En solitaire dans les derniers kilomètres, Julian Alaphilippe a pu savourer sa première victoire d'étape sur le Tour - Photo Mathilde L'Azou
17 juillet 2018
Le Grand-Bornand
Par  Robin Watt 
pub Grupetto Shop

Alaphilippe l’attendait

Il a suffisamment tourné autour pour bien la savourer. Dans les derniers kilomètres, esseulé sur la route qui le menait au Grand-Bornand, Julian Alaphilippe a extériorisé sa joie avant même la ligne d’arrivée. Deux ans après une première expérience légèrement frustrante sur le Tour, le Français décroche une étape en costaud, ce qu’il sait faire de mieux.

Une victoire qui se sera fait attendre

« Je lui ai dit de profiter de ce moment, parce que ça n’arriverait peut-être plus », disait Wilfried Peeters, directeur de Quick-Step, quelques minutes après la victoire de son coureur. Julian Alaphilippe a bien intégré le message. La tête qui dodeline, la langue tirée, le biceps exhibé à la caméra, le garçon a fait étalage de son bonheur. Il semblait y avoir chez lui beaucoup de soulagement. « On a raté une étape sur le Tour il y a deux ans, à cause d’un problème de chaîne », rappelait Wilfried Peeters. En 2016, sur la route de Culoz, le Français avait eu de quoi enrager. En déraillant plusieurs fois, il avait vu filer sous ses yeux une victoire d’étape qui lui semblait un temps promise. La suite a pu avoir, par moments, des airs de rendez-vous manqués. Un forfait il y a un an, une première semaine discrète cette année, la victoire d’étape que son potentiel lui prédisait depuis longtemps semblait le fuir.

Alors Alaphilippe a pris le problème par les cornes. Après avoir été incapable de rivaliser avec Dan Martin à Mûr-de-Bretagne, il savait qu’il lui faudrait probablement prendre une échappée pour arriver à ses fins. « J’attendais beaucoup de moi la première semaine, en Bretagne, mais je n’étais pas comme je le voulais, je n’avais pas les jambes pour m’imposer, a confié le Français. J’avais à cœur de me rattraper. » L’étape du jour, vers le Grand-Bornand, avait été cochée par Alaphilippe et Quick-Step. Le garçon connaissait le coin pour y être déjà passé plusieurs fois, sur le Tour ou le Dauphiné. Et le plan s’est déroulé sans accro. « C’est incroyable. Je n’ai pas les mots. Je voulais aller devant aujourd’hui, mais je ne pouvais pas imaginer terminer en solitaire, comme ça », répétait-il en zone mixte puis en conférence de presse. Il a finalement compris que c’était bon dans la fin de l’ascension du col de Romme, puis surtout dans la descente, où il comptait presque deux minutes d’avance sur ses premiers adversaires.

Des frustrations évacuées

La déception du maillot jaune, auquel il a pu rêver mais qu’il n’a pas su aller chercher, est derrière lui désormais. Il se consolera avec le maillot à pois, qu’il ne gardera sans doute pas très longtemps, mais qui vient comme une cerise sur le gâteau qu’est sa première victoire sur le Tour. A 26 ans depuis un peu plus d’un mois, le Français décroche désormais les succès dont on le sait proche depuis un long moment déjà. La Flèche Wallonne au printemps a été un déclic important. C’était sa première classique, trois ans après une campagne qui l’avait vu éclore aux yeux du monde. Ce succès sur le Tour est dans la continuité. « J’ai du caractère, un tempérament actif, et garder son calme a souvent été un peu difficile pour moi, reconnait-il. Mais j’ai bien réussi à me canaliser aujourd’hui. Il y a deux ans, peut-être que j’aurais attaqué trop tôt… »

Petit à petit, Alaphilippe gonfle donc son palmarès et met derrière lui les frustrations. En conférence de presse, il en a cité un paquet, pêle-mêle : ses deuxièmes places derrière Valverde sur les ardennaises, le final des Mondiaux à Bergen, sa deuxième place derrière Sagan à Cherbourg, il y a deux ans, déjà sur le Tour, et cette étape de Culoz, bien sûr. Mais les années se suivent et ne se ressemblent pas complètement, heureusement. « Alaf » est toujours impressionnant, mais il transforme surtout ses accessits en victoires. Après l’arrivée à Mûr-de-Bretagne, il avait su ne pas ruminer et reconnaître la supériorité, notamment, de Dan Martin. Une semaine plus tard, il n’y avait aucun doute sur l’identité du coureur le plus costaud de l’échappée : c’était bien Alaphilippe.

Logo Tour de France

Tour de France 2018
à l'issue de l'étape 10

1.Greg Van Avermaet 6.Chris Froome
2.Geraint Thomas 7.Adam Yates
3.Alejandro Valverde 8.Mikel Landa
4.Jakob Fuglsang 9.Vincenzo Nibali
5.Bob Jungels 10.Primoz Roglic
Alaphilippe
Bardet
Chavanel
Colbrelli
Degenkolb
Dumoulin
Dupont
Froome
Fuglsang
Gaviria
Gilbert
Groenewegen
Jungels
Kittel
Kragh Andersen
Kristoff
Kruijswijk
Landa
Laporte
Majka
Martin
Matthews
Naesen
Nibali
Porte
Roglic
Quintana
Sagan
Thomas
Valverde
Van Avermaet
Van Garderen
Uran
Yates
Zakarin
1 2 3 4 5 6 7 8 9 R 10 11 12 13 14 15 R 16 17 18 19 20 21
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2
3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3
4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4
5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6
7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7 7
8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8
9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9
10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
1.Julian Alaphilippe 6.Lilian Calmejane
2.Jon Izagirre Insausti 7.Dan Martin
3.Rein Taaramäe 8.Primoz Roglic
4.Greg Van Avermaet 9.David Gaudu
5.Serge Pauwels 10.Geraint Thomas
IndividuelGreg Van Avermaet
SprintPeter Sagan
GrimpeurJulian Alaphilippe
JeunePierre Latour
EquipeMovistar Team
  • Etape 2
    Luis León Sanchez
    Tsgabu Gebremaryam Grmay
  • Etape 4
    Axel Domont
  • Etape 5
    Michael Matthews (non partant)
    Robert Kišerlovski (maladie)
    Tiesj Benoot (non partant)
  • Etape 9
    Tony Martin (non partant)
    Richie Porte
    José Rojas
  • Etape 9
    Alexis Vuillermoz
  • Etape 10
    Jens Keukeleire
  • Etape 11
    Mark Cavendish (hors délais)
    Mark Renshaw (hors délais)
    Marcel Kittel (hors délais)
Logo Tour de France Tour de France 2018
Où voir le direct vidéo de la course
pub Grupetto Shop

5
Poster un commentaire

avatar
3 Threads de commentaires
2 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
4 Auteurs de commentaire
patavirahenriCastabouin Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Castabouin
Castabouin

Des similitudes de style avec le Simon Yates du Giro. Même gabarit, même souplesse, même tonicité et même panache.

henri
henri

bravo! quel coureur ce Julian!
Bravo aussi a Van Avermaet, un guerrier

avira
avira

absolument ! quels champions. mais que dire des autres, a remettre au lendemain… Ce qui m’a le plus gêné c’est l’arrivée de Bardet, c' »était un peu pathétique , et ça résume l’état d’esprit des adversaires de Froome , résignés déja ? La movistar ? Valverde était en bout de course ok, Landa se remet de son  » Roubaix  » et pour Quintana ce n’était pas une arrivée au sommet. Pour les autres Roglic , Nibali c’était idéal pour eux.. des descentes, une montée pas si dure…. enfin manana. C’est comme je l’avais prtédit un début de tour tres tres chiant . Un grand merci a Sagan, Alaphilippe et van Avermaet qui ont sauvé ce début de tour. Van Avermaet à été extraordinaire , jsute pour justifier son maillot… je dis Monsieur !

avira
avira

rectificatif Valverde n’était pas a bout, mais a eu un saut de chaine…

pat
pat

Superbe victoire de Julian Allaphilippe qui démontre que le cyclisme plein de panache à l’ancienne peut encore exister . Bravo aussi à Greg Van Avermaet qui s’est battu pour garder son maillot jaune sur un parcours qui ne lui était pas spécialement favorable . La course des favoris fût bien terne , le rouleau compresseur sky a empêché toute possibilité d’attaque . Personne n’a voulu ou pu attaqué . Heureusement que quelques courageux baroudeurs étaient là pour animer cette étape .