoires les plus marquantes ont été obtenues alors qu’il courrait chez Garmin (LBL, Tour de Lombardie, Tour de Catalogne, plus deux étapes de GT)…
Donc, pour ces deux coureurs, on ne peut pas dire qu’ils ont connu une progression fulgurante chez Quick-Step, ça relativise le côté « pic de performance chez Quick-Step »

Angelo Pardi
Angelo Pardi

En plus pour un sprinteur la force de l’équipe et surtout la qualité du train sont capitales. En quittant QS, Kittel s’est retrouvé dans une équipe moins à même de l’amener dans les sprints, par manque de puissance mais aussi d’expérience.

henri
henri

il n’y a rien de surprenant dans la domination Deuceuninck. Il n’y a eu aucune perf etrange! simplement Deuceuninck recupere un nombre important de spécialiste des flandriennes donc ils dominent collectivement ce qui permet de gagner! Dans une autre equipe Senechal ne gagne pas aujourd’hui, et Jungels, s’il n’a pas 5 deuceninck dans le peleton derriere ne gagne pas non plus

alors comparer a Sky…

gougi
gougi

Je ne compare pas la sky et Deceunink . C’était surtout une réaction face la phrase de kwiato , qui venait de la Quick step , qui s’étonnai, a juste titre ,que personne ne doutait des perf de son ancienne équipe, alors que la Sky est souvent décriée ! Maintenant j’espère de tout coeur que l’équipe est nette, et comme le dit Calbuth, je n’ai aucune preuve, et j’espère ne pas en avoir ! juste ce terrible doute qui m’obsède, et qui je l’avoue me gâche le plaisir, mais ne m’empêche pas de vibrer quand je vois alaphilippe attaquer !

gougi
gougi

La vraie question dans le dopage d’aujourd’hui, c’est .. est on face a un dopage hautement scientifique et donc surement élaboré par un encadrement , comme je le subodore la sky ? ou un dopage artisanal et individuel ( du moins dans la décision ) comme le cas de ces autrichiens ? surement les deux
. Un artisanat qui peut s’averer très très dangereux, et se transformer ,en cas de mauvaise prescription ou mauvais dosage dans les produits masquants, tout ça peut, et souvent se transforme en virus….. Et là je ne cite personne, mais si je pense plutôt transalpin, que Français..et au pire au décés du coureur.

MAKLEB
MAKLEB

Élaboré par un encadrement ne veut pas dire organiser forcement par une équipe. Et c’est pas forcement plus artisanal. Je pense que l’exemple de ce médecin allemand le montre, on fait ça dans le dot des équipes mais avec une vrais structure parallèle selon moi. J’imagine qu’il y’a quand même un vrai réseau derrière tout ça. Et des réseau y’en à surement d’autre. (J’imagine pas une seul seconde Gilbert, Alaphillipe, Evenepoel être propre).
Je pense qu’il y’a encore du dopage organisé, mais pas forcement par les équipes, qui ont peurs d’être accablé par un scandale. Y’a beaucoup trop d’argent a se faire pour que ça ai disparu. Les réseaux d’agents de coureurs par exemple, qui prennent 10%, il ont tout intérêt à inciter les coureurs à se charger la gueule. En gros je pense que le dopage organisé existe toujours, mais que le réflexe de le chercher dans une équipe n’est plus forcement le bon. L’organisation se fait autrement, autour de personnage comme ce docteur, comme bernard sainz, et d’autre dont on n’a pour l’instant pas encore entendu parler.

u´a la tactique
u´a la tactique

C´est sur qu´on peut continuer à nourir des soupsons et qu´on peut continuer à se douter que les gars qui marchent à l´eau claire n´accèdent plus au haut niveau depuis belle lurette .
D´un autre coté il n´y a pas eu de performances suréalistes genre 50 km en solo ce week end d´ouverture. D´accord que QSP dominait en collectif mais ils n´ont pas courru a contre temps et n´avaient pas Sagan dans les pattes .
Ca s´est quand méme finement jouer à la tactique et ca s´est bien goupillé sur le chrono de Jungels qui s´est quasiment résumé a du un contre un pendant 10 bornes .

Gengoux
Gengoux
Angelo Pardi
Angelo Pardi

Le Giro peut peut-être contester la première place au Tour pour les coureurs qui visent le classement général. Si par contre on regarde la qualité du plateau en termes de sprinteurs, rouleurs baroudeurs ou grimpeurs visant les étapes, il n’y a souvent pas de débat.

D’ailleurs on a souvent l’impression que les coureurs qui choisissent le Giro pensent qu’il sera plus facile d’y faire un résultat (Dumoulin a souvent fait des commentaires dans ce sens).

kev007
kev007

Le giro est plus intéréssant à regarder car il y a en général plus de mouvements dans les étapes concernant le classement général. les étapes de montagnes y sont plus difficiles, il y a des exploits des défaillances , des retournements et du suspense. C’est probablement lié au fait qu’aucune équipe n’y arrive aussi forte que la Sky sur le Tour.

Dans l’ensemble, les 2 courses se valent avec leurs avantages et leurs inconvénients. Pour le grand public, le Tour restera toujours largement devant( histoire, place dans le calendrier, médiatisation , etc…) mais pour les suiveurs et certains coureurs, les 2 courses se valent et peuvent avoir leur avantage en fonction de leur profil et de leurs ambitions.
On remarque que les sprinteurs et hommes de classiques( non-italiens) vont rarement sur le Giro du fait de sa place dans le calendrier. Par contre, les grimpeurs alternent souvent ces dernières années les 2 grands tour.

Il faudrait voir cela à partir du moment où Froome et la Sky ne domineront plus le tour si ce phénomène perdure( si aucun coureur ou équipe remplace ce rôle).

chris83
chris83

Attention! Si on regarde l’histoire du Tour, les années de domination d’un coureur ou d’un équipe, ou les deux à la fois, sont fréquentes: on a critiqué les tours gagnés d’avance ( ou présentés comme tels au temps d’Anquetil, Merckx, Hinault, Indurain, Armstrong comme on critique aujourd’hui Froome ou Thomas. Les tours ouverts et à suspense sont finalement la minorité. Les équipes Saint Raphaël, Faema-Molteni, Renault, Banesto, Us Postal ont tyrannisé le Tour bien avant les Sky.

gougi
gougi

ah le tour magique de 89 !!!! celui là il restera a tout jamais dans ma mémoire !

Angelo Pardi
Angelo Pardi

Et même quand on est pas sur une période où une équipe domine, il est très rare que le suspens soit au rendez-vous. Le scenario le plus fréquent, c’est qu’un coureur prenne l’avantage en début de deuxième semaine et domine largement ses rivaux sur la suite du parcours (probablement parce que d’une part « être plus fort en début de deuxième semaine » est fortement corrélé à « être plus fort tout court », d’autre part parce qu’en cyclisme la défense est plus forte que l’attaque et que celui qui est en tête au classement général a l’avantage par principe.