Cet automne, il avait un temps été question de Giro pour Romain Bardet. Sans que l’on y croit vraiment. Alors finalement, en plein stage avec son équipe en Espagne, il a livré son verdict. En 2017, il optera pour un programme « traditionnel ». Comprenez centré sur le Tour de France. Pas vraiment une surprise.

Le Giro, on verra plus tard

Après avoir terminé deuxième du Tour de France en juillet dernier, comment l’Auvergnat aurait-il pu se pointer au départ de Dusseldorf, en juillet prochain, sans nourrir d’ambitions au classement général ? Au moins pour 2017, il a un rôle à tenir. Celui de meilleur coureur français, qui doit forcément venir titiller les cadors sur la Grande Boucle. Ce qui l’empêche de fait d’aller découvrir la course rose. « C’est injouable de jouer les classements de deux grands tours, a-t-il concédé à L’Equipe. Je n’ai pas tiré un trait sur le Giro à l’avenir, mais aujourd’hui, c’est une obligation vis-à-vis de moi-même d’arriver dans les meilleures dispositions au départ du Tour de France. » Du côté d’AG2R La Mondiale, la décision a été prise au terme d’une réflexion commune, où les parcours respectifs des deux épreuves ont joué un rôle crucial.

« Romain avait annoncé très tôt son désir de pouvoir participer au Giro, nous a rappelé son manager Vincent Lavenu. Mais après ça, il y a eu les présentations des parcours, qui ont amené une réflexion de la part de tout le monde. » La décision finale revenait au coureur, mais son équipe a su le convaincre. « Romain est quelqu’un qui intellectualise beaucoup, note Lavenu. Il a besoin qu’on lui amène des arguments qui tiennent la route. C’est ce qu’on a tenté de faire. » En dépit des envies initiales de Bardet, l’épreuve juillettiste semble mieux lui convenir. Ne serait-ce que par le nombre de kilomètres contre-la-montre au programme (36 sur le Tour, 65 sur le Giro). Alors le garçon a pris la décision sur le papier la plus logique. Celle qui, en plus, ravit son équipe et le sponsor. Même si chez AG2R La Mondiale, le partenaire reste en dehors des négociations sportives, dixit Lavenu.

« T’as fait deuxième, tu peux gagner maintenant »

Faire ce choix, en revanche, c’est se jeter dans la gueule du loup et faire face à l’immense pression qui accompagnera Bardet à l’été prochain. « Il a fallu le rassurer à ce sujet, il avait un peu peur, confie Vincent Lavenu. Mais c’est inévitable, il va y avoir énormément d’attentes après sa deuxième place de cette année. De la part des journalistes, des partenaires, et même de ses amis. On va lui dire ‘’T’as fait deuxième, tu peux gagner maintenant.’’ » Pourtant, faire mieux que cette année sur les routes du Tour sera quasiment impossible. C’est un sacré défi qui s’offre donc à Romain Bardet, 26 ans. Après ça, et quoi qu’il se passe, il sera peut-être temps, alors, d’aller voir autre chose. Idéalement, de l’autre côté des Alpes. « Je n’ai aucun problème avec le fait que Romain fasse le Giro un jour, assure son manager. Je comprends que certains coureurs soient attirés par cette course. Mais il ne faut pas faire le Giro pour faire le Giro. » On ne peut qu’appuyer ces propos. Alors on espère que rapidement, le Français ira sur la course rose pour la gagner. En attendant, c’est de maillot jaune qu’il va rêver pendant sept mois.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.