Au terme d’une course menée de bout en bout, Mathieu Van der Poel a conclu sa saison de cyclo-cross presque parfaite en remportant le championnat du Monde. Une victoire sans surprise et sans contestation possible, qui peut lui permettre d’avancer sereinement vers ses prochains objectifs.

Un récital en solo

Grandissime favori de la course au maillot arc-en-ciel, Mathieu Van der Poel n’aura pas laissé beaucoup de place au suspense sur l’épreuve reine de la saison. En tête dès le premier virage après un départ parfait, il en a profité pour faire mal à ses adversaires dès les premiers passages boueux. L’heure suivante n’aura été qu’une démonstration de trajectoires brillantes, de maîtrise dans les dévers et de puissance dans la boue. Car la pluie a rendu le circuit suisse de Dübendorf, plutôt décrié pour son manque d’intérêt ces derniers jours, en un véritable bourbier. Difficile dès lors de contrecarrer la supériorité du Néerlandais, encore meilleur lorsque les courses se durcissent. Et tout le monde l’avait compris avant même la fin du premier tour, où le seul Toon Aerts pouvait encore voir le futur triple champion du monde s’éloigner peu à peu.

La météo, point éminemment important en cyclo-cross par son impact sur les circuits et les choix des coureurs, aura rendu le parcours boueux et physique, alors que la veille les courses étaient roulantes et tactiques à souhait. De quoi rendre encore plus intouchable le vainqueur de l’Amstel Gold Race, qui sait très bien que personne ne lui arrive à la cheville en ce moment. Les visages de ses concurrents se dégradaient au fur et à mesure des passages sur la ligne, où la boue s’accumulait, collait aux joues et tirait les traits des visages, en plus de voir les écarts grandir. Les miettes laissées par MVDP ont toutefois donné lieu à une belle bataille au podium entre les Belges et le Britannique Tom Pidcock. Ce dernier, adepte des conditions difficiles, s’en est le mieux sorti en résistant à Toon Aerts sur la fin de course, de quoi se couvrir d’argent à seulement 20 ans.

Objectif rempli

Comme il l’a répété après la course, Mathieu Van der Poel avait fait de ce mondial l’un des gros objectifs de l’année 2020. S’il avouait que cela avait été dur – mais pour qui ce ne serait pas le cas dans ces conditions ? – il ne boudait pas son plaisir d’avoir effectué la course parfaite. Les grands champions savent répondre présent aux plus grands moments, et le fils d’Adrie Van der Poel l’a fait de la plus belle des manières, en signant sa victoire la plus impressionnante des derniers mois. Sa saison des sous-bois peut être laissée tranquillement derrière lui, avec la satisfaction du devoir plus qu’accompli et un bilan extraordinaire de 24 victoires en 25 courses. Place à la route où le prodige hollandais fera sa rentrée au Tour d’Algarve, avant de courir les plus grandes classiques du printemps.

Strade Bianche, Primavera, Ronde, Roubaix, Amstel et Flèche sont autant de courses où le Batave devrait être au départ avec, comme à chaque fois chez lui, des ambitions élevées. Et il serait peu surprenant qu’en faisant les comptes dans trois mois, on le retrouve régulièrement en haut du classement. Début mai marquera d’ailleurs un autre tournant dans le saison de Van der Poel, où il se tournera vers l’objectif tokyoïte d’une médaille d’or en VTT, où il sera un sérieux concurrent à Nino Schurter et consorts. Car depuis son année dernière impressionnante, tout le monde est au courant qu’il est capable de gagner dans les trois disciplines. Et pas les plus petites courses.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Adrien Godard ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.