Peut-être sous-estimé par ses adversaires, Niki Terpstra n'a eu besoin que d'une attaque pour s'isoler à l'avant et filer vers la victoire - Photo Quick-Step / Getty Images
1 avril 2018
Par  Robin Watt 
pub Grupetto Shop

Ils l’ont cherché

S’il y en avait un à surveiller, c’était sans doute lui. Niki Terpstra était le plus fort, depuis trois semaines, sur les pavés. Pourtant, personne n’a sauté dans sa roue quand il est sorti du groupe de favoris, et quatre ans après Paris-Roubaix, il s’est offert l’autre monument pavé, le Tour des Flandres. En solitaire, forcément.

Un unique patron

Il est incapable de gagner un sprint et il le sait. Sur le Tour des Flandres, il a même déjà vécu la mésaventure lorsqu’il était arrivé pour la victoire, il y a trois ans, en compagnie d’Alexander Kristoff. A l’époque, il n’avait pu que s’avouer vaincu, et ce dimanche, il a tout fait à merveille pour ne pas revivre la même désillusion. Qu’il ait réussi son coup, pourtant, tient presque du miracle. Parce que la logique voulait une chose : que personne ne laisse partir un Quick-Step à l’avant, encore moins Terpstra, le meilleur rouleur au sein de l’armada belge. Le garçon a si souvent piégé son monde qu’aujourd’hui, il y a une chose que Sagan, Van Avermaet et les autres savent : le laisser partir, c’est quasiment faire une croix sur la victoire. Alors comment ont-ils pu se dire, en haut du Kruisberg, à moins de trente kilomètres d’Audenarde, qu’il n’était pas nécessaire de sauter dans sa roue ? Tous savaient qu’ils l’aligneraient au sprint, et tous ont pris le risque – énorme – de le laisser filer en espérant le revoir avant la ligne. Incompréhensible.

Le Néerlandais, à l’inverse, a couru juste, évitant les risques inutiles. Vincenzo Nibali n’est pas taillé pour gagner le Ronde, mais l’Italien a l’habitude de surprendre. Alors quand il a attaqué, sur les dernières pentes du Kruisberg, Terpstra n’a pas hésité à se glisser dans sa roue. C’est de là qu’est parti son raid victorieux. Ensuite impérial dans le Vieux Quaremont, où il a rattrapé et déposé les trois hommes qui menaient encore la course, il fut vite évident que personne ne reviendrait sur lui, pas même un Sagan ambitieux mais qui s’est réveillé trop tard, au sommet du Paterberg. Attendre, c’est pourtant l’erreur que tous ont fait. Il y a un an, Sagan, Van Avermaet et Naesen – auxquels il faut ajouter Gilbert – étaient deux jambes au-dessus de tout le monde. Cette année, ils subissent plus qu’ils ne sont acteurs des flandriennes. On imaginait qu’ils pourraient se réveiller à l’heure des monuments, mais c’était être un petit peu trop optimiste. Rien n’a changé entre le GP E3 et le Ronde, c’est toujours Terpstra le patron.

Le doublé en quatre ans

Il va falloir que certains de ses rivaux le comprennent. Le natif de Beverwijk, dans l’Ouest des Pays-Bas, n’est plus un simple outsider et compte désormais un Paris-Roubaix et un Tour des Flandres au palmarès – en plus d’un GP E3 conquis il y a dix jours. Alors si certains lui ont longtemps rappelé qu’il s’était imposé à Roubaix grâce au marquage que suscitait son leader de l’époque, Tom Boonen, il n’y a cette fois rien à dire. Terpstra n’a pu compter que sur ses jambes, et si les autres peuvent désormais s’en mordre les doigts, ils ne peuvent surtout pas défendre leur stratégie. D’ici à dimanche prochain, il va donc falloir que certains se remettent la tête à l’endroit. Comme depuis le début du printemps, en dehors des Quick-Step, aucun des favoris n’a encore rassuré sur sa condition et sa capacité à faire des différences. Patrick Lefevere a de quoi s’en frotter les mains : son équipe a tout raflé sauf Gand-Wevelgem, et paraît intouchable sur les pavés cette saison.

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Ils l’ont cherché"

avatar
  Subscribe  
Me prévenir
Buveur
Buveur

Quand on voit la nouvelle façon de courir de Sagan…GVa etc! Il ne gagneront pas en suçant les roues!

calbuth59
calbuth59

D’après Jalabert, c’était le mont le plus anodin des derniers kilomètres. Trop loin du Vieux Quaremont, pas assez pentu. Et puis Nibali, et puis Tepstra qui sent que c’est la roue à choper avant de s’envoler pendant que les autres sont un peu endormis. Ca passe… Cette science de la course ! Mention spéciale à Mads Pedersen !

highlander
highlander

Ca passe car il des supers jambes pour garder de la vitesse dans la bossette qui suis le berg, là ou Nibali coince . Du Très grand Terpstra hier dans la gestion de ses efforts pour encore revenir seul sur l´avant; déposer les gars et assurer jusqu´à la ligne . Il fallait le faire !

Reg
Reg

Merci à Quickstep et aux Bahrein Merida pour cette course.
Un Tour des Flandres qui confirme que : Nibali est le meilleur coureur cycliste en activité, Gilbert sera là à Roubaix, Pedersen est un sacré guerrier, et Terpstra est une machine. Il est vraiment impressionnant.
Sinon, GVA confirme qu’il n’est pas saignant, Sagan n’est vraiment pas dedans, à croire qu’il s’est fait rattraper par une forme de pression.

Et Démare devrait être bien à Roubaix, il a la distance dans les jambes, sur du pavé plat, il devrait être pas loin au vélodrome.

rolfsorensen
rolfsorensen
rolfsorensen
rolfsorensen

Et j’ajouterais même que ce Tour des Flandres était une partie tactique impressionnante, notamment en observant comment Mads Pedersen reste pendant plus de 30 kms simplement 10s. devant le peloton, sans faire d’efforts inutiles pour être absolument en tête de course, avant de suivre le coup « Van Baarle-Langeveld ». Une gestion de l’effort vraiment très intéressante.

highlander
highlander

Chronique du vélo va peut etre nous gratifier très bientot d´un article sur Pedersen.
Je ne sais pas si je garderai un grand souvenir de cette edition du Ronde; une course magistralement cadenassée et dominée par la supériorité des QS .
Le niveau de leurs concurents semble aussi s´etre nivelé; Sagan, Van Av ne dominent plus insolement; Gilbert orchestre avec brio et la plupart des autres cadors n´ont pas de solutions .
Le Paris Roubais risque fort d´ètre servis à la sauce Lidl à moins que des circonstances exeptionnelles s´invitent sur la reine des classiques .