Après une saison 2017 délicate, Esteban Chaves revient en Italie, où il a décroché sa dernière victoire lors du Tour de Lombardie - Photo Photogomez
Favori Giro
30 avril 2018
Par  Robin Watt 
pub Grupetto Shop

Chaves sur sa terre sacrée

C’est là que tout a eu lieu. Le pire comme le meilleur. Esteban Chaves, 28 ans, a une histoire particulière avec l’Italie. Il a failli y terminer sa carrière avant d’y décrocher ses plus beaux résultats. Il y revient donc, après une année blanche, pour tenter de redevenir le coureur qu’il était il y a deux ans, lorsque sur les routes du Giro, il est entré dans la cour des grands.

Là où il peut gagner le Giro : au Jafferau

Ce n’est pas que le garçon a du mal sur les cols longs, mais c’est souvent sur les ascensions plus courtes qu’il parvient à faire la différence. Sur la Vuelta, ces dernières années, il a souvent brillé au sommet des miradors, ces montées très raides mais de seulement quelques kilomètres. Idem sur le Giro. Il y a deux ans, en haute altitude, il avait surtout tenté de suivre Vincenzo Nibali, alors que sur des arrivées plus nerveuses, il avait déjà fait la différence, s’imposant même à Corvara. L’arrivée au Jafferau (7,2 km à presque 9 % de moyenne), cette année, semble donc taillée pour lui. A deux jours de l’arrivée à Rome, elle représente même le moment idéal pour prendre le maillot rose et ne plus le lâcher.

En 2016, c’était déjà sur la dix-neuvième étape, d’ailleurs, que Chaves avait pris les commandes du Giro. Sauf qu’il avait craqué le lendemain, sur l’ultime étape de montagne. Alors, est-il cette année plus costaud qu’il y a deux ans ? « Bonne question, répondait-il récemment à Cycling Weekly. Je me demande parfois, moi aussi. A certains moments j’ai l’impression que oui, à d’autres non. » Langue de bois ? Pas forcément. Le Colombien sort d’une saison blanche et manque cruellement de repères. Un bon chrono sur Paris-Nice, voilà tout ce qu’il a eu à se mettre sous la dent cette année. Mais rien de nouveau, finalement : au départ d’Apeldoorn, il y a deux ans, il n’avait pas beaucoup plus de résultats derrière lui.

Là où il peut perdre le Giro : les étapes israéliennes

Le départ d’Israël est comparable à celui des Pays-Bas, il y a deux ans. Et à l’époque, Esteban Chaves, au sortir des trois premiers jours, comptait trente secondes de retard sur Tom Dumoulin, un peu moins par rapport à Vincenzo Nibali et Alejandro Valverde. Une partie du défi sera donc de ne pas concéder plus, cette année. Sur le chrono de dernière semaine, le Colombien sait qu’il perdra beaucoup de temps. En début de course, en revanche, il ne peut pas se le permettre. Le contre-la-montre inaugural, proche d’un prologue (9,8 km), sera un indicateur de la forme du garçon. « Il ne fera pas beaucoup d’écart, il y a beaucoup de relances en ville », a assuré Mauro Vegni au Monde.

Oui mais Chaves est un cas à part. Sur le Tour de France l’été dernier, les quatorze kilomètres du chrono de Düsseldorf avaient été suffisants pour qu’il concède plus d’une minute à Chris Froome. Certes, il était dans de mauvaises conditions physiques et mentales, mais c’est un impair qui ne pardonnera pas à Jérusalem. Ensuite, il faudra alors passer sans encombre les deux étapes promises aux sprinteurs, qui même si elles ne présentent pas de difficultés majeures sur le papier, peuvent toujours provoquer des chutes ou des cassures. Or Chaves n’est pas vraiment le plus habile pour éviter ce genre d’incidents.


Tour d'Italie
Où voir le direct vidéo de la course
pub Grupetto Shop

5
Poster un commentaire

avatar
4 Threads de commentaires
1 Réponses
1 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
5 Auteurs de commentaire
gougiSentimentalAlex19Jamesguyon Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
guyon
guyon

J’espère qu’il reviendra au niveau de 2016, mais j’ai un doute… Encore un colombien qui explose et et ne confirme npasntoutes les attentes après ? (Bon lui a de sacrée circonstances atténuantes) mais quand même Betancour, Quintana( qui reste un top coureur mais qui semble avoir régresser depuis 2 ans) Arredondo qui avait fait un super première année chez trek et depuis il n’a plus d’équipe faute de résultats, Pantano qui est transparent …

James
James

La ressemblance avec James Rodriguez est frappante.

gougi
gougi

CKI james Rodriguez ?

Alex19
Alex19

Je souhaite également qu’il retrouve ses meilleurs jambes, car c’est un coureur que j’apprécie énormément et qui m’avait fait vibrer lors de ses deux premières victoires à la Vuelta 2015. Il est vrai que son année 2017 a été catastrophique d’un point de vue sportif et humain et il est difficile de repartir très sereinement D’autant plus que son début de saison est plus qu’inquiétant et nous plonge effectivement dans une incertitude. Pour revenir @Guyon, à ta théorie sur les cyclistes colombiens, je pense qu’au vu des pépins qu’a connu Chaves, il est pas possible de le ranger dans la même catégorie… Reviendra t-il à son meilleur niveau ? Je ne sais pas. Quoiqu’il en soit, son équipe est très solide, il n’a pas forcément de pression puisque Simon Yates, qui carbure en ce début d’année, sera le co-leader. Toutefois, si l’on se réfère à ses anciennes performances et la concurrence présente pour ce Giro, j’ai même du mal à croire au Top 5. Ses lacunes en contre la montre son trop importantes et les longs cols Italiens (qui ne sont pas sa spécialité) ne sont pas lui permettre de reprendre du temps sur les Dumoulin, Froome, Pinot, Aru et… Lire la suite »

Sentimental
Sentimental

Chaves aura la chance de s’appuyer sur une équipe 5 étoiles (Nieve, Yates, Kreuziger…) encore faut-il qu’il démontre qu’il est en mesure d’être le patron de cette équipe, autrement, il devra vite se mettre au service de Yates. En tout cas, il sera intéressant de voir le comportement de cette équipe Michelton Scott au fil de la course.