Cette année, Groupama-FDJ a beaucoup gagné (33 victoires), sur des terrains variés et grâce à beaucoup d’hommes différents. Mais ce groupe homogène reste porté par deux têtes d’affiches de classe internationale, Thibaut Pinot et Arnaud Démare. Deux cadors qui auront vécue une année riche en péripéties : le Franc-Comtois en sort grandi, au contraire du Picard, plus sujet à la stagnation.

Le top : Thibaut Pinot

Ce n’était un secret pour personne, mais l’année 2018 aura confirmé la tendance : Thibaut Pinot aime les courses italiennes, dégagé des sollicitations et de la pression nationale. Éclatant vainqueur du Tour de Lombardie, au terme d’une performance XXL et d’ un automne de haute volée, le Franc-Comtois aura déroulé son année en deux temps. Une première moitié de saison axée sur le Giro, abordé pour la gagne. Si Chris Froome semblait intouchable, la cruelle désillusion de l’avant dernier jour aura privé Pinot d’un podium qui lui semblait acquis. Une franche coupure à mi-saison, le temps d’évacuer la maladie et recharger les batteries, et le Vélo d’Or Français 2018 reprenait ses envolées : deux victoires sur la Vuelta, un travail de premier ordre pour l’équipe de France lors du Mondial, avant le bouquet final Milan-Turin – Tour de Lombardie. A 28 ans, Pinot semble enfin donner la pleine mesure de son immense talent. Pour ce coureur marchant à la confiance, cette fin d’année 2018 pourrait être le grand déblocage annonçant une brillante deuxième partie de carrière.

Le flop : le printemps d’Arnaud Démare

Sur un strict bilan comptable, il serait injuste de dire qu’Arnaud Démare a raté sa saison. Neuf victoires (dont un quintuplé sur le Tour du Poitou-Charentes), une étape sur le Tour de France, un podium sur Milan-Sanremo : nombreux sont les coureurs qui aimeraient afficher tel bilan. Pourtant, dès la mi-avril, le Picard a dû ressentir une pointe d’amertume après une campagne de classiques flandriennes en deçà des attentes. Passé près de la gagne sur les classiques « sprint » (2e à Kuurne, 3e à Gand-Wevelgem), Démare a semblé nettement plus en retrait ailleurs : 9e sur le Het Nieuwsblaad, 15e au Ronde, hors du coup au GP E3 et sur Paris-Roubaix. L’ancien champion de France a manqué d’impact dans les moments clés. Cependant, le temps joue pour lui. Sur des courses au profil hyper spécifique et demandant expérience et obstination, le coureur de 27 ans a encore quelques belles années pour tenter d’aller décrocher la timbale. Ces dernières saisons, Philippe Gilbert, Matthew Hayman ou encore Niki Terpstra en sont de brillants exemples. A Démare d’en suivre les traces.

La stat : 5

Avec 5 titres, route (France, Suisse, Canada) et contre-la-montre (Suède, Autriche) confondus, Groupama-FDJ est au deuxième rang des équipes World Tour au nombre de maillots nationaux décrochés en 2018. Juste derrière la Sky (8 titres), et à égalité avec Quick-Step Floors.

La note des lecteurs : 14,8

Les notes 2018 (sur 20)

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Stéphane Deneits ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.