Grâce à Pierre-Luc Périchon, Fortuneo a porté quelques jours le maillot à pois sur Paris-Nice, mais n'a toujours pas accroché la moindre victoire - Photo ASO
12 avril 2018
pub Grupetto Shop

Fortuneo et des bas

Les promesses ne sont pas encore tenues. Avec le recrutement de Warren Barguil pour 2018, Fortuneo-Samsic souhaitait franchir un cap sur le plan sportif. Après trois mois de compétition, la formation bretonne présente un bilan famélique dépourvu du moindre bouquet. Rien de grave dans l’immédiat, mais pas idéal pour aborder la séquence estivale.

60 jours de course, 1 podium

« L’équipe Fortuneo-Samsic n’a pas à rougir de certaines formations du World Tour, à nous de le démontrer sur le terrain. » Yvon Ledanois a peut-être été un brin optimiste lors de la présentation de son équipe en janvier dernier. L’ancien directeur sportif de BMC n’a pas encore eu la joie de voir un de ses protégés s’imposer cette saison. Après 30 courses disputées, Fortuneo ne compte pas la moindre victoire et n’est monté qu’une seule fois sur un podium grâce la troisième place d’Armindo Fonseca sur la Classic Loire Atlantique. La structure d’Emmanuel Hubert n’avait plus connu pareille disette depuis 2010, époque où l’équipe évoluait en Continental, la troisième division.


Les cadres se dérobent

Warren Barguil, caution sportive du projet Fortuneo, n’a pas encore décroché de résultat intéressant (17e sur Paris-Nice, 15e du Tour de Catalogne avec une huitième place sur la dernière étape). Diminué par une bactérie à l’estomac, le meilleur grimpeur du Tour 2017 a préféré s’absenter jusqu’aux ardennaises. En quittant Sunweb et le World Tour pour une formation de deuxième division, le Breton souhaitait pouvoir courir sans pression particulière et rééditer pareille performance sur la Grande Boucle. Fortuneo, qui a augmenté son budget pour l’occasion, ne pouvait pas exiger plus. La seule présence de Barguil dans leur effectif garantissant déjà un joli paquet d’invitations sur les épreuves organisées par ASO.

En attendant de voir un Warren Barguil briller sur les sommets, Fortuneo n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Avec le départ de Dan McLay vers EF Education-First, la formation bretonne est dépourvue d’une pointe de vitesse. « Je n’ai pas de sprinteur de haut niveau, admettait Emmanuel Hubert à Ouest-France. Or, on sait bien que de La Marseillaise à Bessèges en passant par La Provence, des sprinteurs de haute volée sont alignés et gagnent des étapes. » Par ailleurs, les cadres des années passées, confrontés à divers pépins, sont en méforme. Les Maxime Bouet, Laurent Pichon et Romain Hardy, valeurs sûres de 2017, manquent à l’appel. La seule « satisfaction » vient du néo-pro Bram Welten, auteur de quatre top 10 dont le GP de l’Escaut la semaine dernière.

Le meilleur est à venir

Certes, le bilan des trois premiers mois de course est décevant, mais n’enterrons pas trop vite l’équipe Fortuneo-Samsic. L’arrivée de Barguil est le signe d’une mue qui peut prendre un peu plus de temps que prévu. Pour le patron Emmanuel Hubert, toujours dans Ouest-France, un bon résultat en juillet vaudra plus que n’importe quel début de saison. « Ce que j’ai vendu à mes partenaires, c’est un vrai pic de forme, une vraie stabilité sur le Tour. Je n’ai jamais dit qu’on allait gagner Bessèges ou le Tour du Haut-Var. Cela aurait été très bien, mais cela aurait été du plus. Mes partenaires savent très bien que ce qui nous importe c’est d’amener la meilleure équipe possible au Tour. C’est à la fin de la foire qu’on compte les bœufs. »

Fortuneo a encore le temps de montrer sa vrai nature. Les débuts de saison médiocres ne sont pas toujours rédhibitoires. IAM en 2016 ou Astana en 2017 avaient vécu des situations plus complexes encore et pourtant, ils ont connu des lendemains meilleurs avec notamment un succès sur le Tour de France. Dans ces cas-là, il suffit d’en passer une belle pour retrouver la confiance. Il y aura des opportunités entre les ardennaises, le Dauphiné et les manches bretonnes du circuit continental (Finistère samedi, Tro-Bro Léon, GP de Plumelec …). Le cap à franchir est toujours dans le champ de vision, faut-il avoir le vent en poupe.

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Fortuneo et des bas"

avatar
  Subscribe  
Me prévenir
chris83
chris83

On ne peut pas condamner trop vite l’équipe sur le début de saison et le seul bilan à retenir sera en octobre, ou, au minimum, après le Tour.
Mc Lay n’a pas été remplacé et un sprinteur aurait probablement permis d’ouvrir le score de l’équipe. Ce qui est un peu ironique,c’est que je me souviens d’une déclaration l’an dernier de M. Hubert qui disait que 90% des courses se terminait par un sprint. Il devrait tirer les enseignements de ses propres remarques!

On pourra bien sur rétorquer que le sprinteur de l’autre équipe bretonne ne fait pas des étincelles pour le moment. Imaginons leurs budgets réunis. Je pense d’ailleurs que s’il n’y avait que 3 bonnes équipes continentale pro françaises au lieu de 5, elles seraient assurées de faire du coup toutes les grandes épreuves françaises et pas mal d’internationales.

On pourrait en revanche avoir plus de 3ème division , style auber, Roubaix ou Armée de Terre ( 2017) , qui seraient tournées vers les jeunes qui appendraient leur métier sur les Coupes de France et classes 2.

malabook
malabook
Je pense que des places vont se libérer en world tour (BMC pas certain de repartir, il commence aussi à y avoir du soucis chez astana). Des équipes comme codifis et Direct energie devraient y etre et y ont déja été. ça devrait donner de l’air au conti pro pour les invit’, à voir aussi comment Delko se relève du cas di gregorio, ce genre d’affaire fait fuir les sponsors quand même. ça va peut être bouger aussi en conti, depuis quelque saison, auber dit ouvertement vouloir retourner en 2eme division, peut etre que saint michel (qui est quand même une grosse marque) va leur permettre, l’avenir nous le diras.Pour roubaix j’y crois pas trop, en tout cas je vois aps quel sponsor ils ont actuelement qui pourrai mettre plus d’argent Et y’a FDJ qui dit ouvrir une conti U23 a partir de l’an prochain. En tout cas je trouverai ça bien que ça bouge un peu. Pour ce qui est de mon avis perso, je pense que vital concept, ça va pas durer, vital concept c’est quand même pas une grosse boite, alors sans l’arriver de co-sponsor j’imagine mal l’histoire durer trés longtemps, j’ai le sentiment que Pineau c’est… Lire la suite »
Lance Neilstrung
Lance Neilstrung

Oui enfin, c’est bien beau d’avoir pleins d’equipe mais la concurence, la pression et avoir des equipiers/mecano/staff au top ca fait progresser beaucoup plus vite. T’inquiete que Coquard,Barguil et Bouhanni vont pas progresser, stagner et meme regresser (deja le cas pour deux d’entre eux). Si on prend les 10 meilleurs de Fortuneo et les 10 meilleurs de Vital ensemble, ils progresseront beaucoup plus vite que s’ils restaient chacun dans leur equipe avec 10 équipiers moyens.

Typiquement Kevin Ledanois ou Sicard s’ils étaient aller chez Giant ils seraient pas la ou ils sont maintenant.

malabook
malabook
Je suis d’accord, le recrutement de vital est beaucoup trop juste pour avoir de vrais ambition autour de coquard. Bouhanni n’a jamais retrouver le niveau qu’il avait quand il été en concurrence interne avec Demare. Ledanois j’y crois pas une seconde, même dans une autre équipe par contre. De même je pense que cof et direct energi gagnerai à etre en worldtour, le calendrier fait pour au moins autant que l’effectif. On l’a vu avec direct energie sur paris roubaix, qui n’avait pas la caisse par rapport aux équipe qui on enchainé tout les grands rendez vous. On voi la même chose avec les conti comme auber, ils sont au niveau des autres équipes françaises tant qu’ils enchainent, bessege haut var tour la provence…ensuite les autres équipe enchaine paris nice ou tirreno des classiques en belgique, pendant qu’eu on des période de 10 jours sans courses, et plus aucune course par étapes, a ce moment la de la saison y’a un fossé qui se créé (qui se resorbe un peu aprés l’enchainement dunkerk, mayenne, route du sud). On le voit aussi avec les jeunes coureurs qui passent pro, a niveau équivalent chez les jeunes. Quand certain comme madouas aprés 3… Lire la suite »
Lance Neilstrung
Lance Neilstrung

Exact.
Apres perso je suis persuadé que vu la densité enorme qu’on a en France de bon coureur pro, la seule raison qui explique le fait qu’on sousperforme par rapport à d’autres nations (en excluant la Belgique parce que niveau classique aucun pays ne les detronera et les pays qui ont 1 génie qui arrive tous les 15 ans comme la Slovaquie et la Pologne), la seule raison c’est qu’on a trop d’equipe pros, c’est trop dilué on mutualise pas assez les ressources pour tirer tout le monde vers le haut, je parle du delta entre le fait qu’on fasse des TOP 5 partout mais qu’on ne gagne pas.
Alors que des Dumoulin, Hesjedal , Aru et meme Gasparotto ils gagnent des grandes courses eux, et on peut les battre ces mecs la, c’est pas des Froome, Sagan, Valverde inatteignable dans leurs domaines.

David Brabyn
David Brabyn

Ce jeu de mots enfreint au moins une dizaine de règles UCI.

Gilles Costenoble
Gilles Costenoble

Si il n’y a que le Tour qui les intéresse, pourquoi demander des invitations pour les classiques printanières, comme Roubaix et le Nieuwsblad? Car si c’est pour y être ridicule comme ils l’ont été autant s’abstenir

LAURENT Michel
LAURENT Michel

Les invitations, c’est justement pour reconnaître les étapes et donc préparer le Tour. Cette semaine, ils reconnaissent l’arrivée à Quimper avec le Finistère. ( c’est de l’humour breton ….)
J’espère pour l’équipe que Barguil fera un bon Tour parce que miser toute sa saison sur un seul coureur et sur une seule course, c’est on ne peut plus risquer dans l’immédiat mais aussi pour les futures invitations de la saison 2019.
Quant à faire une et une seule équipe bretonne, Vital Concept a déjà donné et s’est retiré pour divergence de vues sur l’activité de la saison.

DomdeLyon
DomdeLyon
C’est vrai que l’année dernière, ils avaient fait un très beau début de saison sur les courses françaises et les manches de coupe de France et qu’ils avaient maintenu la pression jusqu’à la fin de la saison ( sans avoir vraiment besoin, d’ailleurs, de Mc Lay qui n’est d’ailleurs pas très brillant non plus chez « Education First Drapac » : une étape du circuit de la Sarthe…). Je crois surtout qu’il y a des « dynamiques de victoires » qui s’installent (Direct Energie qui gagne beaucoup et… sans sprinteur !) comme, malheureusement des « spirales de l’échec »… Cela dit, l’année est loin d’être terminée et le courant peut s’inverser (c’est en tous cas ce que je leur souhaite) mais ne pas briller sur les courses françaises de début de saison est tout de même un petit échec pour des équipes continentales comme Fortunéo, et tout miser sur un seul homme (fut-il Warren Barguil !) est un pari risqué (et puis il n’y a pas que « LE Tour » dans la vie… sauf pour les sponsors !). Même remarque, mais en presque plus inquiétant, je trouve, pour Vital Concept avec seulement Coquard… Cofidis l’a bien compris, qui ne mise plus tout, à juste raison, sur Bouhanni,… Lire la suite »