Même s’il a vécu un début de saison plutôt compliqué, Arnaud Démare sera « l’unique » leader de la sélection française sur les championnats d’Europe. Ce dimanche, le parcours d’Alkmaar pourrait permettre au meilleur sprinteur français de ces dernières années de regagner de la confiance et de relancer un exercice délicat.

Pas la préparation idéale…

Une étape sur le Giro, deux sur la Route d’Occitane et une dernière sur le Tour de Wallonie. Depuis le début de l’année, le meilleur sprinteur français et le leader de la sélection tricolore pour les championnats d’Europe a décroché seulement quatre petites victoires. Laborieux. Arnaud Démare arrive donc aux Pays-Bas sans avoir fait le plein de confiance, loin de là. Dès le printemps, l’ancien champion de France a déçu, avec pour meilleur résultat est une troisième place sur les routes d’A Travers la Flandre – et une frustrante 26e place sur Paris-Roubaix. Résultat, le bonhomme est arrivé sur le Tour d’Italie le moral au plus bas, la pression au plus haut, et il a tout juste sauvé les meubles avec une victoire d’étape.

Depuis le garçon de 27 ans en a ramené trois autres, la dernière en date sur le Tour de Wallonie. « C’est une excellente compétition pour se remettre en jambes, il y a énormément de rythme et un excellent niveau », a t-il déclaré après la dernière étape. Du rythme, il lui en faudra pour affronter ce dimanche le circuit de 11 kilomètres autour de la ville d’Alkmaar. « Le parcours est atypique, il y a beaucoup de virages, on ne va pas dire que ce sera une kermesse, mais ça va être très nerveux », a t-il ajouté. Sur ces dernières semaines, Démare s’est donc rassuré, mais en Belgique la concurrence n’était pas aussi féroce qu’elle le sera aux Pays-Bas. Cette fois, il faudra battre, notamment, Dylan Groenewegen. Chez lui, le sprinteur de la Jumbo-Visma est le grand favori. Et si jamais il connaît un jour-sans, la sélection néerlandaise pourra certainement compter sur le premier maillot jaune du dernier Tour de France, Mike Teunissen.

… mais la course idéale pour le relancer

Un championnat ce n’est pas une course comme les autres. Arnaud Démare est bien placé pour le savoir, lui le champion du monde espoirs et double champion de France chez les pros. Alors il a coché les Europe depuis un moment. Et cette course pourrait bien lui sourire comme elle a souri l’an dernier à Matteo Trentin. L’Italien l’avait emporté après dix mois de disette, mettant un terme à une une série noire. Le nouveau sélectionneur, Thomas Voeckler, qui fera son baptême ce week-end, y croit, en tout cas. « Lorsque l’on a la chance d’avoir un sprinteur de sa trempe et que l’on ambitionne de jouer un rôle sur un circuit qui lui convient parfaitement, la logique veut que l’on fasse une sélection autour de lui », a-t-il explique. En cas d’accident, Bryan (Coquard) sera le joker et si tout se passe bien, il sera un lieutenant précieux dans l’emballage final. »

Un rôle que le leader de la formation Vital-Concept comprend tout à fait. « Il faudra forcément affiner la stratégie le Jour J, mais ce qui est sûr, c’est qu’avec Arnaud on est d’accord sur mon positionnement. » Chef de file de la sélection à Glasgow, l’an dernier, Bryan Coquard avait terminé à la cinquantième place, loin derrière le meilleur Français, Pierre-Luc Périchon, qui avait pris, lui, la huitième place. L’idée, évidemment, est de faire beaucoup mieux. Thomas Voeckler, lui, a aussi dans la tête les Mondiaux de la fin de saison, avec notamment Julian Alaphilippe comme leader. Mais Arnaud Démare, lui, n’aura pas de session de rattrapages.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Vincent Tolmau ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.