Cette semaine, la Chronique du Vélo décerne ses récompenses de l’année. Dans chaque catégorie, dix de nos rédacteurs ont livré leurs podiums, attribuant ainsi trois points au premier, deux au deuxième et un au troisième. De quoi vous livrer notre podium final, en attendant de savoir, via le sondage en fin d’article, si vous aussi, vous auriez récompensé le même coureur.

Enfin. Peter Sagan a enfin gagné Paris-Roubaix, son Paris-Roubaix. Il était le plus fort, sans aucun doute, mais a douté jusqu’au bout. 2018 constitue certainement sa meilleure campagne flandrienne, avec deux victoires de renom (l’Enfer du Nord et Gand-Wevelgem), et une sixième place sur le Tour des Flandres. Face à un grand Niki Terpstra, Sagan a su se sublimer.

Le numéro roubaisien

On le répète de saison en saison, Peter Sagan est un ovni. Le Slovaque est un coureur qui marque les mémoires au fer rouge, pour ses performances, ses numéros, ses frasques, bref, pour ce qu’il est. Le jour de sa retraite arrivera, nous nous souviendrons de sa carrière, et l’un des premiers souvenirs qui remonteront à la surface sera certainement ses bras levés sur la piste du vélodrome de Roubaix, facile, seul au monde ou presque – à l’exception d’un grand Silvan Dillier en arrière-plan. Ce Paris-Roubaix 2018 est probablement le plus grand numéro de Sagan sur une grande course. Un raid de 55 kilomètres, avec les rescapés de l’échappée du petit matin et devant tous les favoris. Un face-à-face tenace mais amical entre Sagan et Dillier, jusqu’au vélodrome. Et finalement, un maillot arc-en-ciel qui lève les bras – une première depuis 1981 et la victoire d’un certain Bernard Hinault.

« Quand j’étais plus jeune, expliquait Sagan après la course, mon rêve était de gagner Paris-Roubaix avant tout. C’est sans doute la plus grande victoire de toute ma carrière. Merci à l’équipe, merci à mes coéquipiers. C’est le paradis. C’est fabuleux de gagner Paris-Roubaix, ça me rend heureux. » Cette joie sincère, on la connaît finalement très peu chez Sagan, plutôt habitué à célébrer ses victoires en faisant le show pour le public. Savourer n’est pas tellement dans ses habitudes, du moins pas devant les caméras. Sa réaction, en avril dernier, est finalement la plus belle preuve de l’importance de cette victoire pour le Slovaque.

Un mano a mano qui sublime Sagan

Ce succès a conclu pour Sagan une très belle campagne des classiques. Pourtant, elle avait commencé par une chute et une timide 26e place sur le GP E3. L’autre homme en forme de ces classiques, Niki Terpstra, levait alors les bras pour la première fois de la saison et marquait lui aussi son territoire. Mais Sagan s’est vite rassuré, en s’imposant au sprint lors de Gand-Wevelgem, face à une palanquée de favoris (Viviani, Démare, Naesen, Stybar, Stuyven).

Terpstra n’était pas cette fois dans le coup, mais le duel entre le Néerlandais et le Slovaque a réellement repris sur le Tour des Flandres. Et cette fois, le Néerlandais a repris la main, en partant à 30 kilomètres de l’arrivée, dans le Vieux Quaremont. Très en forme, Terpstra s’est imposé facilement, aidé par la supériorité évidente de son équipe Quick-Step. Sagan a été le seul à sonner la révolte, dans le Paterberg, en vain. Le champion du monde en titre n’a pas pu faire mieux que sixième – son sixième top 10 en sept participations au Ronde.

Mais Sagan est arrivé à Compiègne revanchard, avec l’envie de faire tomber les Quick-Step. Pendant une semaine, tous les suiveurs avaient élaboré des scénarios pour savoir comment ce Paris-Roubaix pouvait échapper à Terpstra ou à son équipe. Le seul valable s’appelait Peter Sagan, capable de dynamiter la course sur un contre fatal. Une seule cartouche, en plein dans la cible : Sagan s’est envolé. Terpstra était piégé, et à son arrivée au vélodrome, troisième à moins d’une minute du duo de tête, il a pu logiquement nourrir des regrets. C’était certainement son année, mais Peter Sagan lui pique la vedette.

Et pour vous, qui est le meilleur flandrien de l'année 2018 ?

Voir les résultats

Peter Sagan
28pts
Niki Terpstra
21pts
Philippe Gilbert
4pts
sagan portrait

Peter SAGAN

28 ans, Slovaque, Bora-Hansgrohe

8 en 2018
Classement UCI : 4

sagan gand wevelgem

Gand-WevelgemVainqueur

3En remportant l'épreuve pour la 3e fois, l'ex champion du monde en est devenu l'un des recordmen de victoires

roubaix sagan

Paris-RoubaixVainqueur

2Le Slovaque est le seul coureur du peloton actuel, avec Niki Terpstra, à avoir remporté les deux monuments pavés

tdf sagan

Tour de FranceVainqueur de 3 étapes et maillot vert

6Sagan a égalé le record d'Erik Zabel en ramenant à Paris son sixième maillot vert (en sept participations)