Après s'être posé la question, Romain Bardet a finalement décidé de privilégier le Tour de France encore en 2019 - Photo Mathilde L'Azou
27 novembre 2018
Par  Robin Watt 

Il n’y avait pas d’alternative

Ce mardi, AG2R La Mondiale a mis fin aux hypothèses. Son leader Romain Bardet ne disputera pas le Giro en 2019 et se concentrera sur le Tour de France. Il n’y avait rien de plus logique, même si l’on comprend aisément que l’Auvergnat lorgne de plus en plus sur l’épreuve italienne.

Choix de raison

Cinquante-huit kilomètres de contre-la-montre individuel sur le Giro, contre vingt-sept sur un Tour de France qui passe en plus par Brioude, chez Romain Bardet, c’est presque à se demander pourquoi le Français se posait la question de savoir quelle course privilégier. Mais il avait mis le doute à tout le monde, il y a une semaine dans une interview donnée à L’Equipe : « Pour le Giro, il y a débat », disait-il. Mais il clamait aussi sa volonté de ne pas zapper le Tour et reconnaissait la difficulté de doubler les deux épreuves. Il est donc resté raisonnable en faisant une croix sur la course rose : il ne pouvait pas faire mieux. Parce qu’il n’aurait pas pu dire qu’il ne savait pas : il a l’exemple de son compatriote Thibaut Pinot, qui a testé un peu toutes les formules. L’expérience du leader de la FDJ, depuis deux ans, montre deux choses : le Giro, souvent plus débridé que le Tour, est une course où Bardet aurait toutes ses chances, mais espérer briller ensuite sur la Grande Boucle n’est pour l’instant qu’un doux rêve.

« C’est facile à dire après coup, mais s’il fallait le tenter (le doublé, ndlr), c’était surtout cette année où il y avait une semaine supplémentaire de récupération », soulignait même Bardet dans L’Equipe. Méticuleux comme il est, le Français a préféré ne pas se lancer dans un défi impossible à relever, qui aurait pu lui valoir de grandes victoires en mai, mais l’aurait à coup sûr mis dans une situation très délicate en juillet. Celle qu’a déjà connu Thibaut Pinot, d’un coureur qui arrive éreinté sur la course où le grand public l’attend finalement le plus. Parce que les exemples de Froome et Dumoulin, qui ont su être dans la bagarre sur deux grands tours de suite, cette année, ne peuvent pas être pris en modèle par tout le monde. Eux avaient déjà remporté un voire plusieurs grands tours avant de relever ce challenge, alors que Bardet court encore après une victoire sur trois semaines.

Homme du Tour

Bardet, homme du Tour, a donc fait le choix de s’obstiner. Et il a raison. Il sait se transcender dans les grands évènements et son échec de cet été ne doit pas tout remettre en question. Ses deux podiums de suite, en 2016 et 2017, ne doivent pas être non plus banalisés. Le fait que l’on parle d’un Tour raté quand il termine sixième à Paris veut dire beaucoup, aussi. A 26 ans, le garçon s’est fait une place sur la durée parmi les cadors des courses par étapes. Il n’est pas une étoile filante, l’auteur d’un exploit éphémère. Il a prouvé par son mental et son abnégation qu’il était capable de s’infliger, année après année, d’énormes sacrifices pour être au top au mois de juillet. Et ce Tour de France presque dessiné pour lui, avec beaucoup de montagne, peu de chrono et un passage par Brioude, il se devait d’y aller à 100 % de ses moyens, pour essayer encore une fois, au moins. Après ça, peu importe le résultat, il sera temps de penser à élargir ses horizons en allant découvrir le Giro.

11
Poster un commentaire

avatar
1 Threads de commentaires
10 Réponses
1 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
8 Auteurs de commentaire
Robin WattAngeloPardiAchhighlanderLance Neilstrung Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
R7814
R7814

« Ses deux podiums de suite, en 2016 et 2017, ne doivent pas être non plus banalisés. »
Pour moi, ces podiums doivent au contraire le pousser à abandonner le Tour au profit des deux autres GT. En effet, j’estime qu’il est peu probable qu’il remporte le Tour, alors qu’il a de réelles chances en Italie et en Espagne. Le podium est donc ce qu’il peut réellement viser de mieux, or il en a déjà deux. Il vaut donc mieux qu’il gagne un autre GT plutôt que d’enchaîner les Top 5 sans victoire finale sur le Tour. Si j’étais lui, je tenterais le doublé Giro-Vuelta jusqu’à l’obtention de la victoire finale sur l’une des deux épreuves (voir sur les deux). J’espère bien que dès 2020 il zappera le Tour pour se concentrer sur les deux autres GT, avant de revenir (éventuellement) sur le TDF après avoir gagné ailleurs.

PS : oh le beau pléonasme dans le titre…

Castabouin
Castabouin

Et oui, entre les aptitudes et les nécessités de son employeur, il a fallu se plier. Pas grand’chose à en dire.
Les coureurs cyclistes, même à son niveau (vélo et de salaire) sont des travailleurs comme les autres mais aussi des véhicules publicitaires et des hommes sandwich.

henri
henri

Le tour 2019 avec tres peu de chrono et un début de tour plus simple pour les grimpeurs, est le meilleur parcours possible pour un coureur comme Bardet, il
aurai donc été très paradoxal pour lui de ne pas faire le tour. Une telle opportunité ne se représentera pas tous les ans ! Décision donc logique sur le plan sportif

AngeloPardi
AngeloPardi

Vu qu’il ne bat pas les Froome et Dumoulin en montagne, la faible quantité de chronos ne l’aidera pas tellement. Il prendra de toute façon au moins deux minutes au total sur les chronos…

Lance Neilstrung
Lance Neilstrung

ASO et les autres organisateurs n’ont qu’a remunérer les equipes au lieu de se gaver tous les ans comme c’est pas permis. Comme ca les coureurs feront les courses qu’ils veulent.

Ach
Ach

Ils ne se gavent pas tant que ça il me semble et financent aussi d’autres épreuves moins (voire pas du tout) rentables qui seraient menacées sans la « vache à lait » !

AngeloPardi
AngeloPardi

ASO fait un chiffre d’affaire total de 220 millions. Je ne sais pas quel est leur bénéfice, mais c’est pas énorme non plus pour une société qui organise les deux tiers des courses cyclistes et le Paris-Dakar… Du coup ils pourraient sans doute redistribuer une partie de leur bénéfice mais ça ne changerait pas fondamentalement l’économie du cyclisme.

highlander
highlander

Bardet gagner le Giro ou la Vuelta est une question qui peut se discuter. Depuis la saison dernière comme l´ont ilustrés Yates et Lopez par exemple; d exelents coureurs ont franchis un cap déterminant alors que Romain Bardet stagne et reste calé sur les lauriers de ses 2 podiums. Par ailleur le G du dernier Tour confirme cette tendance inquietante pour le leader d´ag2r qui malgrés une belle forme a buté sur le top 5 .
Par ailleur  » Bardet qui s´inflige d´enormes sacrifices pour etre au top en Juillet » est une reflexion interessante; le mec n´aime pas les chrono, n´aime pas s´entrainer sur son vélo de chrono; ses progrets dans la dicipline sont où depuis plusieurs saisons ?
Alors oui le Tour 2019 est du sur mesure pour Romain; mais quid des autres serieux pretendants ?