En l’espace de 48 heures, l’équipe de Marc Madiot a connu une mauvaise puis une bonne nouvelle avec le forfait de Thibaut Pinot en vue du Tour et la victoire rassurante d’Arnaud Démare au Tour de Suisse. A quelques semaines de la Grande Boucle, tout est plus clair, désormais, sur ce que l’on pourra attendre de l’équipe tricolore en juillet.

Mieux valait passer son Tour

Il y avait un sacré moment qu’on n’avait pas vu le maillot bleu-blanc-rouge d’Arnaud Démare. Depuis Paris-Roubaix, exactement. Et pour retrouver trace d’un sprint disputé par le champion de France, il fallait même remonter à Paris-Nice. Alors sur ce Tour de Suisse, beaucoup de questions flottaient dans l’air. Le garçon y a répondu brillamment, en remportant le sprint de ce samedi devant notamment Fernando Gaviria, qui sera l’un de ses principaux adversaires sur le Tour. De quoi redonner le sourire aux dirigeants de Groupama-FDJ, qui plus tôt dans la semaine avaient appris le forfait de Thibaut Pinot pour ce qui devait être son deuxième grand tour de l’année. La bande à Marc Madiot a perdu une de ses cartes maîtresses pour la course la plus importante de l’année, mais peut au moins se rassurer en se disant que son sprinteur peut tenir la baraque à lui tout seul.

Presque un mal pour un bien, peut-être. Parce que Pinot est encore en convalescence après sa pneumonie contractée en fin de Giro, et que venir sur le Tour sans avoir pu optimiser son temps de repos et de préparation entre les deux épreuves de trois semaines aurait de toute façon été insensé. Déjà l’an dernier, alors qu’il avait pu organiser son mois de juin comme il le voulait, le Franc-Comtois s’était manqué en juillet, pas au niveau et abandonnant rapidement. Revivre ça – voire pire – n’avait pas d’intérêt, or c’était couru d’avance compte tenu des dernières semaines. Au contraire, une participation à la Vuelta à la fin de l’été s’inscrit dans un programme logique, même s’il correspond sans doute un peu moins aux attendus des sponsors. « Le Tour, j’y reviendrai pour faire de mon mieux, disait malgré tout Pinot au journal L’Equipe, vendredi. Mais pas à n’importe quel prix. »

Démare n’est pas en retard

Pour cette fois, il va donc laisser à Arnaud Démare le soin d’assumer toutes les responsabilités. Point positif, le sprinteur maison aura toute l’équipe à son service alors qu’avec la présence de Pinot, il aurait fallu répartir les équipiers, au moins dans une certaine mesure. L’année où le nombre de coureurs par formation passe de neuf à huit, ce n’est pas juste un détail. Un an après l’épisode de l’abandon sur l’étape de Chambéry, le Picard a pris rendez-vous avec le Tour. Cette semaine en Suisse, il avouait déjà y penser. Il a beaucoup travaillé, y compris en altitude pour ne pas revivre les mêmes galères. La FDJ n’a donc pas de raison de s’inquiéter. Elle a perdu, provisoirement, l’un de ses deux leaders. Mais l’autre est prêt à prendre le relais. Sur le Tour de Suisse, il n’y avait qu’une étape destinée aux purs sprinteurs. Arnaud Démare n’a pas laissé passer l’occasion. Il ne reste plus qu’à conserver cette efficacité jusque juillet.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.