Le bilan de l’équipe Bora est forcément intimement lié à celui de son champion, Peter Sagan. C’était couru d’avance en début de saison. Et pour le Slovaque, l’exercice 2017 a longtemps été frustrant. Son titre mondial à Bergen ne peut pas faire oublier tout ce qui a précédé, de mars à juillet notamment.

Le top : Peter Sagan

Peter Sagan est rentré dans les livres d’histoire cette année, en remportant son troisième championnat du monde consécutif. Mais ce coup d’éclat, il ne l’a pas réalisé sous le maillot de Bora-Hansgrohe. Un détail ou presque, parce qu’il a aussi beaucoup gagné pour son équipe. Seuls Jakub Mareczko, Marcel Kittel et Fernando Gaviria (quatorze victoires chacun) ont plus gagné que le Slovaque cette saison (douze bouquets). Il est même le seul coureur à dépasser les vingt-cinq podiums en course cette année. Présent de février (première victoire de l’équipe Bora sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne) jusqu’en septembre (le Grand Prix de Québec), Peter Sagan a terminé la saison quatrième du classement World Tour, à seulement un point de Tom Dumoulin. Il a encore gagné sur le Tour de France (sa huitième étape), et a brillé sur Tirreno-Adriatico, en Californie, en Pologne et en Suisse. Bref, une nouvelle saison réussie sur le plan comptable.

Le flop : Peter Sagan

Un titre de champion du monde et une étape du Tour, rien que ça, pour n’importe qui, signifierait une saison parfaite. Mais Sagan n’est pas n’importe qui, et le concernant, on ne peut s’empêcher de pointer quelques points noirs. Le Slovaque n’a pas remporté de monument cette saison. Il est passé tout près du but sur Milan-Sanremo, a chuté sur le Tour des Flandres et a crevé sur Paris-Roubaix. De la malchance oui, mais Peter Sagan a des ambitions, et ne peut pas se contenter de ça. Et puis il y a la grosse frustration du Tour de France. Le quintuple maillot vert de la Grande Boucle revenait sur les routes françaises pour faire la passe de six et rejoindre Erik Zabel dans la légende du Tour. C’était très bien parti, avec une victoire facile à Longwy. Mais le lendemain à Vittel, il est exclu pour un coup de coude sur Mark Cavendish. Peter Sagan n’a ainsi pas atteint ses grands objectifs de la saison. Au moment de tirer le bilan, il y a forcément un peu de déception.

La stat : 19

Les recrues de l’équipe Bora en 2017 ont brillé. Évidemment, il y a eu Peter Sagan, qui s’est imposé douze fois cette année. Rajoutez-y les trois victoires de Rafal Majka, plus les quatre bouquets de Aleksejs Saramotins, Juraj Sagan, Markus Burghardt et Maciej Bodnar, et ça fait dix-neuf victoires pour les petits nouveaux, sur un total de 33 victoires. Efficace.

Les notes 2017 (sur 20)

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Baptiste Allaire ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.