En s’élevant plusieurs fois contre les utilisations à usage thérapeutique (AUT) et le recours à la ventoline, Tim Wellens est devenu le symbole d’un cyclisme propre. Ce n’est pas vraiment un costume qu’il voulait enfiler, mais désormais, il lui colle à la peau. Un moyen de faire entendre sa voie, malgré tout, au sein d’un peloton souvent silencieux sur ces pratiques.

Un abandon en déclic

Il y a un an, sa philosophie était encore confidentielle. Mais son abandon sur le dernier Tour de France, où la chaleur lui provoquait des allergies et l’affaiblissait grandement, a marqué un changement. Son refus d’avoir recours aux AUT est devenu public, et Wellens, sans le vouloir, s’est retrouvé propulsé ambassadeur du cyclisme propre. Parce qu’en plus de parler, le Belge agit, préférant abandonner une course plutôt que de dire oui à une aide médicale, quand bien même elle serait autorisée. « Vous savez, ça me dérange vraiment de voir des coureurs utiliser des AUT, confiait-il le mois dernier à la RTBF. Certes, parfois on n’a pas le choix, mais c’est à chacun de décider en son âme et conscience si on veut utiliser ou non des produits. Moi, dans ma vie, je n’ai jamais accepté la moindre AUT. » Le Flamand était même prêt, l’an dernier, à signer un contrat spécifique pour prouver sa bonne foi au public, et s’obliger à le révéler s’il venait à avoir recours à une AUT.

« C’est un choix éthique, pour lui c’est très important », commentait son manager Marc Sergeant pour L’Equipe, en juillet dernier. Wellens de reprendre : « Je voudrais que ce soit blanc ou noir, et pas gris. On sait tous qu’un produit comme la cortisone – qui se trouve dans la zone grise – provoque beaucoup de bénéfices en terme de prestations physiques. Quand des coureurs l’utilisent, c’est évidemment embêtant. Ça s’appelle… tricher ! » Pour lui, c’est donc clair, mieux vaut abandonner. Une philosophie familiale, d’ailleurs, puisque son frère Yannick, avant d’avoir l’opportunité de passer professionnel, s’est vu diagnostiquer de l’asthme à l’effort. Entre utiliser de la ventoline et arrêter le vélo, il a donc choisi la deuxième option. « Si le public savait combien de coureurs ont un puff (de la ventoline, ndlr)… c’est énorme ! », lâchait même Wellens, toujours à la RTBF.

Giro, Chine et Froome

Lui aussi, en réalité, pourrait en bénéficier et augmenter « de 7 ou 8% [ses] capacités respiratoires », mais encore une fois, il refuse. Comme il le refusait déjà chez les jeunes, quand cinq de ses sept coéquipiers étaient sous ventoline. Résultat, Wellens doit composer. Son équipe tente de trouver l’origine de ses allergies estivales, mais en attendant, il n’y aura pas de Tour de France pour lui en 2018 – il aura pour objectifs les ardennaises et le Giro. « On commence à comprendre ce qu’il se passe, et à s’adapter, se réjouissait récemment le Belge pour la Dernière Heure. Comme en Chine, au Tour de Guangxi (en novembre dernier, ndlr), où il faisait aussi chaud et où je suis parvenu à gagner. Et même à avoir un nouveau record de puissance. Je crois donc qu’on va résoudre le problème. »

En attendant, le grimpeur-puncheur de l’équipe Lotto-Soudal ne s’apitoie pas sur son sort, et gagne. Vainqueur d’une manche du Trophée de Majorque et du Tour d’Andalousie, il enchaîne. Avec, toujours, une langue de bois rangée au placard. Quand on l’interroge sur le retour de Chris Froome sur les routes espagnoles, il ne cache donc pas sa gêne. « Dans sa situation, je ne me sentirais pas bien et je n’aurais pas démarré une course avant que le verdict ne soit rendu. » Pas dénonciateur ni aigri, mais fidèle à son état d’esprit, n’hésitant pas à dire que dans le peloton, il n’a « pas entendu beaucoup de choses positives » quant à la présence du Britannique. Alors certains reprochent à Wellens de vouloir être plus blanc que blanc, d’autres clament qu’il fait une erreur en refusant d’utiliser des produits qui peuvent, dans certaines circonstances, être autorisés. Mais ça ne chagrine par le garçon. « Je peux me regarder dans un miroir », dit-il. Il n’est sans doute pas le seul. Mais il est celui qui le dit le plus fort.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.