Pendant qu’Esteban Chaves nous gratifiait de son sourire si caractéristique, à San Martino di Castrozza, les candidats au maillot rose, dimanche à Vérone, ont comme oublié de lâcher Richard Carapaz, l’actuel leader. Il ne reste désormais plus qu’une étape à Nibali et Roglic pour faire la différence.

Nibali et Roglic, encore timides

On se prendrait presque à rêver d’une lutte interne, Mikel Landa attaquant son propre coéquipier et leader Richard Carapaz, sur la dernière étape de montagne de ce Giro. L’Espagnol aurait quelques arguments, non pas pour justifier sa trahison, mais pour l’atténuer : ce samedi se pointe le dernier gros rendez-vous de ce Giro, avant un chrono, dimanche, où tout le monde devra se battre avant tout contre soi-même. Arrêter le jeu d’équipe, désobéir, serait donc sans doute sans conséquence, si proche de l’arrivée finale. Mais tout ça semble bien improbable. Le Basque a du mal avec la hiérarchie, s’est souvent rebellé, chez Astana ou chez Sky, mais toujours gentiment. Jamais il n’a véritablement franchi la ligne jaune et envoyé valser les consignes. Cela lui aura coûté un Giro, peut-être, en 2015, et un podium, si ce n’est plus, sur le Tour de France, en 2017. On ne saura donc sans doute jamais, si sur les routes italiennes ces jours-ci, le plus fort s’appelle Landa ou Carapaz. Le fait est que c’est l’Équatorien qui a pris le maillot rose, et que depuis, les rôles sont clairs.

Il reste donc deux hommes, pas un de plus, pour nous faire espérer, si ce n’est un grand renversement de situation, une pointe de suspense supplémentaire. Parce que Carapaz survole les débats en ce moment, et même rouleur moyen, on l’imagine aisément conserver sur l’ultime chrono les deux minutes d’avance, environ, qu’il compte actuellement sur Nibali et Roglic. Ce n’est pas qu’on veuille le voir faillir lors du dernier week-end, parce qu’assister à la révélation d’un grimpeur aussi aérien, en train de poinçonner son billet pour entrer dans le club des cadors, a quelque chose de jouissif. Mais on aurait presque du mal, en revanche, à accepter un dénouement aussi limpide dans un Giro qui a su nous surprendre, jusque-là, après douze jours d’ennui et une grosse semaine de bagarre incessante. Surtout, on a avec Nibali et Roglic deux hommes, qui même loin de leur forme optimale, ont la dose de panache nécessaire pour se transcender.

Landa, peut-être le plus triste

Problème, il faudra puiser profond. Vendredi vers San Martino di Castrozza, la timide attaque de Primoz Roglic, dans le dernier kilomètre, a fait trembler quelques seconds couteaux, mais ni Carapaz, ni Landa, son nouveau chien de garde, pourtant les jambes en feu et le dos orné du dossard n°1. Les plus optimistes diront que le Slovène s’est refait la cerise ces derniers jours – hier et aujourd’hui, en fait, ce qui fait peu, malgré tout, après cinq journées à perdre du temps – et conserve ses dernières forces pour samedi. Ils se rappelleront aussi que Vincenzo Nibali, en 2016, avait attendu quasiment le dernier moment pour pousser à la faute le malheureux Steven Kruijswijk. Ils souligneront, enfin, que la dernière étape de montagne est l’une des plus difficiles, vers le Monte Avena. Mais il est peut-être plus simple de se résoudre, finalement. Richard Carapaz n’a montré aucun signe de faiblesse depuis sa prise de pouvoir. La surprise, plus que de voir Nibali et Roglic tenter l’impossible, serait finalement que l’Équatorien craque sur le fil. Ce n’est pas la tendance. Et c’est peut-être Mikel Landa le plus triste, dans cette histoire.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.