Ancré dans l'excellente dynamique de son équipe IAM, Oliver Naesen a remporté la première Bretagne Classic. - Photo ASO
28 août 2016
pub Grupetto Shop

En se réinventant, Plouay brille de nouveau

Certes, ni le champion olympique, ni le champion du monde, n’a triomphé aujourd’hui sur la première édition de la Bretagne Classic – Ouest France. Mais, pour la première fois depuis bien des éditions, le contenu aura passionné les suiveurs. Sur un tracé inédit et piégeux, les coureurs s’en sont donné à coeur joie, avec des stratégies collectives poussées. Si bien qu’à la fin, le scénario habituel ne s’est pas produit. L’expérimentation peut s’avérer concluante.

Le saut dans l’inconnu

Comment les organisateurs allaient-ils réussir à dépoussiérer cette classique historiquement positionnée le dernier week-end du mois d’août ? En annonçant rapidement leur volonté de mettre en place une course en ligne, traversant différents territoires de la région bretonne, les savants en coulisses ont réussi à perpétuer l’âme du Grand Prix de Plouay, réputé accessible pour les chasseurs de classiques, tout en étant hors de portée des sprinteurs les moins débrouillards. Vingt kilomètres de plus, des petites côtes qui s’accumulent avant le grand final, qui consiste désormais en un seul et unique tour du circuit qui avait accueilli les championnats du monde en 2000, remportés par Romans Vainsteins. La décision allait t-elle se produire avant d’entrer en terrain connu ? Oui !

Sortis dans une période de contre-attaques inévitable après avoir repris l’échappée matinale, Oliver Naesen, Alberto Bettiol et Guillaume Martin ont tenu bon jusqu’à la dernière ascension de la côte de Ty-Marrec, et piégé un peloton majoritairement épuisé avant de devoir franchir les deux dernières difficultés du jour. Tout au long de la journée, les équipes avaient placé leurs pions à l’avant, et disposaient toutes de plusieurs cartes, et, à l’exception de la Katusha d’Alexander Kristoff et de la Giant de Degenkolb, ont refusé de participer à l’attentisme généralisé. Certainement le fruit de cette petite révolution qui aura produit le plus grand bien dans le peloton, unanime pour saluer un changement salvateur. Car ce n’était plus possible d’enquiller les tours de circuit comme à l’entraînement, d’avaler le juge de paix comme si de rien n’était, et de se livrer à un seul sprint en faux-plat descendant, bien ennuyant.

À contre-courant des normes dominantes

Si tout cela mérite un article, c’est bien parce que la tentation numéro un chez les sociétés organisatrices est plutôt de vouloir resserrer les parcours de ses classiques, quitte à en faire des courses de côtes, honnies des téléspectateurs qui y voient, pour les plus sévères, les limites de ce que l’on aime dénommer le « cyclisme moderne ». L’exemple le plus récent, c’est bien sûr le sort de la Clasica San Sebastian, caricature de la manière dont on peut dénaturer le charme d’un événement incontournable du calendrier, en marginalisant ses principales caractéristiques au prix d’un dernier mur à moins de dix kilomètres de l’arrivée. Mais, même les plus grands Monuments se sont éloignés de leur nature. Liège-Bastogne-Liège a ainsi introduit la côte pavée de Naniot, quand le Tour de Lombardie ne cesse de se chercher depuis 2011.

Plouay aurait pu durcir son circuit, chercher une troisième bosse, l’allonger. Mais non, c’est une autre stratégie qui a été retenue, bien plus intéressante du point de vue promotionnel. En allant visiter les contrées du Morbihan et du Finistère, toute la région Bretagne est mise à l’honneur. La place de la course française dans le circuit World Tour, se retrouve par ailleurs sécurisée. Car, sur le rythme précédent évoqué, la petite bourgade de 5300 habitants n’aurait pas fait long feu, sous la pression, d’un côté, des pétrodollars, et de l’autre, des courses qui montent. De quoi donner au format des « Quatre Jours de Plouay », un nouvel appui, pour assurer une belle fête populaire autour du cyclisme, comme on aimerait tant en profiter dans d’autres terroirs français.

8
Poster un commentaire

avatar
4 Threads de commentaires
4 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
7 Auteurs de commentaire
XavierrolfsorensengougipatLe Xav Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
chris83
chris83

Pas un français dans les 15 premiers ! Il y a encore du boulot à faire en France!

Baboutox
Baboutox

On voit bien que l’ambiance chez IAM était moisie. Depuis que les coureurs savent que l’équipe s’arrête et qu’ils doivent trouver un nouveau contrat l’équipe a de loin ses meilleurs résultats depuis sa création

gougi
gougi

ce qui est surprenant avec les performances de Iam, c’est pourquoi maintenant sont t’ils performants . 1. ils faut que les coureurs trouvent de nouvelles équipes, ok . mais avant ? étaient t’ils trop payés ? et se contentaient de leur salaires ? on peut se le demander ? je serai le patron de IAm ça ne me ferait pas plaisir du tout !

rolfsorensen
rolfsorensen

Bonjour, concernant IAM, certainement que la prudence recommandée par les directeurs sportifs sur les épreuves WT a volé en éclats avec l’arrêt de l’équipe, les consignes étant dorénavant de montrer le maillot une dernière fois ET pour l’équipe ET pour les coureurs. Ce qui explique les résultats c’est tout simplement le relâchement salvateur de la pression mise auparavant pour attirer/conserver les sponsors. Mais ça s’explique aussi par la qualité des vainqueurs et les circonstances des courses : Vangenechten qui remporte un sprint sur une épreuve désertée par les meilleurs sprinteurs et qui prouve également que sa pointe de vitesse sait s’épanouir sur des terrains difficiles, Pantano qui arrive à 28 ans en pleine maturité après 1 année d’adaptation à la structure IAM, Naesen qui fait partie des révélations de l’année sur les classiques, etc. Dans un autre sens, Frank passe totalement à côté de son année… On n’évoquera pas non plus ici le fiasco 2016 de Pelucchi…

Aurélien
Aurélien

« Le scénario habituel » ? Plouay arrive rarement au sprint… Ces dix dernières années, ce n’est arrivé que deux fois au sprint, donc c’était plutôt « comme d’habitude »…

Le Xav
Le Xav

Du coup, je n’ai pas compris ce qu’a réussi Plouay, là où les autres (lLiège, San Sebastian) échouent?
Qu’ont ils fait de différents? Le scénario a été différent, soit, mais c’est probablement dû au hasard, où tout simplement à un parcours encore inédit et du coup mal appréhendé par les équipes de gros leaders. Et d’ailleurs, l’absence de gros leaders n’est elle pas la raison pour laquelle la course aura été moins cadenassée?
Non, vraiment je ne vois pas ce que Plouay a fait de différent et bien que j’adore votre site, vous ne l’expliquez pas du tout…

pat
pat

C’est quoi des grands leaders pour vous ? Kristoff , Van Avermaet , Boonen , Sagan , Boasson Hagen , Mattews sont donc des coureurs de secondes zones ??? Le cyclisme ne se limite pas à Froome et Contador .!

Xavier
Xavier

J’espérais avoir une réponse construite pas une réponse de rageux.
On peut discuter sur le plateau présent, qui j’en conviens n’était pas si mal mais c’était pas l’idée centrale de mon post :
Qu’a fait le grand prix de Plouay de différent par rapport aux autres classiques pour se renouveler???