Sur le podium protocolaire après l'étape, Chaves arborait son plus beau sourire, avant que Simon Yates ne récupère le maillot rose - Photo RCS Sport
10 mai 2018
Par  Robin Watt 
pub Grupetto Shop

Un sourire et un maillot rose

La première montagne de ce Giro nourrissait beaucoup d’interrogations. Les favoris allaient-ils se découvrir ? Lesquels allaient, dès ce premier grand rendez-vous, faire forte impression ? Réponse : certains auraient pu faire davantage, peut-être, mais deux hommes en tout cas ont frappé fort : Esteban Chaves et Simon Yates, les deux leaders de Mitchelton-Scott.

Au bonheur de Chaves

En voyant Esteban Chaves dans se glisser dans l’échappée à plus de cent kilomètres de l’arrivée, on s’est dit, un sourire aux lèvres, que c’était bien tenté mais qu’il empêcherait sûrement ce groupe – imposant – de parvenir à ses fins. L’avance des fuyards, jamais très élevée, semblait confirmer la tendance. Pourtant, un seul homme du peloton l’a finalement revu : son coéquipier Simon Yates. Le Colombien, dans une dernière montée qu’il n’aurait pas pu gérer d’une meilleure manière, n’a jamais vraiment été inquiété par la bataille de ses rivaux, derrière, toujours pointés au-delà des vingt secondes. Sur la ligne, avec la bénédiction d’un Simon Yates plus frais mais qui n’a eu aucune envie de lui voler la victoire, il pouvait savourer. Après une saison blanche, ce retour en Italie, au bout de quelques jours seulement, a suffi à redonner tout son éclat au sourire de Chaves.

Parce qu’à chaque fois qu’on le revoit dans un moment de joie, on ne peut s’empêcher de repenser au passé et à cette chute qui aurait pu mettre fin à sa carrière, en 2013. L’enfant venu au cyclisme par hasard à 14 ans, un jour où son club d’athlétisme lui avait fait disputer une épreuve mixte, avec de la course à pied et du vélo, n’oublie jamais, lui non plus. « Je souris parce que je profite de ce que je fais et que je suis passé proche de ne plus pouvoir le faire, disait-il au printemps au magazine Cyclist. Qui sait ce que je serais devenu sans le vélo ? Peut-être que j’aurais été charpentier avec mon père. Ce n’est pas une mauvaise carrière, mais je n’aurais pas voyagé partout à travers le monde, appris d’autres langues. Donc je souris parce que je vis mon rêve. » Il est impossible de se lasser de cette histoire.

Une hiérarchie chamboulée

Mais Esteban Chaves, ce n’est pas que ça. « Il n’est pas seulement ce garçon adorable que vous pensez qu’il est, assure Shayne Bannan, le manage général de Mitchelton-Scott. Derrière son sourire, il y a un garçon qui a sacrifié beaucoup et qui a énormément d’attentes. » Les autres ont semblé l’oublier l’espace d’une journée. Chris Froome était encore à la rupture, tout au long de la dernière montée, et Tom Dumoulin, au train, a fait le yoyo au moins autant que Fabio Aru, toujours en retrait. Mais les autres ? Pinot et Pozzovivo semblaient très forts, Lopez largement dans le rythme, Bennett surprenant, aussi. Mais ils ont enchaîné les accélérations en se retournant toujours trop pour faire de vrais écarts. Et Chaves, dans un effort linéaire qui paradoxalement ne lui ressemble pas, a conservé son avance sur la meute.

Enfin presque, parce que dans le dernier kilomètre, il a bien vu quelqu’un lui revenir sur les talons. Fort heureusement, Simon Yates a le même maillot que lui, et il a parfaitement manœuvré. Sa tentative était risquée, mais lorsqu’il a attaqué dans le final, personne n’a pu – ou voulu – prendre sa roue. Le Britannique, qui n’avait eu qu’à suivre jusque-là, est donc revenu comme une balle sur son coéquipier, l’a tiré sur les 300 derniers mètres avant de le laisser franchir la ligne en premier. L’image du doublé est saisissante, la répartition des rôles parfaite : à Chaves l’étape, à Yates le maillot rose, tombé des épaules de Rohan Dennis. Et surtout, aux autres désormais de venir faire chavirer le duo britannico-colombien. Il y a une semaine, les deux garçons étaient le plus souvent derrière Dumoulin, Froome, Pinot, Aru et Lopez au moment d’évoquer les favoris. Mais ils ont bousculé la hiérarchie avec fracas.

Tour d'Italie
Où voir le direct vidéo de la course
pub Grupetto Shop

17
Poster un commentaire

avatar
7 Threads de commentaires
10 Réponses
1 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
9 Auteurs de commentaire
DirtukgougiNourguyonGaul Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Half
Half

Superbe doublé de l’équipe Mitchelton-Scott mais attention à ne pas en faire des favoris trop rapidement. Personnellement je pense que les Dumoulin, Froome, Pinot et autre vont tranquillement monter en régime jusqu’à la dernière semaine, notamment Froome qui prévoit de faire le TDF ensuite et qui n’a pas intérêt à se dévoiler trop tot.

Pour le moment Pinot est rassurant, mais de la même façon il va falloir attendre que les kilomètres s’accumulent et qu’arrive la fatigue pour commencer à mettre réellement en avant certains coureurs.

guyon
guyon

Bravo au aux Ex-Orica (désolé je préféré leur nom d’avant :) ) ça fait plaisir de voir une équipe à deux leader prendre des risques!!! et quel gestion de chàves! au début de la montée on l’a pas vu, et je me disais ‘oh la la, il a pas encore retrouvé le niveau Esteban…) et patatra! il m’a vraiment surpris! Et Yates aussi, il me surprend depuis Paris-Nice, je l’attendais pas à ce niveau en montagne, pour moi son frère lui était supérieur sur les long col, et ben je suis pas sur que ça soit encore le cas! J’espère pour Pinot qu’ils ne tiendront pas ce rythme 3 semaines…

Pinot justement, il m’a un peu déçu (facile à dire assis sur le canap’) mais je l’ai sentit limite tout le long… il m’a fait un peu peur, je l’attendais plus fort. Mais bon il va surement montée en régime. A part les deux Michelton, personne lui parassait vraiment supérieur (peut être pozzo? ). Mais face au gestionnaire que sont Froome et Dumoulin ça va pas être facile de prendre du temps, déja une occas’ de perdu, c’est dommage! Thibault il lui manque ce « jump » pour faire la différence…

gougi
gougi

moi c’est plutôt Dumoulin qui m’a surpris, je pensais que comme l’an dernier il reprendrait du temps sur des montées sêches ( il ne peut pas compter que sur le CM , quand on sait ce qu’il reste de montagne )
en effet les gros favoris ont du programmer leur pics de forme pour la troisième semaine.. C ‘est bien de programmer, mais que je sache , ils ne programment pas ceux de leurs adversaires ! et chavez , comme Simon yates ne sont pas prévus sur le tour…Donc ceux qui n’ont programmés ..que d’être en forme chaque jour , risquent bien de gagner le giro, et c’est tant mieux

guyon
guyon

Oui je plutôt d’accord ! On verra dimanche ce qu’il en est (samedi il se passera rien je pense)

rthz
rthz

Le problème de Dumoulin c’est que le niveau des grimpeurs était trop homogène aujourd’hui et que ceux qui attaquaient n’arrivaient pas à créer de vraies différences. Or en lissant son effort Dumoulin peut difficilement distancer ses adversaires, il doit donc compter sur les autres pour attaquer et ensuite lisser son effort pour remonter les morts. Donc c’est vrai que sur une montée sèche Dumoulin peut reprendre du temps mais avec le scénario d’aujourd’hui c’était compliqué.

gougi
gougi

c’est pourquoi il faut que la micheltton le harcele ! de plus les qualités de puncheur de Yates vont lui permettre de grignoter encore quelques secondes dans les jours a venir; Mias que peut faire simon yates au zoncolan ? chavez aura la main , a moins que le CLM les mettent KO

Froome d'Ambert
Froome d'Ambert

Pinot m’a donné l’impression de courir un peu comme Purito à l’époque : je suis les attaques et je sprinte pour prendre les bonifs au sommet. C’était déjà un peu ça au Tour des Alpes et vu le parcours de ce Giro plein de courses de côtes, ça pourrait même marcher, au moins avec les autres grimpeurs (parce qu’il reste à reprendre le temps perdu contre la montre sur Dumoulin). Mais il faut qu’une équipe se dévoue pour aller chercher les échappés.

gougi
gougi

Question vitale, juste pour rire.. quelqu’un sait ou est Adam en ce moment ???

Nour
Nour

Adam? bah il s’est fracturé le bassin, et il revient sur le tour de californie

gougi
gougi

j’aurais aimé un scénario hitchckockien, ou adam prenait la place de simon, une étape sur deux.. je regarde trop de films !!!!

guyon
guyon

^^ par contre j’aurais bien aimé les voir tout les deux sur ce tour, c’est rare qu’il court ensemble en forme.

Nour
Nour

Lol j’avoue que ca serait un coup de maître de les échanger tous les jours en sachant que personne peut les différencier. Des coureurs frais pendant tout un grand tour^^

Dirtuk
Dirtuk

Je pense que c’est carrément fesable en plus !

tranquillo
tranquillo

Quel plaisir de retrouver Chavès sous les feux des projecteurs après sa terrible année 2017 !

J’espère bien qu’il fera mentir les pronostics et s’invitera sur le podium à Rome, et pourquoi pas sur la plus haute marche. Le parcours ne le desservira pas, loin de là.

Gaul
Gaul

Un peu déçu du déroulement de la course, trop de marquage. Pour exemple Pozzovivo démarre de devant et se met en danseuse puis se rassoit 100 m après en se retournant. Même chose pour Lopez que je n’ai pas trouvé bien tranchant. Yates même qui était le plus fort aurait pu prendre les devants largement plus tôt et vu sa condition aurait creusé davantage. J’attends un peu plus des prochaines étapes de montagne ou on verra si Froome peut être mis en échec.Aujourd’hui il a géré et il s’en sort bien grâce à une certaine passivité de la concurrence. En sera t-il toujours de même ?

guyon
guyon

Je suis bien d’accord. À part Chaves devant il c’est pas passer grand chose. J’attend vraiment une attaque de pinot, mais bon je pense qu’il était trop limite… Dommage ! Vivement dimanche !

Nour
Nour

Oh mon dieu! je viens de me rendre compte que Chaves a déjà 28 ans. Dans ma tête il avait à peine 25. Du coup c’est vrai qu’il est temps qu’il gagne des GT (p’tet encore un peu court sur ce giro mais pourquoi pas la Vuelta.