Autour du maillot rose Simon Yates, l'équipe Mitchelton-Scott apparaît comme l'une si ce n'est la plus forte de ce Giro - Photo RCS Sport
15 mai 2018
pub Grupetto Shop

Entouré comme un patron

Samedi, au soir de l’étape de Montevergine, Simon Yates avait souligné les deux conditions sine qua non pour amener son maillot rose à Rome : « Il faut une bonne équipe et un peu de chance. La première, nous l’avons. » Vainqueur hier, trois jours après son coup de force à l’Etna, Simon Yates peut laisser son flegme dévoiler son ambition. Oui, il a l’entourage d’un lauréat du Giro.

Une équipe très bien construite

Mitchelton-Scott, anciennement Orica, n’a jamais gagné de grand tour. Il y a à peine trois ans, en 2015, l’équipe australienne était même loin de figurer parmi les grosses écuries du peloton sur trois semaines. C’est bien simple, jusqu’à la cinquième place d’Esteban Chaves sur la Vuelta cette année là, l’équipe n’avait jamais placé un coureur dans le top 10 d’un grand tour. Une question d’ADN ? Plutôt de génération. Car depuis, portée par le jeune trio exceptionnel qu’elle charrie, la formation est pratiquement devenue une incontournable des tableaux d’honneur. Deuxième sur le Giro avec Chaves, quatrième du Tour avec Adam Yates, troisième et sixième de la Vuelta avec Chaves et Simon Yates, l’équipe a brillé en 2016. Plus en retrait l’an passé, la faute à aux pépins physiques et surtout moraux de son colombien, l’équipe a néanmoins réussi à exister. Adam, neuvième en Italie et Simon, septième dans l’Hexagone, ont ainsi sauvé une année moribonde pour le projet à long terme de leur formation.

Ainsi, Shayne Bannan n’a pas hésité à recruter depuis deux ans pour entourer ses jeunes leaders. À Roman Kreuziger, ancien lieutenant de luxe d’Alberto Contador débarqué l’an passé, il a cette saison ajouté Mikel Nieve, membre essentiel de la garde prétorienne de Froome. Si le Tchèque et le Basque ne sont plus les grimpeurs qu’ils ont été, ils restent deux hommes d’expérience, rompus aux quêtes de graals. Et il semblerait que le pari de Bannan fonctionne puisqu’ils forment avec le talentueux Jack Haig, sur ce début de Giro, un vrai trio de soldats décisif en montagne. Il paraît difficile de penser que l’équipe pourra cadenasser la course à la manière de Sky ces dernières années, mais elle a déjà prouvé qu’elle était capable de contenir les mouvements. S’il n’y a pas eu d’offensives d’envergure ce week-end, c’était en partie dû au contrôle des Mitchelton-Scott. Mis à part Astana, dont le leader, Miguel Angel Lopez, est déjà assez loin au classement, aucune autre équipe ne semble faire le poids. Même les lieutenants d’élites comme Oomen ou Reichenbach subissent la loi australienne.

Chaves en homme de main

Épaulés dans les parties moins escarpées par des coureurs de devoir comme Svein Tuft, les jeunes loups de Mitchelton-Scott sont prêts à bondir au moment de faire les différences. Pour l’instant, c’est Simon Yates qui en profite sur ce Giro. Dans une forme époustouflante, le Britannique de 25 ans porte haut son maillot rose et détient le leadership de l’équipe. L’entente avec son partenaire colombien Chaves semble plutôt bonne et Yates a parfaitement su user de psychologie en lui cédant la victoire à l’Etna. Mais si la formation australienne pouvait se targuer d’avoir deux hommes sur le podium ce matin, la défaillance du Colombien sur l’étape du jour en fait désormais un lieutenant de très grand luxe pour le meilleur jeune du dernier Tour de France.

Il n’y a désormais plus à tergiverser, le leader s’appelle Simon Yates. Chaves va donc se muer en équipier et son appui ne sera pas de trop pour le maillot rose, lucide sur ce qu’il doit faire à présent. « Dumoulin est incroyablement fort et il est difficile de lui prendre du temps, prévenait Yates à Cyclingnews ce week-end. Or, j’aurai besoin d’avoir plusieurs minutes d’avance avant le contre la montre (de la 16e étape, ndlr) et pour l’instant je n’ai que 38 secondes. Ce n’est pas assez, nous devrons être agressifs pour gagner plus de temps d’ici là. » L’utilisation du « nous » n’a ici rien de fortuit, Simon Yates sait que pour gagner, il aura besoin de son équipe. Et à partir de ce soir, il est certain de pouvoir compter sur l’aide du Colombien, qui pourrait s’avérer précieuse.

Tour d'Italie
Où voir le direct vidéo de la course
pub Grupetto Shop

8
Poster un commentaire

avatar
5 Threads de commentaires
3 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
5 Auteurs de commentaire
highlanderchris83AmauryDomdeLyonhenri Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
henri
henri

bonne analyse, Yates devra attaquer avec Chavez. Reste a Pinot a suivre le mouvement ! et il pourrait aussi etre le grand gagnat de cette lutte

DomdeLyon
DomdeLyon

C’est vrai que Yates et ses équipiers de la « Mitchelton-Scott » font pour l’instant forte impression en ce début de Giro, cela semble être du sérieux et du solide sur tous les terrains… Malheureusement, quand à Chavez, reste à savoir s’il pourra se remettre de son énorme et surprenante défaillance du jour et il s’il n’aura pas abandonné avant même de pouvoir se muer en équipier « de luxe », dans la montagne, pour son leader ?…

Amaury
Amaury

Perso, je trouve que l’élimination de Chaves joue clairement en défaveur de Yates et de son équipe. Dans une étape de montagne, y avait moyen d’envoyer Chaves à l’avant et de mettre les autres équipes à la planche. Désormais, ça devient bien plus facile à gérer pour les adversaires de Yates. D’autant plus qu’a priori, Yates n’attaquera jamais de loin – un peu à la Purito.
Dumoulin et, dans une moindre mesure, Froome viennent de faire une bonne affaire, je pense.

DomdeLyon
DomdeLyon

Oh là ! Pas si vite ! Pour l’instant, « l’élimination » de Chavez ne concerne « que » le classement général… Ce dont tous les favoris doivent, certes, se « réjouir »… Mais il va peut-être (espérons-le pour lui et le spectacle) se refaire une santé et être, à nouveau, performant. Car, pour l’instant, il est toujours en course, non ? A moins que j’ai loupé une info…

DomdeLyon
DomdeLyon

Autre chose. Rien à voir mais ça fait plaisir, aujourd’hui, une échappée qui va au bout :)

Amaury
Amaury

Quand je dis « élimination », c’est évidemment dans le sens de la course au général. Désormais, il peut faire le spectacle, bien sûr. Mais ses attaques n’inquiéteront jamais les favoris encore en course. Ce qui est dommage!

chris83
chris83

On a la démonstration qu’un col en début d’étape peut animer et peser sur la course bien mieux qu’une ascension finale.

highlander
highlander

Une bien belle equipe qui outre la forme précoce et etincelente de ses leaders et leur domination frappante des le debut de la première semaine, a put bénéficier sur certaines etapes d´un gros travail d´Astana .

Seulement le Giro est loin d´etre fini et la belle mécanique d´ »Orica » a connue hier un retour de manivelle aussi surprenant que violent. 4 de ses coureurs dont Kreuziger, ont pris un bon coup sur la cafetière au sortie de la seconde journée de repos; la fatigue et le coup au moral d´hier doivent etre dur à encaisser; en outre Estéban Chaves souffrirai d´une allergie.

Je crois qu´il sera compliqué pour cette equipe de continuer à tenir la baraque jusqu’à Rome. Les autres equipes des grands leaders ont commencées leur travail de sape; elles savent que Yates est un leader solide et qu´il faudra aller le chercher .

le Giro semble etre entré dans une phase interessante qui reserve plus de coups et de mouvements; ce beau maillot rose changerai bien d´epaules avant la fin de l´epreuve .