Large vainqueur, sur la ligne, Peter Sagan pouvait exulter : il lève les bras pour la dixième fois sur le Tour de France - Photo Mathilde L'Azou
11 juillet 2018
Par  Robin Watt 
pub Grupetto Shop

Irrésistible Sagan

L’étape semblait dessinée pour lui, et comme souvent dans ces cas-là, sur le Tour de France, Peter Sagan se loupe rarement. Maillot vert sur le dos, il n’a laissé aucune chance à personne, même si comme à La-Roche-sur-Yon, Sonny Colbrelli a cru, un moment, pouvoir le titiller. Le Slovaque est déjà éblouissant.

Sur les talons de Greipel

Le contre-la-montre par équipes de lundi mis à part, Peter Sagan a terminé chaque étape à la première ou à la deuxième place. Et la série pourrait durer encore un peu, jusqu’à dimanche même, si le triple champion du monde tient son rang à Mûr-de-Bretagne et à Roubaix, et s’il tire son épingle du jeu dans les sprints un peu plus classiques que l’on devrait avoir du côté de Chartres et Amiens. Alors on peut quasiment chaque année sortir des statistiques du genre, sur la première semaine du Tour, parce que Sagan est d’une régularité hallucinante. Mais cette année, il semble encore être monté d’un cran. Certes, à La-Roche-sur-Yon, il a été aidé par la chute survenue juste avant le kilomètre qui a mis à terre la majorité des autres sprinteurs. Mais à Fontenay-le-Comte et à Sarzeau, où Fernando Gaviria s’est à chaque fois imposé, le triple champion du monde a aussi montré qu’en sprint pur, il n’y avait bien que le Colombien pour le dominer.

Alors bien sûr, il n’y a pas grand chose de surprenant dans la victoire de Sagan à Quimper, ce mercredi. Parce qu’à part quelques courageux partis dans l’échappée, pas grand monde n’a osé – ou pu – mettre à mal le plan des Bora-Hansgrohe. Philippe Gilbert a bien tenté d’attaquer, dans la bosse du final, mais n’a jamais vraiment creusé. Les autres savaient pour une grande majorité qu’ils n’avaient aucune chance s’ils ne s’étaient pas isolé avant le replat final. Mais ils n’ont pas bougé. Et les deux qui auraient pu espérer aligner le Slovaque dans ce sprint, à savoir Greg Van Avermaet et Sonny Colbrelli, étaient tout simplement trop justes. Alors le maillot vert, parfaitement placé tout au long du dernier kilomètre, a pu lever les bras assez sereinement sur la ligne pour sa dixième victoire sur le Tour de France – quatrième total du peloton actuel derrière Cavendish (30), Kittel (14) et Greipel (11).

Comme il y a six ans

Sous peu, le triple champion du monde pourrait donc gratter encore quelques places dans ce classement des hommes les plus prolifiques du mois de juillet. Deux victoires en cinq jours, il n’avait jamais démarré aussi fort depuis son premier Tour, en 2012. Dans sa course au maillot vert, il a ainsi pris un sacré avantage, déjà. Fernando Gaviria, le seul qui pouvait faire office de réel concurrent au départ, a déjà manqué deux sprints, ceux que Sagan a remporté. Et à chaque fois qu’il a lui-même levé les bras, il a vu le Slovaque prendre la deuxième place. Résultat, il y a déjà plus de trente points d’écart entre les deux hommes, et derrière, les autres sont déjà hors course, concentrés sur le gain d’une étape – voire plusieurs pour les plus optimistes – mais rien d’autre. Parce que Sagan vampirise tout. Sur le Tour plus que n’importe où ailleurs.

Logo Tour de France

Tour de France 2018
à l'issue de l'étape 5

1.Greg Van Avermaet
2.Tejay Van Garderen
3.Philippe Gilbert
4.Geraint Thomas
5.Julian Alaphilippe
6.Bob Jungels
7.Tom Dumoulin
8.Søren Kragh Andersen
9.Rigoberto Uran
10.Rafal Majka
Alaphilippe
Chavanel
Colbrelli
Degenkolb
Dumoulin
Dupont
Froome
Fuglsang
Gaviria
Gilbert
Groenewegen
Jungels
Kittel
Kragh Andersen
Kristoff
Landa
Laporte
Majka
Matthews
Naesen
Porte
Sagan
Thomas
Valverde
Van Avermaet
Van Garderen
Uran
Yates
1 2 3 4 5 6 7 8 9 R 10 11 12 13 14 R 15 16 17 18 19 20 21
1 1 1 1 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 2 2 2 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 3 3 3 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 4 4 4 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5 5 5 5 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6 6 6 6 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7 7 7 7 7 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8 8 8 8 8 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9 9 9 9 9 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
10 10 10 10 10 . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.Peter Sagan
2.Sonny Colbrelli
3.Philippe Gilbert
4.Alejandro Valverde
5.Julian Alaphilippe
6.Dan Martin
7.Greg Van Avermaet
8.Søren Kragh Andersen
9.Andrea Pasqualon
10.Vincenzo Nibali
IndividuelGreg Van Avermaet
SprintPeter Sagan
GrimpeurTom Skujins
JeuneSøren Kragh Andersen
EquipeQuick - Step Floors
1 Pas d'abandon
2 Luis León Sanchez
Tsgabu Gebremaryam Grmay
3 Pas d'abandon
4 Axel Domont
5 Michael Matthews (maladie)
Robert Kišerlovski (maladie)
Tiesj Benoot (chute)
Tour de France 2018  
Où voir le direct vidéo de la course
pub Grupetto Shop

4
Poster un commentaire

avatar
2 Threads de commentaires
2 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
4 Auteurs de commentaire
R7814pathenriGaul Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Gaul
Gaul

La victoire de Sagan est incontestable, mais presque prévisible vu le scénario de course. En fait le tracé de cette étape était parfait, jalonné de difficultés diverses et propice à la bagarre. Malheureusement et c’est maintenant une généralité, l’échappée très tôt constituée bloque la course et cela nous donne le résultat que l’on sait, puisque le peloton « gère » l’échappée à sa guise en ayant bien soin d’escamoter les difficultés pour garder un maximum d’équipiers aux leaders. On en arrive presque à un sprint massif dans une étape qu’on nous vendait « à risques » et qui somme toute a été décevante. Moi je me suis ennuyé. Cela dit les échappés ont eu beaucoup de mérité à animer l’étape et j’aurais bien aimé qu’il'(s) aille(nt) au bout ! Sans transition j’ai trouvé Froome bien à l’aise et placé en fin d’étape, contrairement à ce qui se passait en début de Tour d’Italie. Le Giro n’aurait-il été pour lui qu’un échauffement ?

henri
henri

@gaul : d’accord avec toi. Je ne comprend d’ailleurs pas pourquoi il n’y a jamais de groupes qui tentent de partir en contre, ca pourrai parfaitement marcher pourtant

mais trop de DS sont dans l’absence de prises de risque, mais si au final, lorsqu’on voit les resultats on se rend comte que pour beaucoup, le principal risque est de ne jamais en prendre

pat
pat

Le tour dure 3 semaines et rien est acquis pour personne avant la dernière étape à Paris . Rien ne dit que Sagan ne soit pas lui aussi un jour ou l’autre pris dans une chute sans pouvoir faire le sprint . Je trouve très agaçant de dire que tout est déjà joué alors que le tour a démarré il y a seulement 5 jours . On donne trop d’importance à ce maillot vert alors que les victoires d’étapes le sont bien plus . Gaviria qui participe à son premier tour a déjà remporté 2 étapes et je trouve cela formidable vu sa jeunesse . Les sprinteurs expérimentés comme Kittel , Greipel , Cavendish etc… restent à ce jour bredouille . Vous auriez pu vous attarder un peu plus sur cette excellente performance , mais il n’y en a que pour Sagan et son maillot vert ! Ceci dit Gaviria manque peut-être encore d’expérience pour aller chercher ce maillot mais dans le futur il pourrait être un concurrent redoutable face à Sagan .

R7814
R7814

Sagan a aussi gagné 2 étapes et porté le maillot jaune (comme Gaviria), donc le slovaque fait un meilleur début de Tour que Gaviria.
Par ailleurs, c’est vrai que Gaviria en un GT et 5 étapes, c’est 6 victoires d’étapes, un classement par points et le port du maillot de leader, c’est très fort. Il ira très loin ce petit