Pas présenté parmi les hommes les plus rapides du Tour, Alexander Kristoff a attendu la dernière étape, sur les Champs-Elysées, pour lever les bras. - Photo ASO/Alex Broadway
29 juillet 2018

Kristoff sauvé

Plein de puissance et plus frais que ses adversaires, Alexander Kristoff s’est offert la plus belle victoire qu’un sprinteur puisse imaginer. Le Norvégien en profite également pour sauver son Tour de France.

La plus belle

Cette phrase revient sans cesse dans la bouche des suiveurs : gagner sur les Champs-Elysées reste le plus beau succès pour un habitué des débats de la dernière ligne droite. Au départ de Vendée il y a trois semaines, quatre hommes espéraient regoûter une nouvelle fois à cette saveur parisienne unique, où la victoire possède à la fois un goût de joie, pour la raison évoquée précédemment, mais aussi de soulagement. De soulagement car la vie d’un sprinteur sur le Tour n’est jamais simple dans les cols alpestres et pyrénéens traversés par le peloton, et qu’il y a bien souvent fallu batailler pendant de longues heures, au cœur du gruppetto ou quelques mètres derrière, pour accrocher les délais. Mais ni Cavendish, ni Kittel, ni Greipel, ni Groenewegen, qui se sont partagés les victoires depuis 2009, n’ont été en mesure de finir ce Tour, qui a vu les hommes de la dernière ligne droite tomber comme des mouches dans les Alpes. Si bien que ce matin, personne ne pouvait se targuer de viser une seconde victoire sur les Champs.

Raison de plus pour qu’Alexander Kristoff ne rate plus le coche sur cette Grande Boucle. Le Norvégien, qui n’avait plus levé les bras sur la plus grande course du monde depuis 2014, n’a pas eu la réussite – ou surtout les jambes – escomptées depuis le 7 juillet. Jamais dans les trois premiers lorsque Gaviria était encore en course, le champion d’Europe avait vu la victoire lui échapper de peu à Valence, barré par un Peter Sagan alors à 100 %. L’étape de Pau ne lui réussit guère plus, devancé par le duo français Démare-Laporte. Mais à l’heure qu’il est, le Norvégien doit largement se satisfaire d’avoir battu les adversaires qu’il lui restait lors de l’ultime journée de course, et n’échangerait certainement pour rien au monde ce succès avec celui de l’ex-champion de France ou l’un de ceux glanés par le champion du Monde.

Une victoire au rabais ?

Alors bien sûr, beaucoup expliqueront que Kristoff n’aurait jamais pu faire briller son maillot étoilé sur les Champs-Elysées si Gaviria, Greipel ou encore le vainqueur de l’an passé Groenewegen avaient été en course, ou si Peter Sagan n’avait pas dégusté le bitume pyrénéen il y a quelques jours. C’est peut-être vrai, mais l’ancien vainqueur de Milan-Sanremo n’a rien volé à personne. Moins rapide qu’en 2014 lors de ses deux précédents succès sur la Grande Boucle, le Scandinave, qui n’est finalement ni un pur sprinteur ni un homme incontournable sur les flandriennes, a vu aujourd’hui la chance lui sourire, mais aussi son instinct de sprinteur reprendre le dessus. En choisissant la roue de Degenkolb, replacé à la perfection par un coéquipier dans les cinq cents derniers mètres, alors que le peloton chassait encore Yves Lampaert, Kristoff a manœuvré de la meilleure manière possible. Bien mieux que les garçons restés trop longtemps dans la roue de leurs poissons pilotes. Et de toute façon, rabais ou pas, la victoire reste ce qu’il y a de plus important pour un sprinteur. Qui plus est sur les Champs-Elysées.

Logo Tour de France

Tour de France 2018
à l'issue de l'étape 21

1.Geraint Thomas 6.Romain Bardet
2.Tom Dumoulin 7.Mikel Landa
3.Chris Froome 8.Dan Martin
4.Primoz Roglic 9.Ilnur Zakarin
5.Steven Kruijswijk 10.Nairo Quintana
Alaphilippe
Bardet
Chavanel
Colbrelli
Degenkolb
Dumoulin
Dupont
Froome
Fuglsang
Gaviria
Gilbert
Groenewegen
Jungels
Kittel
Kragh Andersen
Kristoff
Kruijswijk
Landa
Laporte
Majka
Martin
Matthews
Naesen
Nibali
Porte
Roglic
Quintana
Sagan
Thomas
Valverde
Van Avermaet
Van Garderen
Uran
Yates
Zakarin
1 2 3 4 5 6 7 8 9 R 10 11 12 13 14 15 R 16 17 18 19 20 21
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2
3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3
4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4
5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6
7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7
8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9
10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
1.Alexander Kristoff 6.Maximiliano Richeze
2.John Degenkolb 7.Sonny Colbrelli
3.Arnaud Démare 8.Peter Sagan
4.Edvald Boasson Hagen 9.Andrea Pasqualon
5.Christophe Laporte 10.Jasper De Buyst
IndividuelGeraint Thomas
SprintPeter Sagan
GrimpeurJulian Alaphilippe
JeunePierre Latour
EquipeMovistar
  • Etape 2
    Luis León Sanchez
    Tsgabu Gebremaryam Grmay
  • Etape 4
    Axel Domont
  • Etape 5
    Michael Matthews (non partant)
    Robert Kišerlovski (maladie)
    Tiesj Benoot (non partant)
  • Etape 9
    Tony Martin (non partant)
    Richie Porte
    José Rojas
  • Etape 9
    Alexis Vuillermoz
  • Etape 10
    Jens Keukeleire
  • Etape 11
    Mark Cavendish (hors délais)
    Mark Renshaw (hors délais)
    Marcel Kittel (hors délais)
  • Etape 12
    Rigoberto Uran (non partant)
    Tony Gallopin
    Fernando Gaviria
    André Greipel
    Dylan Groenewegen
    Dmitriy Gruzdev (hors-délai)
    Marcel Sieberg
    Rein Taaramae (hors-délai)
    Rick Zabel
  • Etape 13
    Vincenzo Nibali (non partant)
  • Etape 14
    Patrick Bevin
  • Etape 15
    Gianni Moscon (mis hors course)
  • Etape 16
    Damien Howson
    Tim Declerq
    Serge Pauwels
  • Etape 17
    Philippe Gilbert
  • Etape 19
    Jelle Vanendert

2
Poster un commentaire

avatar
2 Threads de commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
2 Auteurs de commentaire
DomdeLyonNour Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Nour
Nour

Très contente pour lui, ça faisait un moment qu’il était dans le doute après s’être fait quasiment virer par Katusha.

DomdeLyon
DomdeLyon

Ce n’est pas un sprinteur que j’apprécie particulièrement mais je suis super content pour lui ! Et ce n’est certainement pas une victoire « au rabais » (je n’ai rien lu de tel au sujet de la victoire de Démare…) ! Il a été hyper régulier sur tous les sprints massifs du Tour et celle-là, il la mérite !